Vendredi 07 octobre 2022

Économie

Secteur du thé au Burundi : « La production est encore faible »

21/07/2022 Commentaires fermés sur Secteur du thé au Burundi : « La production est encore faible »
Secteur du thé au Burundi : « La production est encore faible »
Paul Manirakiza appelle les jeunes burundais à s’intéresser à la culture du thé

Des théiculteurs qui n’adhérent pas aux associations, de la jeunesse moins intéressée à la théiculture, tels sont parmi les défis que fait face le secteur du thé au Burundi. L’Office du thé du Burundi (OTB) se réjouit de la place qu’occupe le thé burundais au niveau international et appelle à l’augmentation de la production.

« Les jeunes ne s’intéressent pas à la culture du thé. Beaucoup de champs appartenant aux anciens théiculteurs ont été abandonnés. Cela fait que la production soit encore faible », a indiqué Paul Manirakiza, représentant des producteurs du thé, lors de l’ouverture de la 5ème édition de la convention et exposition africain du thé, ce 20 juillet. Pour lui, il faut sensibiliser les jeunes pour qu’ils puissent s’impliquer davantage dans la théiculture.

Il déplore qu’il y ait encore des théiculteurs qui n’adhérent pas aux associations et coopératives. Et d’appeler les producteurs à se mettre ensemble afin d’accroître la production. « Il faut que tous les producteurs travaillent en synergie. Dans ce cas, il sera facile de mobiliser des appuis techniques et financiers ».

Ce représentant des théiculteurs fustigent aussi le retard de l’approvisionnement des intrants agricoles.
Pour augmenter la production, ajoute-t-il, il faut aussi réviser les prix des feuilles vertes du thé. « Que le prix par kilogramme des feuilles vertes passe de 280 BIF à 500 BIF. Cela pourra encourager les producteurs à s’intéresser davantage à cette culture et à produire en quantité et en qualité suffisantes ».
Il apprécie les investissements privés dans le secteur du thé : « Pourvu que ces investisseurs mettent en avant les intérêts du producteur ».

Le directeur commercial à l’Office du thé du Burundi (OTB), Emmanuel Ndayiziga, se réjouit que le thé burundais occupe la deuxième place en termes de qualité en Afrique.

Cependant, il souligne que la production est encore faible : « L’OTB produit environ 12 mille tonnes par an. Cette quantité n’est pas assez suffisante ». Pour y remédier, il fait savoir qu’une 6ème usine de transformation va être construite à Matana en province Bururi au sud du pays. Pour lui, l’objectif est d’atteindre environ 20 mille tonnes.

Selon le directeur commercial de l’OTB, le Burundi a besoin de plus de devises provenant de la commercialisation du thé pour l’exécution d’autres projets de développement du pays : « Ainsi, il faut que le pays soit une référence dans la production, la transformation et la commercialisation du thé ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 039 users online