Jeudi 01 décembre 2022

Politique

Un sermon, un savon

24/04/2017 47

Le père Herménégilde Icoyitungiye a officié lors de la fin du carême. Il a saisi cette occasion pour protester et lancer un appel contre les exactions commises. Un sermon qui n’a pas plu à tout le monde.

Le père Herménégilde : « Quand un de tes proches meurt, on te dit de garder le silence »
Le père Herménégilde : « Quand un de tes proches meurt, on te
dit de garder le silence »

Un vendredi saint pas comme les autres au sanctuaire marial du Mont Sion Gikungu à Bujumbura. L’abbé Herménégilde Icoyitungiye débute la messe. Au menu, le chemin de croix, mais aussi le sermon. Il ne sait peut-être pas alors que sa chronique va faire des vagues. Et c’est un euphémisme.

D’entrée de jeu, il parle du culte du silence imposé actuellement au Burundi. « Quand un de tes proches meurt, on te dit de garder le silence.» Il fustige le discours des autorités qui disent que la paix règne dans tout le pays. « Cette rhétorique ôte à la population le droit de pleurer les siens. Cela est devenu tabou.», a lancé le prêtre devant un parterre de dignitaires et de chrétiens venus clôturer les 40 jours de carême.

Poursuivant sur sa lancée, il regrette que la vie d’un homme n’ait plus de valeur actuellement au Burundi. En témoigne, les tueries constatées ici et là. « Sur sa croix, Jésus demande pourquoi personne ne semble compatir à sa mort. Il dit ceci : On me maltraite et certains continuent à se moquer de moi disant que la paix règne, je meurs de faim et ils continuent de dire que la récolte a été bonne au Burundi, je subis l’arbitraire et pourtant ils disent que le Burundi est un pays où règne la justice. »

Il dénonce également l’inaction

Dans sa prédication, le Père Herménégilde Icoyitungiye évoque également la corruption. « Je suis mort à cause de la corruption de Judas et les autres brandissent le programme tolérance zéro en matière de corruption, même si les gens continuent à vivre dans la misère. » Pour le père Herménégilde, le pire est de voir les sommes colossales investies pour financer les tueries au lieu de sortir le peuple de la misère, de protéger la population.

Dans son sermon, il parle de l’inaction des gens face à l’oppression. « Sachez que ce Jésus que vous pleurez aujourd’hui, vous le côtoyez chaque jour. Il est dans cette personne qui est persécutée pendant que tu te tais ou que tu y participes d’une façon ou d’une autre.»

Le prêtre appelle à la responsabilité des uns et des autres. « Que personne ne dise demain ou après-demain avoir exécuté un ordre, après avoir conduit quelqu’un à l’abattoir.»

S’adressant aux autorités présentes ce Vendredi saint au Mont Sion, cet homme d’Eglise a demandé aux puissants de ne pas abuser de leur pouvoir pour opprimer l’autre. Il a également fustigé le fait que finalement, ce soit les méchants qui soient récompensés. « Aujourd’hui beaucoup de gens pleurent sans obtenir la justice et quelques fois leurs bourreaux sont considérés comme des héros, décorés et récompensés pour leurs prouesses. »

L’Église catholique solidaire des propos du père Herménégilde

mgr-simon-ntamwanaL’archevêque Simon Ntamwana indique que l’Eglise catholique ne voit aucun mal dans cette homélie. Pour lui, elle a le mérite d’éclairer la population et le Gouvernement sur la réalité que connaît le peuple burundais. « Un berger se doit d’être sensible à la souffrance de ses brebis et de les tirer vers la lumière et l’espoir. » Selon lui, la Bonne Nouvelle doit être donnée à tous, et les politiciens compris. L’archevêque ajoute que l’Eglise prône l’enseignement biblique qui s’inspire du quotidien des chrétiens. « Si le pays va mal et si tout le mal évoqué par le père Hermenegilde existe, pourquoi ne pas en parler alors qu’il touche ceux dont il est censé panser les blessures ? » s’interroge l’archevêque de Gitega.

Face à des menaces de mort que subit le père Herménégilde, l’archevêque met en garde contre toute atteinte à sa personne. « S’il lui arrive quelque chose, sachez que les coupables ne resteront pas impunis.»

Simon Ntamwana évoque, un brin amer, un brin amusé, la foudre qui s’est abattue sur lui lorsqu’il a protesté contre ce mandat du président Pierre Nkurunziza. Et d’indiquer : « Un homme de Dieu ne doit pas avoir peur de parler pour son peuple. Nous sommes prêts à mourir pour la Bonne Nouvelle, à l’image des martyrs.»


