Politique

Un chantre du CNL échappe de justesse à la mort

23/07/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Un chantre du CNL échappe de justesse à la mort
Un chantre du CNL échappe de justesse à la mort
Aimable Ndayishimiye

Aimable Ndayishimiye, membre du Congrès national pour la liberté, CNL a frôlé la mort ce lundi 22 juillet. Il a été enlevé vers 18 heures par des personnes non identifiées dans le quartier Mutanga nord, près de la permanence de ce parti en mairie de Bujumbura.

D’après Térence Manirambona, chargé de la communication au CNL, à 17 heures, il était dans une réunion des organes de ce parti à la permanence en mairie de Bujumbura sise à Mutanga nord. «Il est sorti pour acheter des crédits de téléphone pour recharger son téléphone et du coup des personnes non encore identifiées l’ont embarqué dans un véhicule».

Il poursuit son récit: «Ceux qui étaient avec lui en réunion ont attendu qu’il revienne, en vain. Ils ont essayé de le contacter par téléphone mais il n’était plus joignable». Après,  ils ont appris que des gens venaient de l’embarquer dans un véhicule aux vitres teintées.

Selon toujours M. Manirambona, des recherches ont continué, jusqu’à 22 heures, pas de nouvelles ni de traces encore moins d’indice. «A ce moment je lui ai téléphoné et il a décroché et m’a dit qu’il avait été enlevé et que ses ravisseurs l’ont jeté à Buterere».

Le chargé de la communication au CNL indique que ce militant enlevé n’a été retrouvé que vers minuit à Buterere, au nord-ouest de la ville de Bujumbura, dans un état critique. Selon lui, il a été tabassé et torturé. Il ressentait des douleurs au niveau du dos et des côtes.

«Dieu merci ! Il l’a délivré et sauvé des mains de ces ravisseurs», s’est réjoui ce cadre du CNL. Il précise aussi que personne n’a pu les identifier. «La victime non plus». Il espère plutôt que les enquêtes détermineront les auteurs et les causes de son enlèvement.

Membre du CNL, Aimable Ndayishimiye est aussi chanteur du groupe d’animation « Inkumbuzi» du parti CNL. «Ses ravisseurs n’arrêtaient pas de lui demander d’autres membres de ce groupe».

Pour Térence Manirambona, c’est une façon de les intimider. Il appelle ceux qui s’adonnent à ce genre d’opération à arrêter ce qu’il qualifie de ’’sale besogne’’.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Les billets d'Antoine Kaburahe

Antoine Kaburahe

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 154 users online