Mercredi 22 septembre 2021

Société

CVR /Bujumbura Maire : tous azimuts pour la vérité mais…

23/07/2021 5
CVR /Bujumbura Maire : tous azimuts pour la vérité mais…
La CVR exhorte la population urbaine à aider dans l’identification des fosses communes

Dans une réunion avec les administratifs de la mairie de Bujumbura ce 22 juillet, la Commission vérité réconciliation (CVR) appelle l’administration et la population à aider dans l’identification des fosses communes datant de la crise de 1972. Certains participants relèvent des inquiétudes.

D’après Pierre-Claver Ndayicariye, président de la CVR, la mairie de Bujumbura, capitale politique de l’époque, constitue un point focal de la crise de 1972 : « La CVR va donc mener des enquêtes dans la mairie et ses environs. Les activités d’auditions des témoins en mairie de Bujumbura débuteront le 27 juillet 2021 ».

Pour lui, il n’y a pas de paix alors qu’on marche sur des fosses communes. Il interpelle la population à vaincre la peur et dire la vérité sur les crises qui ont endeuillées le Burundi en aidant à identifier des fosses communes : « La vérité libère le pays ainsi que les familles des victimes et des bourreaux ».

Le président de la CVR demande aux administratifs de la mairie de Bujumbura d’appuyer la commission dans l’identification des personnes âgées qui pourront témoigner lors des auditions.

« Les témoins sont ceux qui nous parlent de ce qu’ils ont vu ou vécu. Certains sont des veuves, des orphelins, des anciens fonctionnaires ou d’autres qui ont vécu le calvaire de 1972 en mairie de Bujumbura », précise Pierre-Claver Ndayicariye.

Des soucis ne manquent pas

Les participants à la réunion ont exprimé leurs inquiétudes et préoccupations par rapport aux activités menées par la Commission Vérité et Réconciliation.

Jimmy Hatungimana, maire de la ville de Bujumbura appelle la CVR à ne pas se limiter sur la période de 1972 : « Nous avons besoin de connaître la vérité sur toutes les crises qui ont endeuillées le Burundi. Après le travail sur la crise de 1972, nous vous demandons de continuer des enquêtes avec les crises de 1965, 1988 et 1993 ».

Même son de cloche chez Dévote Ndayisenga, administrateur de la commune Muha. Elle s’inquiète sur la qualification de la crise de 1972 : « A chaque fois qu’on parle des victimes de 1972 on ne dit que des Hutus comme s’il n’y a pas des Tutsi qui ont été tués dans la même crise ».

A ce sujet, Pierre-Claver Ndayicariye tranquillise : « Les victimes de la crise de 1972 étaient de tous les groupes ethniques ». Néanmoins, ajoute-t-il, les massacres visaient principalement des Hutus.
La député Aline Inamuco suggère à la CVR de chercher les causes profondes des crises que les Burundais ont vécues. Elle propose l’inhumation digne des restes humains exhumés des différentes fosses communes à travers le pays quand toutes les périodes sombres seront couvertes.

Un autre intervenant souhaite du « plus jamais ça ». Il exhorte la population burundaise à éviter la globalisation. « La responsabilité pénale est personnelle. Que personne ne soit accusé d’un crime commis par ses parents, grands-parents ou ceux de son ethnie ».

Sur la question de savoir si la CVR enquêtera sur la période d’après 2008, le président de cette commission est clair : « On ne peut pas aller au-delà du mandat de la CVR qui s’étend de 1885 à 2008 ».

CVR

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Alexis

    L’objectif de cette fameuse CVR et de son président est bien clair : répondre aux désidératas de leur patron ( CNDD -FDD ) .

    Exhumer des ossements , prétendre que tous sont des années 72 et uniquement de l’ethnie Hutu est non seulement irresponsable mais aussi dangereux pour l’avenir de notre pays .

    Le choix même de cette période pour débuter les enquêtes devrait inquiéter plus qu’un , c’est justement pour fausser toutes les enquêtes .

    Comment cette CVR sans expertise ou matériel adéquat peut – elle distinguer les ossements de 72 de ceux de 65 , 71 , 88 , 93 et même après

    Pour cette soi-disant CVR est son président….le choix donc de 72 est clair , les autres dates sombres de notre pays les intéressent moins et tous les ossements trouvés n’importe où ( et datant n’importe quand ) datent de 72 .

    Le Burundi a raté une chance historique en mettant de côté l’expertise de la communauté internationale

  2. James King

    En 1972 d’abord les Hutus ont massacé les Tutsis ivyo Ndayicariye n’abandi bose bareke kubica iruhande !!!
    Quelque temps après les tueurs hutus ont été mâtés par l’armée mais d”autres Hutus innocents ont été tués !!! Nuko vyagenze ntabindi dushaka nta “sokwe ni ruze”

    • Yan

      Iyo n’indirimbo y’intwaro ya Micombero. Erega vyabaye atacamira. Na gouvernement bari bayihagaritse le 28 avril. Wibaza ko gouvernement yahagarikiwe iki? Kuko hari ico bagira bikorere

    • Kagabo

      Izo n’iza mvugo zirimwo uburozi mwari mwarahenze abarundi!!!! ko Sena ihejeje 6séances yo gutohoza uko vyoba vyaragenze avant, pendant et après la crise de 1972, ko mutaje ngo mwerekane ko ivyo muvugira ngaha mumpisho mwandika ko ari ukuri?? kuza ngaha mukandika muvuga ububeshi nico mushoboye, Ubu twarabahinyuye!!!! Ja guhenda abazungu.

      • Gervais

        Mr/Mme Kababo,

        Je veux dire ceci à toi ou a ceux qui pensent comme toi: que ce soit le Sénat, la CVR ou autre, que ce soit 72, 88 ou 93, aussi longtemps que la question du droit à la vie est politisée dans notre pays, nous sommes parti pour plusieurs siècles sans solution.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 329 users online