Les réactions

willy-nyamitweWilly Nyamitwe : « Leurs homélies imbibées de politique sont très choquantes. »

Le conseiller à la Présidence s’inscrit en faux à la fois contre l’homélie du Prêtre Hermenegilde et la position de soutien de l’Eglise exprimée par Mgr Simon Ntamwana. « Je ne sais pas si c’est pour exhiber sur la voie publique, encore une fois, sa quintessence politique que le Prélat Ntamwana vient à la rescousse de cet Abbé qui a préféré quitter la soutane pour porter un habit politique. » Pour l’ambassadeur Nyamitwe, « Mgr Ntamwana ne représente point l’Eglise Catholique puisqu’il n’est pas président de la Conférence Episcopale encore moins Evêque du Diocèse de Bujumbura dans lequel le prêtre Icoyitungiye fait son ministère. » Concernant l’homélie de Vendredi saint, le conseiller à la Présidence la qualifie d’homélie politique qui traduit les deux morales contradictoires dans lesquelles naviguent certains bergers. » Liant cette homélie aux propos de Mgr Ntamwana en décembre 2014 quand il a clairement montré que le président Pierre Nkurunziza n’avait pas le droit de briguer un autre mandat en 2015, l’Ambassadeur Willy Nyamitwe déclare que « leurs homélies imbibées de politique sont très choquantes et constituent une pierre d’achoppement pour le Peuple de Dieu et en contradiction avec Vatican II qui met en avant le Peuple car c’est lui qui professe la foi des apôtres. »


pacifique-nininahazwe-1Pacifique Nininahazwe : « Beaucoup se taisent face aux crimes de Bujumbura.»

Pour cet activiste des droits de l’Homme, ce prêtre a dit tout haut ce que tout le monde dit tout bas. « Je salue son courage. Il me rappelle le Pasteur Martin Niemoller à l’époque d’Hitler: lorsqu’ils sont venus arrêter les juifs je me suis tu, je n’étais pas juif… » » Selon Pacifique Nininahazwe, beaucoup se taisent aujourd’hui face aux crimes innommables de Bujumbura. Les prochaines générations leur poseront la question : « Où étiez-vous pendant tout ce temps de tribulations de vos frères ? Ce jour-là la postérité va saluer le courage du père Hermès ! »


jean-de-dieu-mutabazi-2Jean de Dieu Mutabazi : « Nous condamnons les écarts du prêtre.»

Le président du parti Radebu indique que le prêtre a tenu des propos partisans, gauches et maladroits à l’endroit du gouvernement burundais. « Nous condamnons les écarts du prêtre.» Pour Jean de Dieu Mutabazi, les sorties du prêtre ne sont pas fondées, surtout en matière des droits de l’Homme. « La première mission des hommes d’Eglise est beaucoup plus la guérison des âmes plutôt que la politique. »


leonce-ngendakumanaLéonce Ngendakumana : « Le prêtre connaît la souffrance de la population.»

Pour le vice-président du parti Frodebu, il ne fallait pas s’attendre à des mensonges de la part d’un homme de Dieu, qu’il qualifie de courageux. « Le prêtre ne connaît que très bien la souffrance de la population. Sa misère et sa désolation. » Selon Léonce Ngendakumana, il a plutôt touché là où ça fait mal, et ses détracteurs doivent plutôt se remettre en cause et éviter de commettre les délits évoqués par le prêtre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

47 réactions
  1. Rududura

    Je crois que Ntamwana et les siens ont longtemps cherché à renverser les autorités actuelles en vain. Il est difficile pour eux de continuer à tolérer un président qui n’est pas catholique .

  2. ntsimbiyabandi

    Je ne suis pas politicien ni politologue mais j’aime la politique. C’est pour cela que je suis resté admirateur entre autres de Mgr Ntamwana Simon. D’abord par la Radio-Télévision Nationale du Burundi (RTNB) lors de la transmission de la messe dominicale de 10 h depuis la Cathédrale Regina Mundi de Bujumbura (CRM) ou de visu à l’occasion de certaines solennités. Ensuite à travers ses écrits dont « laisse partir mon peuple », document que je voudrais qu’il figure dans la bibliothèque du Grand Séminaire de Bujumbura mais que le responsable de la Bibliothèque de l’époque, l’abbé Rutayisire Faustin, a publiquement censuré. Je lisais aussi des tracts contre lui que des chrétiens sans doute de la CRM avaient rédigés pour lui faire peur, d’où la jubilation quand tout Bujumbura était inondé de la fausse information que l’Evêque rouge avait encore fui son pays. Enfin de temps en temps, il m’arrive de tomber sur un sermon mais qui n’a plus la saveur et la vigueur d’antan. Pour aller tout droit à mon objectif, j’ai une question en ce qui concerne le sermon controversé du Père Hermès Icoyitungiye : Mgr Ntamwana Simon peut-il dédaigner ma souffrance moi qui étais à cette célébration de la passion de Jésus au Sanctuaire Marial du Mont Sion Gikungu de Bujumbura, moi chrétien catholique engagé, moi pauvre devant le riche (grand) prêtre Hermès ? Je suppose que son excellence prendra faits et causes pour moi, option préférentielle pour les pauvres oblige ! Ntsimbiyabandi Léonce, [email protected]

  3. Rions-en

    Nous voulons tenir à l’écart les hommes de l’Eglise de notre politique. Mais tout en mettant notre nez ou plutôt en régissant les prêches de nos serviteurs de Dieu.
    Nous semblons oublions que la politique s’occupe indistinctement de tout le monde. Certains nains politiques la considèrent comme leur casse gardée.

