Samedi 20 juillet 2024

Politique

Revue de la presse régionale

Revue de la presse régionale

Au sommaire de cette revue de la presse consacrée à la région :
– Les États-Unis appellent le Rwanda à cesser tout soutien au M23
– C’est au moment où le président congolais Tshisekedi s’oppose toujours aux négociations avec ce mouvement rebelle malgré les menaces pesant sur Goma
– Le Japon accorde un financement de 600.000 dollars au HCR au Rwanda
– Le Kenya a signé ce lundi deux accords sur l’agriculture et la fiscalité avec la Pologne
– Au Soudan du Sud, les combats entre groupes locaux ont fait 26 morts ce mardi
– La secrétaire de la Francophonie Louise Mushikiwabo a exprimé sa préoccupation sur la situation au Sénégal.

RDC : Les États-Unis appellent le Rwanda à cesser de soutenir le M23

Les États-Unis appellent le Rwanda à cesser son soutien au groupe rebelle M23 et à retirer ses forces armées du territoire congolais. Les États-Unis ont également demandé au M23 de déposer les armes et de respecter un cessez-le-feu immédiat.

Ils ont accusé le Rwanda d’être le principal instigateur de l’agression dans la région et ont souligné l’importance du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de chaque État.

« Nous appelons de nouveau le Rwanda à cesser de soutenir le M23 et à retirer immédiatement les Forces armées rwandaises du territoire congolais, étant donné que leur appui à ce groupe armé n’a servi qu’à déstabiliser davantage l’est de la RDC. » Les États-Unis soulignent depuis longtemps qu’il est primordial que tous les États respectent la souveraineté et l’intégrité territoriale de chacun. Toute affirmation contraire est fausse », évoque un communiqué publié ce lundi par les États-Unis.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a discuté du conflit à l’est de la RDC avec l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta, soulignant l’importance du processus de Nairobi et de l’appui des leaders régionaux pour résoudre la crise. Il a également souligné la nécessité du dialogue et de la coopération régionale pour parvenir à la réconciliation avec les groupes armés.

Tshisekedi s’oppose fermement aux USA : « Pas question de négocier avec le M23 »

Kinshasa reste déterminé à mettre fin à l’insurrection du M23 rejetant tout dialogue malgré l’appel des États-Unis

Le président congolais Félix Tshisekedi a affirmé sa position malgré les avancées des rebelles du M23 dans l’est de la RDC, rejetant toute idée de dialogue avec les rebelles du M23 soutenus selon lui, par le Rwanda. Il a souligné le caractère non négociable de la souveraineté et a affirmé que les forces armées de la RDC (FARDC) resteraient engagées jusqu’à l’éradication complète du M23. Selon le journal Congo Nouveau.

Sur le terrain, de nouveaux combats ont éclaté dans le territoire de Masisi, en particulier à Mweso, où l’armée bombarde les positions du M23. Des déplacements massifs de population.

Actuellement, la question est de savoir ce que va faire le gouvernement congolais face à la progression rebelle autour de la ville de Goma.

Rwanda : Le Japon accorde un financement de plus de 600.000 dollars au HCR.

Le Japon s’engage à soutenir le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Rwanda, en particulier dans les domaines de la santé et des opportunités économiques pour les réfugiés et les populations déplacées. Ce soutien financier intervient à un moment crucial alors que le HCR avait dû réduire ses services en raison du manque de fonds. Selon le Collectif SOS Médias Burundi.

Le financement du Japon sera dirigé vers le programme 2024 du HCR-Rwanda, visant à fournir une assistance en matière de santé, de nutrition et à renforcer les moyens de subsistance et les opportunités économiques des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Le Japon s’engage à soutenir le HCR en matière de santé et d’opportunités économiques pour les réfugiés et les populations déplacées au Rwanda

« Compte tenu de l’urgence de la situation, le soutien financier du peuple japonais au HCR a été rapidement approuvé par l’agence nationale japonaise de coopération afin de répondre aux besoins croissants des réfugiés et des demandeurs d’asile, et en particulier la fourniture de services de santé et de nutrition de qualité, jugée comme une intervention qui peut sauver des vies », a souligné l’ambassade du Japon.

Les services de santé incluront des consultations médicales, des vaccinations, des soins généraux, des tests de laboratoire et un soutien pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA, dispensés dans les cliniques de soins de santé primaires dans tous les camps de réfugiés au Rwanda.

Le soutien financier du Japon permettra également de renforcer les opportunités économiques pour les réfugiés en identifiant leurs compétences et leurs talents afin de les soutenir de manière appropriée. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du concept de sécurité humaine du Japon, mettant l’accent sur la coopération centrée sur l’être humain et la solidarité avec les différents acteurs.

Le Rwanda accueille actuellement environ 135 000 réfugiés et demandeurs d’asile, la majorité étant des déplacés depuis plus de dix ans, avec plus de 125 000 demandeurs d’asile ayant fui la République démocratique du Congo vers le Rwanda en 2023 en raison de l’insécurité persistante dans l’est du pays.

