Lundi 03 octobre 2022

Économie

Reprise effective de l’abattage du bétail

03/08/2022 2
Reprise effective de l’abattage du bétail
L'abattage a repris à l'Abattoir de Kamenge

Comme annoncé, l’abattage du bétail a repris ce mercredi 3 août 2022. A l’abattoir de Kamenge, les gens ont été très matinaux. Des bouchers, des vendeurs de la viande même des badauds, …étaient là depuis 6 heures du matin. Dans les enceintes de cet abattoir, c’était noir de monde. Néanmoins, les vaches à abattre étaient moins nombreuses. 12 vaches aux environs de 7h30. Couteaux acérés en mains, des jeunes qui, d’habitude, sont engagés journalièrement étaient aussi très présents. Vers 8heures, ils paraissaient très pressés. « Pourquoi on n’ouvre pas la porte ? Qu’est-ce qu’on attend ? » se demandaient-ils.
C’est finalement vers 8h30 que la porte menant vers la salle d’abattage est ouverte. Le coup d’envoi est donné. Les couteaux et les machettes sortent. Au bonheur des bouchers, la foule afflue : « Enfin, je vais pouvoir manger de la viande. Quel que soit le prix, je vais m’offrir aujourd’hui au moins 1kg de viande », se réjouit une dame qui assistait à cette reprise.
Côté bouchers, c’est la joie. « En tout cas, ça nous redonne l’espoir. Même si aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de vaches à abattre, espérons que d’ici demain, on aura beaucoup de vaches à abattre », confie un jeune boucher.

Les commerçants de vaches abondent dans le même sens. « C’est une bonne chose. Nos familles vont avoir cette fois-ci à manger. C’était déjà très difficile de subvenir aux besoins de nos enfants et nos familles. On se demandait comment nous allons envoyer nos enfants à l’école au mois de septembre », confie Désiré, un des commerçants de vaches. Seulement, il demande au gouvernement de leur faciliter la tâche pour amener les vaches en mairie de Bujumbura. Il évoque aussi le problème de carburant pour le transport des vaches.

Signalons que ce dimanche 31 juillet 2022, 135 mille doses de vaccins de lutte contre la Fièvre de la Vallée du Rift en provenance de l’Afrique du Sud sont arrivées à l’Aéroport International Melchior NDADAYE de Bujumbura.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Stan Siyomana

    Iri n’ibara kumutemere.
    Raba nk’abo bantu babiri bihagarariye mu kidimbwe c’amaraso y’inka: umwe yambaye des sandales, uwundi ata n’ikirato yambaye.
    Muri video nabonye kuri Youtube.com barerekana inka ihagaze ngaho ikibona, izindi nka zamaze kwicwa zirambaraye ngaho, HARAHO NIGEZE KUMVA KO IBINTU NK’IVYO BITERA STRESS IYO NKA NGO IVYO BIKAGIRA INKURIKIZI KU BURYOHE BW’INYAMA Y’IYO NKA.
    Kandi iyo video nyene barerekana inka yamaze gukurwako urusato, hanyuma inyama zayo bakagenda bazikurura kw’isima muri ayo maraso.
    Ariko ubu UBURUNDI BURAKENYE CANE hamwe abakora muri abattoir y’i Bujumbura kandi itari clandestin badashobora n’ukwambara bottes, tablier, n’agakofero kera nk’uko ahandi kw’isi bagerageza kubigira?
    Birateye isoni kubona isazi ziriko ziraduma ku nyama umuyangayanga ariko aragurisha ku banyagihugu.

  2. Stan Siyomana

    Cette photo de l’abattoir de Kamenge (EN PLEINE CAPITALE ECONOMIQUE DU BURUNDI) est vraiment choquante si l’on essaie de comparer avec la photo d’un abattoir moderne au Botswana par exemple.
    Je me demande quel genre d’inspection se fait à cet abattoir de Kamenge.
    « Botswana meat producer Senn Foods has taken advantage of the listeria-induced ban on cheaper South African cold meats to position itself as an alternative source of high-quality, hygienic and safer products…
    “We would like to assure the public that our products are safe. We regularly test our products and they are manufactured in hygienic plants and we use independent laboratories to ensure they meet our strict expectations and retain the mark of quality…. »
    https://farmersreviewafrica.com/botswana-meat-producer-takes-advantage-sa-imports-ban/

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 696 users online