  4. JOSHUA 2015

    Abo banyeporitike bavuga ko Patiri yarenze akarimbi mu gutanga zirya nyigisho …. Reka bibashegeshe bari n’ico bibonyemwo. Mbega nka Willy Ny. yovuga gute ko ivyo Imana bitavugwa muri poritike canke poritike itavugwa mu vy’Imana…. Ngira yoba ari umudede atiyemera! Ko nama mbona inama zose z’umugambwe CNDD-FDD zama zitangurwa n’igisabisho? Nyamba kitaroreshwa ku Mana tuzi kandi twemera twese !!!…. Nibabe bareka kuvuga nk’ababorewe!

    • Meurlsaut

      @Willy Nyamitwe
      « Mgr Ntamwana ne représente plus l’église catholique » parce qu’il n’est plus président de la conférence épiscopale? Il est archévêque de l’archidiocèse de Gitega et primat de l’église catholique du Burundi! Et à ce titre,il représente encore davantge l’église catholique!
      Notre sinistre fanatique iDDolâtre et conseiller du pouvoir celeste ne comprend même plus ce qu’il dit. Misère!!

  5. Jereve

    Essayons de mettre les faits dans leur contexte. Cet homme d’Eglise a prononcé son sermon contre les maux qui rongent le Burundi. C’est sa mission de dénoncer le péché et le mal d’où qu’ils viennent. Amen. Le Président du Burundi et son épouse – pasteur – organisent régulièrement des longues veillées de prières où ils dénoncent le péché et le mal d’où qu’ils viennent, du commun des mortels aux grands, politiciens ou pas. On les a entendu prêcher contre l’adultère, le crime, le mensonge, le vol… En cela, ils sont sur la même longueur d’onde que le prêtre. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les politiciens s’en prennent au prêtre et ne lèvent même pas le petit doigt contre les prêches du président et son épouse. A moins qu’on me dise que ces derniers prêchent dans le désert.

    • ngabire

      Bien dit. Impartialité oblige.ça fera réfléchir certains.

  6. Bob Mwami

    La pratique de l’esclavage qui a été soutenue par la chrétienté et l’Inquisition instaurée par l’Eglise Catholique pendant des siècles et auxquelles on entend pas de pardon de sa part, tout ça au nom de quelle morale et pour le compte de quelle charitable organisation agit ce prélat ?
    1972, génocide consommé et mon Dieu, l’Eglise a déjà oublié et soldé. 2015, massacres à grande échelle et interdiction de pleurer les siens selon les lunettes de ce prêtre. Mon Dieu, puissiez-vous leur permettre de regarder bien dans le rétroviseur.
    Pas de censure SVP.

    • Minott

      franchement pitoyable ton idee! comment peux-tu conseiller a un berger de regarder dans le retroviseur alors qu’il est considere comme un chauffeur en cours de route, plutot regarder dans le pare brise…

  7. Murundi

    No matter what les Nyamitwes et les Mutabazi try, ils ne parviendront jamais a faire taire ces hommes de Dieu. Ici bas comme au ciel, pere Hermenegilde et archeveque Simon Ntamwana will be remembered comme les vrais bashingantahe qui ont fait la difference dans la societe burundaise. Nous les applaudissons et encourageons de continuer a crier face au calvaire que vivent les non DD . « Fear doesn’t prevent death, it prevents life  » Les autres bashingantahe qui n’osent pas faire comme ces deux hommes de Dieu devraient sortir de leur cachette et denoncer sans cesse les crimes odieux qui prenent la vie des notres chaque jour. Sinon, la peur ne les empechera pas de mourir nk’ifu y’imijira. Chapeau a Hermenegilde et Simon Ntamwana. Que la main de l’eternel vous protege.

    • mayugi

      Merci Murundi pour ce commentaire. Mutabazi lui, se disqualifiera un jour J s’il ne l’a pas déjà fait.

  8. Bagona Anne

    Senyamwiza, je ne sais pas ce que tu veux dire par le mot « paysan ».A Nyakabiga, certains habitants du quartier (pas tous, je pèse mes mots) ont brûlé vif un pauvre ouvrier.Et je ne crois pas qu’il soit le seul à subir ce genre de traitement.Et qu’est-ce que tu racontes?

