Société

Térence Mushano emprisonné pour une interview ratée à Iwacu ?

12/07/2020 Alain Majesté Barenga Commentaires fermés sur Térence Mushano emprisonné pour une interview ratée à Iwacu ?
Térence Mushano emprisonné pour une interview ratée à Iwacu ?
Térence Mushano : « L’histoire nous jugera »

Abattu, dépité, Térence Mushano, syndicaliste à la Sobugea (Société burundaise de gestion des entrepôts et d’assistance des avions en escale) et porte-parole de l’association AC Génocide est depuis vendredi 11 juillet 2020 dans les cachots de la police judiciaire à Bwiza.

Il est officiellement poursuivi pour ’’atteinte à la sécurité publique’’ suite à une interview accordée aux journalistes d’Iwacu dans le parking de l’aéroport international Melchior Ndadaye. Une interview bâclée, interrompue, les images seront d’ailleurs confisquées.

Je fais partie de l’équipe des trois reporters d’Iwacu envoyés pour recueillir son avis sur le travail de la CVR (Commission Vérité et Réconciliation) et arrêtés en même temps que lui par les policiers assurant la sécurité à l’aéroport de Bujumbura.

Ce syndicaliste et activisté de la société civile n’aura pas notre chance car nous serons relâchés au bout d’un interrogatoire et d’une privation de liberté de trois heures. Mushano sera conduit au cachot.

Ce samedi, je décide d’aller lui rendre visite, histoire d’avoir de ses nouvelles. Quand je dis aux policiers de garde que je viens voir Térence Mushano, certains me confient que ses amis d’infortune ont veillé sur lui toute la nuit. « Il se tordait de douleurs et il n’a pas fermé l’œil suite aux complications dues à ses maladies chroniques ».

Quand je l’aperçois à travers des bars de fer, je comprends vite qu’il est mal en point. Il porte un jeans bleu et un T-Shirt vert citron. Ses épaules sont plus voutées que jamais. Il marche d’un pas lourd et approche le grillage.

Surprise, malgré sa santé fragile, ce sont ses éclats de rires habituels qui m’accueillent : « Bienvenue jeune homme dans mon monde où des innocents, des rescapés et des braves sont assimilés aux assassins, côtoient des bandits, des violeurs ».

A ces mots, je reste bouche bée ne sachant quoi répondre mais ses éclats de rire contagieux m’envahissent et je finis par rire,…jaune. Il prend toujours la vie du bon côté. J’ai des larmes dans ma voix quand on commence à échanger. Je m’efforce de tout dissimuler mais je n’y parviens pas.

Je ne comprends pas comment un vieux comme lui, fragile, vulnérable, terrassé par ses maladies, s’arrange pour garder le moral, répondre avec humour, le sourire aux lèvres.

Quand il arrive dans la salle d’attente du cachot, il me fixe dans les yeux et me parle longuement : « Durant ma jeunesse, j’ai toujours lutté pour un Burundi sans injustice sociale, c’est ce qui m’a poussé à être très actif dans le syndicalisme et les employés de la Sobugea sont témoins ».

Il poursuit son récit : « Si aujourd’hui, cette société reste debout, c’est grâce à la solidarité des syndicalistes qui n’ont pas voulu baisser la garde face aux problèmes qui minent cette société, maintenant je ne suis plus à la tête de ce syndicat, il m’a pris toute ma jeunesse, mes forces. Mais je me réjouis, la relève est assurée par un brave type, intelligent et d’ethnie différente de la mienne».

Mais je lui dis que cela n’a rien à voir avec l’objet de l’interview d’ailleurs ratée. Là, le ton change : « Je suis victime de mes opinions, l’association AC Génocide dont je suis le porte-parole est une association des victimes de la minorité tutsi. C’est une organisation mal aimée, dont personne ne veut entendre parler. Aujourd’hui, les commémorations se font à deux vitesses, seules certaines victimes sont privilégiées. C’est comme si les malheurs et les souffrances des autres, ne comptent pas, n’ont jamais existé. Je crois que c’est la cause principale de mon incarcération ».

Le policier de garde qui tend discrètement l’oreille semble énervé et me fait signe que la visite est terminée. Je n’insiste pas. « Rentre chez toi mon garçon et laisse-moi dans les ténèbres, j’allais prendre ma retraite au mois de décembre peut être que je n’aurais pas cette chance de survivre mais seule l’histoire nous jugera », lance-t-il avant de me dire au revoir.

Quand je quitte les lieux, j’essaie de marcher délicatement sur les rues pavées de la zone Bwiza, pour ne pas trébucher, car l’esprit semble ailleurs. Les paroles de Mushano résonnent encore et encore dans ma tête.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 554 users online