Samedi 20 juillet 2024

Société

Université du Burundi : les derniers adieux au petit déjeuner

20/01/2016 12

Un communiqué, sorti le 6 janvier, par la Régie des oeuvres Universitaires (ROU), annonce aux étudiants de l’Université du Burundi la suppression du petit déjeuner. Les étudiants, résignés, ne savent pas à quel saint se vouer…

rps20160120_181749Ni les étudiants internes qui auront fait des gardes, ni les étudiants en IEPS (Institut d’éducation physique et Sportif), aucun étudiant n’est épargné par cette mesure. «… à partir du 1er février 2016, le petit déjeuner ne sera plus servi dans tous les campus de l’université du Burundi», précise sans ambages, Anatole Nzinahora, directeur de la Régie des Œuvres Universitaires.

«Une mesure ardue », se plaint un étudiant de l’IEPS. Dépenser autant d’énergies, continue –t-il, pour faire des exercices physiques, sans avoir rien ingurgité relèvera de l’impossible. Cet étudiant espère que les professeurs seront tout de même souples dans la programmation des cours pratiques. «Les plus nantis s’achèteront à manger en dehors du campus »,conclut-il, résigné.

B.H., étudiant en droit, semble peu surpris de la mesure : « Cette décision se murmurait depuis peu parmi les étudiants ». Ce dernier renchérit et affirme que certains étudiants, qui avaient droit à la nourriture, ne l’étaient plus. La distribution de chambres, explique-t-il, a été entachée de fraudes cette année, alors qu’elle conditionne le droit à la restauration.

Une correspondance datant du 8 janvier a été adressée au directeur de la ROU. La représentation générale des étudiants demande «…de suspendre catégoriquement cette mesure… ». Ferdinand Ndihokubwayo président de ladite représentation regrette que cette mesure ait été prise sans consulter les concernés.

Le manque de moyens financiers à la base de la mesure

«Les finances disponibles ne nous permettent plus d’assurer le petit déjeuner», explique Anatole Nzinahora. Le petit déjeuner à lui seul, avance-t-il, coûtait plus de 550 millions par an, dont 10 millions alloués à l’achat du sucre par mois.Or, continue-t-il, les prix des denrées alimentaires flambent du jour au lendemain. Cette mesure, justifie le Directeur de la ROU, est une nécessité «Afin de pouvoir fournir les deux repas principaux, à savoir le repas de midi et celui du soir»

Toutefois, nuance M. Nzinahora, cette mesure sera validée, ou pas, dans une réunion rassemblant le conseil d’administration et les autorités de tutelle.


« De la vigueur pour démarrer la journée »

«Il est important de débuter la journée par des forces», affirme le nutritionniste Athanase Ntiyanogeye. Selon ce nutritionniste, le petit déjeuner apporte un quart des besoins journaliers en calories. Certes, admet-il, l’idéal serait de prendre des produits laitiers, des céréales, une boisson chaude et un fruit.

Avec la suppression du petit déjeuner, soutient Monsieur Ntiyanogeye, les conséquences ne manqueront pas : la concentration sera minime et la rentabilité faible. Par manque d’énergie provenant des céréales, qui tonifient les muscles, et du sucre (calories), les exercices physiques seront d’autant plus rudes pour les étudiants de l’IEPS.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Ces etudiants sont venus etudier seulement. Ils doivent se souvenir de leurs collines d’origine, est-ce qu’ils prenaient reellement du the chaque matin? reponse s’il vous plait?