  9. Munyangeri

    @ Agnès Ndirubusa

    Duhe parcours de ce prélat qui ne craint pas de dire la vérité au pouvoir de Bujumbura. Umuntu w’Imana aho niho aturutiye! Ntategerezwa kugira ubwoba iyo hageze kuvuga ukuri.

    Mu Burundi hasigaye hari un déficit abyssal muvyerekeye la charité les hommes du pouvoir bafitiye ababashigikiye n’abatabashigikiye.

    Mbega ninde mu mbonerakure azotera ibuye ryambere Nyakugirimana Herménegilde Icoyitungiye?

  10. Mutabazi chef du RADEBU et de la JEDEBU ne rate jamais l’occasion de montrer qu’il est vivant mais il rate chaque fois l’occasion de se taire.

  11. Duciryaninukuri

    Il y a réellement écart en cette homelie. Et les journalistes je crois sont allés demander au prelat ce qu’il en pense. Je crois qu’ils devraient aller justement chez le président de la conférence épiscopale pour ne pas dresser les uns contre les autres. Nous attendons quand même que l’église se prononce et que tous prennent comme vérité à garder ce qu’elle nous dira.
    Mon conseil:
     » cherchons à bâtir les ponds au lieu d’ériger les murs de séparation. »
    Ntawundi muti muze mumponyuze! nous sommes comme les animaux malades de la peste.

    • Bagona Anne

      Nous appelons l’Église catholique à se distancer des propos à caractère exclusivement politique du Père Icoyitungiye.Un prètre ne peut pas profiter de la tribune pour exhiber ses positions politiques devant les fidèles aux tendances politiques diversifiées. Résultats de cette immixtion politique en cascade des hommes de l’église c’est le risque de dissension de l’église entre les propouvoir et antipouvoir.Ceci n’est pas l’objectif pour lequel les serviteurs de Dieu sont appelés.

      • @Bagona
        Heuereusement que vous n’êtes pas serviteur de Dieu si non vous n’auriez pas servi. Vous parlez comme une personne à laquelle on a posé la question suivante, en Kirundi: « Unmushingantahe ni iki? » La personne de Mirwa a répondu: « Umushingantahe ni uwisuka mu bitamuraba. » Quand les Bashingantahe avaient encore droit de cité, ils faisaient ce que le père Herménégilde Icoyitungiye a fait et lui l’a fait dans le cadre de sa sagesse, de son sens d’Ubushingantahe en utilisant les instruments lui conférés par l’Eglise Catholique mais, apparemment vous êtes comme la fameuse personne de Mirwa! « Va ibuzimu muje i buntu!! »

      • mayugi

        Il a parlé de la souffrance de la population et non de la politique.

  12. T. Nsavyinganji

    C’est dommage que nos politiciens ne savent pas le rôle de l’Eglise! MGR Nterere Jean Berchmans avait comme devise  »Nta na kimwe mwomara tutari kumwe » c’est de cette manière qu’il conseillait les belligerants Burundais de la dernière décennie du 20e siècle.

  13. BUKURU

    Les prélats burundais devraient être prudents. De par cette litanie de commentaires contradictoires à la suite du sermon de l’Abbé Hermès, et même des propos de Mgr Ntamwana, ils devraient se ressaisir et ne pas jouer avec le feu: non pas qu’ils l’attisent contre eux-mêmes, mais qu’ils contribuent à embraser la société à laquelle ils sont supposés apporter un souffle de vie; ce qui est très grave! Tenez: quel bien nous a apporté le mouvement « Sindumuja » dont la paternité est endossée -à tors ou à raison à Ntamwana- sinon les pleures et les lamentations? Vous n’allez pas me dire qu’un mandat de 5 ans était une raison suffisante pour provoquer tous les malheurs que le pays a connu jusqu’à présent. Quel bien de prêcher sur quelqu’un, pire encore s’amuser si ostentatoirement sur les propos d’un président de la République pire encore en public? Un prêtre n’est pas un quelconque vulgaire, c’est une autorité morale, comme l’est d’ailleurs un Président de la République: vous vous amuser donc à mettre en confrontation les autorités de ce pays? Messieurs les Pères, éviter de sombrer dans le piège de renversement des repères que la société des politiciens vous tend aujourd’hui: c’est vous qui devez être leurs disciples ou plutôt l’inverse? Soyez indépendants vis à vis des propos des politiciens; même ceux que vous sympathisez de l’ intérieure. Quelqu’un m’a dis le commentaire de Mgr Ntamwana avant que je ne le lise moi-même, j’ai dit: non, les évêques n’agissent pas comme ça; c’était avant que je ne m’en rende compte moi-même; à ma grande surprise et déception. C’est brave de défendre et de protéger un prêtre qui est harcelé, mais à mon humble avis, l’ Eglise Catholique n’est pas faite pour les confrontations; sinon Jésus notre Maître ne serait pas tombé, livré par Pilate; il était pour cela plus puissant, plus éloquent, plus sage, plus brave que notre Monseigneur. Je conseille à mes amis les prêtres burundais: prenez le temps de lire la Parole et de prier pour renouveler régulièrement votre inspiration à partir de la Vraie Source : en effet, l’esprit est ardent mais le corps est faible (avec sa cohorte de soifs, d’épreuves et de leurres)!

