Jeudi 25 avril 2024

Politique

Suspension des ONG : Une mesure différemment appréciée

01/10/2018 Commentaires fermés sur Suspension des ONG : Une mesure différemment appréciée
Suspension des ONG : Une mesure différemment appréciée
Léonce Ngendakumana : «Ce conseil a un rôle consultatif mais pas décisionnel»

La classe politique burundaise fait une lecture différente de la mesure du Conseil national de sécurité de suspendre pendant 3 mois, depuis ce lundi 1er octobre, les activités des ONG.

Pour Léonce Ngendakumana, vice-président du parti Frodebu, il s’agit d’une proposition : «Ce conseil a un rôle consultatif comme d’autres conseils nationaux». Il ne prend pas de décisions.

Selon lui, le Conseil national de sécurité conseille le président de la République et le gouvernement dans l’élaboration de la politique nationale en matière de sécurité. Il produit un rapport qu’il soumet au chef de l’Etat, au gouvernement et aux deux chambres du Parlement. «Cela n’a pas encore été fait. C’est pourquoi nous affirmons que la décision n’a pas encore été prise».

Cet ancien président de l’Assemblée nationale affirme que «cette proposition de mesure» va entraîner des conséquences néfastes pour la population. Ces ONG travaillent sur des projets qui profitent aux Burundais. «Imaginez les dommages que cette décision causera si l’ONG  Médecins sans frontières ferme pendant trois mois».

Il conseille aux autorités de ne pas mettre toutes les ONG dans un même sac. «Elles n’ont pas commis la même erreur et ne peuvent pas être punies de la même manière».  Le gouvernement devrait se réunir pour traiter cas par cas.

Jean de Dieu Mutabazi, président du parti Radebu, indique que la décision est forte mais normale. Elle vise à inciter les ONG étrangères à travailler légalement et à respecter leurs engagements. Cependant, il recommande que la mesure soit abandonnée pour certaines organisations : «Nous nous attendons à ce qu’elle soit levée pour les ONG qui prouveront qu’elles travaillent dans le strict respect de la loi».

D’après M. Mutabazi, il est encore tôt pour évaluer l’impact de la mesure du Conseil national de sécurité.

La réunion entre le ministre de l’Intérieur avec les représentants des organisations internationales qui avait été prévue ce lundi a été reportée ce mardi 2 octobre.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 125 users online