Mercredi 05 octobre 2022

Économie

Un nouveau souffle pour l’économie burundaise

12/04/2022 3
Un nouveau souffle pour l’économie burundaise
Pour le Chef de la diplomatie burundaise, ce nouveau plan-cadre est un outil de transformation économique du Burundi

Un nouveau plan-cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable du Burundi va bientôt voir le jour. C’est ce lundi 11 avril que le processus de préparation de ce plan-cadre a été lancé en présence des représentants du gouvernement, de l’équipe-pays des Nations unies, la société civile, les organisations multilatérales régionales et internationales, etc.

Ce nouveau plan-cadre devra être un outil au service de la transformation économique du Burundi, d’après le ministre des Affaires étrangères, Albert Shingiro. « Le but est de promouvoir les activités économiques inclusives, diversifiées, créatrices d’emploi et qui favorisent le bien-être de tous les Burundais sans laisser personne de côté ».
Il devra répondre à ces priorités : agriculture et élevage, infrastructures socioéconomiques, emploi des jeunes et industrialisation, santé publique, protection sociale, changements climatiques…

Ce plan, qui s’étend sur 5 ans et qui doit s’aligner sur le Plan national de développement 2018-2027 et le Programme national de capitalisation de la paix (PNCP), va apporter des solutions concrètes aux réels défis auxquels fait face le pays, selon le directeur général des relations ministérielles au ministère des Affaires étrangères, Isaïe Kubwayo.
Ce plan-cadre se base sur six principes : durabilité, résilience, droits de l’Homme, égalité des sexes, redevabilité et ne laisser personne de côté. « Pour ce dernier principe, nous devons collectivement faire plus d’efforts pour générer des données qui permettront de mesurer les progrès accomplis en faveur des plus défavorisés », assure le Coordonnateur résident du système des Nations unies, Damien Mama.

Ce plan-cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable sera signé le 15 juillet prochain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Shavura

    Et les problèmes urgents ? Nous avons besoins d’argent (devises)pour pouvoir importer le carburant . Electricité ? Ça fait des années qu’on attend le fonctionnement des barrages électriques , chemin de fer Musongati et l’exploitation du Nickel ! Acceptons la pauvreté

  2. Bellum

    Le réalisme politique pousse les partenaires à faire avec ceux qui sont en place mais je pense sincèrement qu’ils se trompent de priorités. On ne pourra rien construire de durable sans : 1) la légitimité populaire ; 2) le respect scrupuleux des droits de la personne et 3) un climat socio-politique favorable pour attirer les investisseurs nationaux et étrangers et susciter le retour des réfugiés.

  3. Hange

    Bravo ! Cependant, rester vigilant contre la corruption pendant la phase réalisation. Si non tout serait gâché.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 297 users online