    • Gateka Alain

      Bukuru vous êtes qui pour donner de lecon de pastorale? Je te recommande de lire le livre de l’Abbé Abbé MINANI J. Chrysostome « « LA VÉRITÉ ET L’AMOUR » : UN DÉFI MORAL POUR LA RÉCONCILIATION D’UN PEUPLE DIVISÉ : LE CAS DU BURUNDI »
      ou il s’interroge et dit ceci  » En effet face aux tragédies qui ont emporté la
      vie de plusieurs barundi, je me suis posé la même question que J. B. Metz a
      lancé aux chrétiens allemands après l’holocauste des juifs par les nazis :
      « allons-nous continuer à prêcher le même évangile d’une façon abstraite, avec
      une religiosité qui absorbe les épreuves douloureuses dans la société, qui
      centralise les peurs incontrôlées, qui fait taire les souvenirs dangereux et les
      aspirations révolutionnaires » ?(METZ, J. B., la foi dans l’histoire et dans la société, Editions du Cerf, Paris 1999, p. 174)
      L’Eglise a-t-elle une arme pour défendre ses enfants de l’autodestruction » ? Oui : sa fonction de prophète dans la société,exercée d’abord par ses pasteurs. Je l’ai vue impuissante et le statut de l’Evêque
      comme « pasteur des brebis » a été mis en doute, et même quelque fois en cause.Et dans son livre il s’interroge du rôle du clergé burundais dans les crises qui ont secoué le Burundi et semble même accuser celle-ci de l’inertie. Faudrait-il n’en déplaise à Nyamitwe et Mutabazi que les eveques se taisent face à la monstruosité des actes commis par le CNDD/FDD.Non et non et ce qu’invoque Nyamitwe sur le Concile Vatican II est complétement erroné car celui-ci dit  » l’expérience des autoritarismes nazi, fasciste et soviétique des décennies trente et quarante du siècle dernier, de même que les souffrances massives engendrées par la deuxième guerre mondiale, ont conduit Pie XII à engager l’Église dans l’appui aux droits de l’homme et à la démocratie, un appui qui fut confirmé sans réserves dans l’encyclique Pacem in terris (1963) de Jean XXIII et dans les textes Gaudium et spes et Dignitatis humanae de Vatican II en 1965
      A Nyamitwe et Mutabazi de compléter vos lectures et soigner vos cécités spirituelles.

      • BUKURU

        Mon cher Alain, je suis sûr que vous ne me connaissez pas! Sinon vous y iriez doucement. En effet, vous n’etes pas mieux que Nyamitwe, parce qu’au moins lui, il sait lire les textes constitutifs de l’Eglise catholique: le droit canon, le Cathéchisme, Vatican II, … Ce n’est donc pas moi qui donne les leçons de morale, c’est l’Eglise catholique elle-même. Allez-y alors vous-même lire, vous saurez ce qu’il faut défendre et ce qu’il faut dénoncer, merci.

        • Gateka Alain

          Monsieur Bukuru,
          Je ne dois mème vous conaître je n’ai fait que lire votre commentaire. Affirmer que c’est Nyamitwe qui a raison me fait penser directemment à quel bord vous appartenez, mais c’est de votre droit de soutenir les lectures biaisées. Pourtant c’est clair et limpide l’approche de l’Eglise consacrée par les différents textes dont s’inspire le Concile Vatican II et nombreux encycliques (dont les deux que j’ai cités) trace clairement la mission assignée à l’église. A de nombreuses reprises, pour répondre au défi lancé à notre époque par l’oppression et par la faim, le Magistère de l’Église, soucieux de susciter le réveil des consciences chrétiennes au sens de la justice, de la responsabilité sociale et de la solidarité avec les pauvres et les opprimés, a rappelé l’actualité et l’urgence de la doctrine et des impératifs contenus dans la Révélation.