    • Stan Siyomana

      @Hima Jeremy: « Ils doivent se souvenir de leurs collines d’origines.. »
      1. Il y a deja plusieurs decennies de ca, notre enseignant de 4 eme annee primaire m’avait designe pour qu’en rentrant a la maison, j’aille prendre du pain dans une petite boulangerie en face de l’eglise et le ramene chez lui a une colline situee a 3 km de la paroisse (meme colline natale d’un ancien tres haut dignitaire du gouvernement CNDD-FDD) .
      Un etudiant de l’Universite du Burundi en 2016 pourrait bien etre le petit-fils de notre enseignant Antoine.
      2. Votre commentaire est exactement ce que le directeur de notre college (ecole secondaire) nous a dit quand nous avons fait une greve de quelques jours car la direction de l’internat voulait que nous epluchions la banane verte avant de commencer les cours le matin.
      Comme le directeur etait europeen, j’etais convaincu que son commentaire etait fait pour nous rabaisser et nous ramener a notre place. La mesure n’a jamais ete appliquee par la suite.

  2. Karundi

    Je pleure les utilisateurs de la fameuse « Table 12 ». Ugiye kuyifungurirako batahakumenyereye bakwita umushitsi, bagaca bagusukira n’ingoga kugira ubaviremwo. Vyarigeze kunshikira rimwe, narinze mva muri UB ntasubiye kuri « Table 12 »

  3. kindros

    Poilicims gakanyicims ntimuvyemere ni mukanegeshe

  4. senga

    Salut,
    Moi je me demande pourquoi les politiciens ne s’expriment pas sur cette mesure qui vient prendre les étudiants à la gorge. Paradoxalement, lesdits politiciens chercheront ces même étudiants qui ne peuvent même prendre du thé le matin pour aller les aider dans les propagandes. Lorsque les intérêts des politiciens sont menacés ce sont les jeunes qui réclament pour eux mais lorsque l’inverse se produit, aucun politicien ne dit un mot.

    Chers Etudiants, essayons d’élever la voix car le thé est très nécessaire pour bien ingurgiter ces syllabus.
    NB: je ne vous encourage pas à aller dans la rue mais vous pouvez préparer une réaction et revendiquer étant à l’interne des campus. Surtout essayons de rapprocher les autorités rectorales.
    Merci.

  5. Kindros

    Ntakundi tubafashije umubabaro, à notre époque tudafise cours sambiri twakubita ikiyago kukayi hari abahungu bakubita udukombe24

  6. Burundi bw ejo

    D’apres nos anciens’ uko bazivugije niko bazitamba’kuk abo kuzitamba barabaronse apres distribution illegale des chambres ce que j’ai nommé’une aide divisionniste’aujourd’hui la reclamation est impossible uwuramvye azobona Mana urampe kwihanganira ibiriko biba mu Burundi

  7. NDABIRABE

    Mais , chers poilissimes , ne soyez pas étonnés, le gouvernement n’a pas besoin de vos diplômes, il n y a besoin que de cancres et il ne s’entoure que d’eux. La CENI de Pierre Claver recevra 1 milliards de fonds avec le budget de 2016. Si le gouvernement accepte qu’il y aura d’autres élections en 2016 là on comprendra. Le cas contraire réclamez la réa-location de ce montant destiné à 6 personnes/commissaires de la CENI.

    • Bakari

      @NDABIRABE
      « le gouvernement n’a pas besoin de vos diplômes, il n y a besoin que de cancres et il ne s’entoure que d’eux. »
      En gros vous nous dites que le gouvernement n’est composé que de cancres? Et des cancres qui donnent du fil à retordre à leur détracteurs! En fin de compte on se pose la question s’ils sont toujours des cancres!

      • Stan Siyomana

        @Bakari: « Et des cancres qui donnent du fil a retordre a leurs detracteurs. »
        Je dirais « tant mieux », si la devise du prince Louis Rwagasore (1930?-1961) (= Hero national de l’independance du Burundi) etait respectee:
        « Vous nous jugerez sur nos actes et votre satisfaction sera notre fierte, »

        • Mulele

          @Stan Siyomana
          La satisfaction de tout le monde relève de l’utopie. L’essentiel est que la majorité de la population soit satisfaite(en tout cas plus satisfaite que sous les dictatures militaires du passé), et je crois que c’est le cas aujourd’hui.

  8. Theus Nahaga

    le troisième mandat accélère, la descente en enfer prend son élan

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 892 users online