Kenya/Pologne : Des accords sur l’agriculture et la fiscalité signés entre ces deux pays

Les deux présidents ont assisté à la signature de deux mémorandums d’accord sur la solidarité fiscale, ainsi que sur l’agriculture et le développement rural

Deux accords bilatéraux visant à renforcer les relations dans la coopération agricole et la solidarité fiscale entre Nairobi et Varsovie ont été signés ce lundi, en présence du président kenyan William Ruto et de son homologue polonais Andrzej Duda, selon The East African.
« J’ai exhorté le président Duda à s’associer avec nous dans le cadre de partenariats public-privé et de gouvernement à gouvernement pour explorer le vaste marché du secteur agricole, en particulier celui de la valeur ajoutée après récolte, dans le but d’aborder de manière définitive la sécurité alimentaire », a déclaré le président Ruto.

Les deux pays ont convenu de collaborer pour combler l’écart de demande de blé et de produits céréaliers au Kenya, ainsi que d’explorer des possibilités de développement industriel et technologique, comme l’utilisation de la réalité virtuelle et des drones.

Cependant, malgré ces efforts de coopération, il y a des inquiétudes quant à l’impact du régime fiscal du Kenya sur l’attraction des investissements étrangers. Il semble que certains investisseurs pourraient préférer se diriger vers d’autres pays de la région où les régimes fiscaux sont moins punitifs.

Les discussions entre les deux présidents ont également porté sur la possibilité de développer un cadre de mobilité de la main-d’œuvre pour élargir les opportunités d’emploi, en particulier pour la main-d’œuvre hautement qualifiée du Kenya, tout en aidant à combler le déficit de main-d’œuvre en Pologne.

De nouveaux combats au Soudan du Sud font 26 morts, selon des responsables.

Un camion rempli d’objets pillés alors qu’il passe devant des entreprises et des fermes en feu dans le centre de la ville frontalière contestée d’Abyei, le 28 mai 2011

Selon The East African, les combats entre groupes locaux dans l’ouest du Soudan du Sud ont causé la mort d’au moins 26 personnes, ont annoncé ce mardi des responsables, malgré les appels du président Salva Kiir et du premier vice-président Riek Machar à mettre fin aux violences intercommunautaires. 150 personnes ont été tuées depuis la semaine dernière.

Les conflits liés au contrôle des terres et des ressources naturelles, ont impliqué des jeunes armés de l’État de Warrap ainsi que des rivaux des États voisins des Lacs et de Bar El Ghazal occidental, ainsi qu’à Abyei. Une zone administrativement gérée par le Soudan du Sud et le Soudan.

Malgré la paix officielle depuis un accord de 2018, les violences localisées entre communautés rivales continuent d’éclater. Les derniers affrontements ont eu lieu lorsque des jeunes armés de l’État de Warrap ont attaqué et incendié un commissariat de police et un marché dans l’État occidental de Bar el Ghazal, causant la mort de huit agents de sécurité et dix civils. Les autorités locales attribuent les combats à un différend concernant les terres fertiles utilisées pour le pâturage et l’agriculture.

Louise Mushikiwabo, exprime sa préoccupation sur la situation au Sénégal.

Louise Mushikiwabo, la secrétaire générale de la Francophonie, a exprimé sa préoccupation concernant la situation actuelle au Sénégal. Elle a montré son inquiétude du report indéfini de l’élection présidentielle prévue pour le 25 février 2024, ce qui a provoqué des manifestations et des troubles.

La Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo a noté avec préoccupation le report sine die de l’élection présidentielle au Sénégal

Mushikiwabo condamne les violences et appelle à la retenue, à la concertation et au respect des voies légales. « Je déplore les violences et invite tous les acteurs à la retenue, à la concertation et en tant que de besoin au recours aux voies légales. Seule l’unité des forces politiques en réponse aux enjeux actuels garantira aux citoyens sénégalais la stabilité et la sécurité ! » a déclaré Mushikiwabo.

Elle souligne l’importance de l’unité des forces politiques pour garantir la stabilité et la sécurité des citoyens sénégalais. Elle demande également aux autorités nationales de respecter les dispositions constitutionnelles relatives au calendrier électoral.

En outre, elle offre l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie pour aider à organiser des élections inclusives, transparentes et crédibles. L’OIF regroupe 88 États et gouvernements, dont 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Anonyme

    Elle ne parle pas de ses préoccupations quant à l’occupation de l’Est congolais par le M23 et le RDC.

    • W

      Les larmes de crocodile, tu connais ?

    • Sans oublier de denoncer les veleites genocidaires de Kinshasa a l egard des Tutsis congolais des Kivu nord et sud

      • abruzi

        Tu as des preuves? Ou c’est juste pour attiser le feu, comme cartains média au Burundi en 2015 qui martelaient sans relâche que le génocide des tutsi était imminent?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 858 users online