          Je vous recommande de lire si vous avez le temps et la capacité (vous serez bien éclairé) certains actes pontificaux les plus récents », Mater et Magistra et Pacem in terris », Populorum progressio », Evangelii Nuntiandi » , « Octogesima Adveniens. »

          Et c’est dans ce prolongement que le Concile Vatican II à son tour a abordé les questions de la justice et de la liberté dans la constitution pastorale Gaudium et spes.
          L’homélié du berger du Mont Sion est dans la logique des missions de l’Eglise, et l’Evèque est dans son rôle d’objecteur de conscience n’en déplaise à ceux qui partisans de la pensée unique veulent se faire des donneurs de leçon.

          • Uwakera

            Monsieur Alain,

            Vous êtes heureux de n’appartenir à aucun bord, mais de grâce, arrêter de parloter pour défendre l’indéfendable. Je suis catholique pratiquant mais je ne saurais en aucun cas soutenir un prêtre dans ses errements qu’il confond à une homélie. Le prêtre a déraillé, il est tombé très bas dans ses jugements, dans ses soutiens au mensonge. Aidons-le plutôt à se relever. Dommage que l’Église Catholique du Burundi soit devenue la caisse de résonance des mensonges de tous bords. Je comprends aisément pourquoi le glas de la bonne vieille musique sacrée a sonné, sans que les prêtres ne s’en émeuvent outre mesure. Je comprends pourquoi nous nous retrouvons avec des cathédrales sans orgue, la politique a pris la place de la liturgie. C’est vraiment dommage.

          • mayugi

            Monsieur Alain, laisse ces mecs, ils sont du même bord, ils font la sourde oreille et dorent la pillule.

      • Duciryaninukuri

        Mauvaise comparaison car le nazisme n’est pas à comparer avec cette lutte de leadership, de quête ou protection du pouvoir , de quête de pain au bout du compte que nous exprimons avec violence car intolérant ou haineux.
        Où est la miséricorde? Soyez parfaits comme votre Père est parfait et n’oubliez pas que « la vengeance de Dieu est de pardonner infiniment » sans rien exiger au préalable sinon l’accueil de ce pardon.
        Qui veut oser? Je nous lance ce défis au lieu de querelle de monopole de maîtrise de la réalité que nous vivons.
        Je pense que même Dieu est au point de ne pas nous comprendre contrairement à nous qui croyons tout comprendre. Pauvre de nous!
        Sans l’amour nous fonçons droit contre le mur sans exception petits et grands, croyants et non-croyants.

    • Minott

      tu parles comme si tu philosophais…mais j’ai peur que ata philosophie usumvya ni le pretre et moins encore Mgr Ntamwana, ahubwo wohanura tes amis de l' »aigle » car ils en ont plus que besoin vu leur leur bassesse intellectuelle

  14. Eric

    Pour mieux connaitre l’eglise catholic ,il faut suivre calmenent cette video il ya bcp de reality..
    Cette eglise controle le monde y compris la chine,la Kore du Nord et meme les pays arabes.
    Soit intelligent pour ne pas avoir un problem avec cette eglise .Seule Jesus Chris peut vous proteger de cette organisation politic glabal qui a creer l’ONU,la banque mondiale,toutes les grandes ONGs et bcp d’organisations
    https://www.youtube.com/watch?v=MX0GtdVQ26E&t=858s

  15. NADINOU

    NADINOU
    Je me demande comment Monsieur Nyamitwe peut -il mentir et toujours contester ce qui se dit sur ce qui se passe dans ce pays. Il nie en permanence l’évidence. On peut admettre qu’il ne peut pas critiquer ceux qui gouvernent ouvertement, sinon il ne serait sans doute plus de ce monde, mais au moins qu’il ait la décence de se taireq quand des vérités sont dites. Il nie l’évidence, ce que tout le monde sait et voit d’ailleurs. Qui dans ce pays ignore les exactions commises depuis deux ans, sur une population sans défense et la manipulation des gens que l’on pousse à faire n’importe quoi. Alors enfin un prêtre ose dire tout haut, ce qui se passe. Je lui recommande de toujours regarder derrière lui quand il marche dans la rue. Mais sans aucun doute sa disparition ferait la preuve que ce qu’il a osé dire est la VERITE de ce que vit le peuple burundais actuellement. Le pays recule au lieu d’avancer. Pourtant les personnes de bonne volonté existent, mais sont obligées de rester dans l’ombre pour ne pas perdre la vie.

  16. Tfk Kimaranyi Gloriose

    Il y a une chose, qui m’étonne chez les gens qui se sont insurgés contre les propos du père Hermès Icoyitungiye jusqu’à présent personne n’a pu contredire les réalités qu’il a dénoncé . Que ce soit le fameux Nyamitwe en passant par le garçon de courses Mutabazi ils se contentent à dire que le prêtre a fait de la politique plus tôt que dire la parole de Dieu mais aucun n’arrive à dire que ce qu’il a dit n’est pas réalité . Quelqu’un me disait que quand tu lance une pierre dans une muette de chien c’est le chien touché qui pousse un cri je n’ai jamais entendu le prêtre nommer qui que ce soit mais il me semble que ses paroles ont bel et bien touchés une cible ce qui prouve encore une fois de plus qu’il disait une réalité sinon si personne n’était coupable des atteintes dénoncées qui se sentirait visé ? Autre chose on dirait qu’ il y a des gens qui aiment être des Baja surtout quand il condamne le vocable Sindumuja prononcé par le prelat Ntamwana. Dans le Burundi coloniale était qualifié de « Umuja »un traitre il ne pouvait même pas prendre place parmi les bashingantahe( les braves) on dirait que tous les suppôts de Nkurunziza sont fiers d’être Abuja je leur souhaite bonne chance c’est leur choix d’être umuja de quelqu’un moi je suis Sindumuja de qui que ce soit. Pour Nyamitwe je ne trouve pas de mots pour qualifier son ignorance et son arrogance à vouloir donner une leçon à Ntamwana je lui rappèlerai qu’il est Archevêque et membre influent de la conférence des Évêques. D’après Nyamitwe pourquoi le conseil des Évêques ne l’a pas encore contredit s’il réellement il a passé outre ses instructions ?

  17. Hossa!

    Il a donne conseil pour sauver les ames. Puis, notre loi donne le droit a tout burundais de s’exprimer pour construire ce pays, y compris le clerge burundais je suppose. Meme certains politiciens nous enseignent « la bonne nouvelle » et je trouve que c’est acceptable! Abipfuriza uwo mukozi w’Imana kumererwa nabi, murasaba imbabazi, kuko Imana irikumwe nawe, ntimwoyishobora!

  18. Socoro

    D’abord, ce que le prete a dit n’a rien de politique. C’est Mutabazi surtout, qui voit toujours de la politique partout! Comment appeler les chretiens a changer sans toucher sur les peches les plus connus: la corruption, la tuerie, le mensonge etc…? Est-ce vraiment politique ca? Est-ce que ces peches sont uniquement commis par les politiciens seuls? Non!! Vouloir faire taire toute la verite est impossible dans notre age. Par ailleurs, avec l’homelie que tout le monde n’a pas aime…et a ses risques, il est fort probable que ce pretre courageux ait pu sauver une ame!!! Who knows?
    Ne fallait-il pas vraiment repsecter Mgr, pour tout le travail qu’il a accompli pour ce beau pays? Harageze ko bamwe bamukengera, pourtant c’est quelqu’un qui a donne sa contribution pour que nous soyons la ou nous sommes

  19. Jean Bosco

    Les langages de Hermès et Ntamwana ne m’étonnent pas car le Pape François a dit bien qu’il est inquiet qu’il y a beaucoup des désertions au sein de l’église catholique au niveau des religieux mais ici au Burundi on ne démissionne pas officiellement comme d’habitude, ce sont de tes langages qui vont nous indiquer si tel ou tel autre a déjà remis la soutane ou pas

  20. Ayahu Jean Pierre

    L’homélie de ce curé s’inscrit dans une suite logique, celle de l’Eglise catholique du Burundi à se mettre en opposition avec le pouvoir en place. Actuellement, au nom de « Sindumuja », on assassine. Au nom de « Sindumaja », on calomnie, on insulte, on demande des sanctions contre le Burundi et son peuple. Rappelez-vous de ce crime ignoble à Nyakabiga au nom de de cette idéologie. Rappelez-vous de ces mensonges propagés ici et là par les héritiers de cette idéologie. Le problème, c’est que l’inventeur du slogan reste muet. C’est Ntamwana pour ceux qui le connaitrait…Alors, quoi d’étonnant s’il soutient les propos de son compère? Quoi d’anormal chez M. Ninihazwa « akamishi/ se fait vivre » et exister à travers cette idéologie etc…
    Mais l’attitude de l’Eglise catholique questionne et quelqu’un le rappelle sur un autre site burundais dans sa publication du vendredi dernier..
    1973, dans leur lettre pastorale, elle affirme que « la paix est possible, la justice aussi » après 300 000 morts dont des dizaines de prêtre!. Entre les morts et les vivants, la paix est possible parce que les morts ne dérangent plus! La justice est possible, mais pas celle des hommes! C’est un peu cynique je dois dire!
    Mais bon dire qu’au Burundi, il est interdit de pleurer les morts, c’est un peu exagéré et il faut être Ntamwana et ses copères pour l’affirmer.
    Mais quelles en sont les intentions?

    Espérons un changement. Sinon, le

    • SINDAMBIWE CHRISTIAN

      @Ayahu Jean Pierre,
      Si vous ne faites pas partie du système, je vous conseille de ne pas vendre votre âme à des gens qui prônent le tribalisme, le viol des femmes opposantes pour régler une crise socio-politique grave qui a emporté des milliers de personnes et jetés sur les routes de l’exil près d’un demi millions de Burundais. L’auteur principal de cette crise se reconnaitra. J’ai aussi remarqué que chaque fois que vous êtes acculés, le dos au mur devant vos responsabilités vous invoquez le passé comme si ce dernier pouvait vous aider à justifier vos exactions et votre mauvaise gouvernance. Ce n’est pas en niant des faits, par ailleurs signalés dans pratiquement tous les rapports sur les droits de l’homme au Burundi, que vous allez vous en sortir cher AYUHU. Des preuves accablantes de vos exactions s’accumulent tous les jours que Dieu a faits et la vérité, crois-moi, finira par vaincre et elle est proche. Sinon, ce prélat n’a fait qu’exprimer tout haut ce que beaucoup de Burundais pensent tout bas mais ils ne peuvent pas ouvrir leur bouche pour des raisons que je vous laisse deviner.

      • Meurlsaut

        @Sindambiwe Christian
        Mention bien!

      • Ayahu Jean Pierre

        relis d’abord mon commentaire!!!¨!

      • Man in the Mirror

        Kubwira ukuri Ayuhu Jean Pierre bisa nuguhanura Pita.
        Baaramaze kurengerwa n’ivyimviro bibi. Kaput, irrecuperables.

  21. RUGAMBA RUTAGANZWA

    @Gakima Francine
    « A quand le prochain miting politique Prêtre Helmès? Mwe na Ntamwana mukwiye kwambura ama soutane mugakora politique ku mugaragaro!! »

    Non, mieux, le monde entier devrait se taire face aux horreurs sans nom sur lesquelles aucune enquête n’est faire pour des raisons évidentes que je vais taire ici. Non, mieux encore, le monde entier devrait se ranger derrière votre gouvernement et surtout se taire quand des officiels multiplient les discours de la haine alors que sa milice Imbonerakure appelle au grand jour, dans des chants populaires, au vu et au su de tout le monde, au viol des femmes et filles d’opposants…! Le ridicule ne tue pas.

    • Jereve

      C’est vrai. Qui a prononcé des discours contenant des expressions et sous-entendus dangereux tels kora, begeranye, tuzobamesa, mujeri, inyankaburundi, abahima, tera inda…? Je pourrais continuer et conclure que certains sont mal placés pour donner des leçons à ce prêtre qui n’a dit que la vérité.

  22. Gacece

    Quand le berger s’égare, ce sont tous les brébis qui le suivent dans son égarement. Le terme « Sindumuja » à été prononcé la première fois par Mgr Ntamwana. Et regardez de quelle façon il a été exploité.

    Des centaines de victimes plus tard, d’un côté comme de l’autre, on se retrouve à essayer de panser les plaies pendant que les autres s’activent à enlever ces pansements avant la cicatrisation.

    Et de chaque côté, on louange « ses héros »! Vivement un changement d’orientation, pendant qu’il est encore temps.

  23. kabingo dora

    Nyamitwe déclare ceci « Mgr Ntamwana ne représente point l’Eglise Catholique… » Mr Nyamitwe ferait mieux de s’occuper de ses oignons et cesser de dire du mal de ce respectable personnage Mgr Ntamwana. Mgr Ntamwana joue son propre role et il est en droit de s’exprimer de cette manière et nous lui faisons confiance . Il est dans la droite ligne de la démarche de Jésus .Que Dieu vous garde Monseigneur.

  24. Gakima Francine

    A quand le prochain miting politique Prêtre Helmès? Mwe na Ntamwana mukwiye kwambura ama soutane mugakora politique ku mugaragaro!!

    • rekha Shah

      Quand notre président prêche la parole de Dieu, Nyamitwe ne dit rien. Et maintenant il ose dire que nos prêtres ne peuvent pas parler de nos souffrances. Nyamitwe n’ a pas honte tout simplement.

    • Banzubaze

      @Gakima Francine
      L’Etat est laïque à ce que je pense. On devrait avoir une séparation bien nette entre la religion et l’Etat.
      Mais cela reste l’idéale vers laquelle on essaie de tendre. La réalité est tout autre!

      • Cento

        Le peuple soufre ma chère, you must be blind.
        Le prêtre dit les fax , c’est la vérité. Il faut que le gouvernement improuver les conditions de vie de la population.

    • Mafero

      @Gakima, et autres Nyamitwe. Vous ne parviendraient jamais à faire du Burundi la Corée du Nord!
      Entre les sermons du Prêtre Icoyitungiye et ceux de Bukemba à la fin de l’année 2016 faisant même allusion à l’Apocalypse, lesquels sont plus nocifs à la population?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 1 825 users online