Mardi 06 décembre 2022

Économie

Pénurie de carburant : Les motards dans la tourmente

03/08/2022 3
Pénurie de carburant : Les motards dans la tourmente
Des motards s’approvisionnant du carburant dans les réservoirs ne sont plus servis sur certaines stations-services en mairie de Bujumbura

Malmenés, leurs réservoirs confisqués, les motocyclistes cherchant du carburant sur différentes stations-services en mairie de Bujumbura vivent le calvaire. La police les appelle à s’approvisionner chacun dans sa localité.

« La police nous a frappés avec des fouets et ceintures pour nous chasser de la queue sur la station-service à Musaga ce mardi après-midi. Nous étions une dizaine de motards. Finalement, nous sommes rentrés sans carburant », raconte un motocycliste exerçant dans la zone urbaine de Kanyosha au sud de la ville de Bujumbura. Il confie que la police a même confisqué les réservoirs de certains motards.

Il appelle la police à plutôt aider les motards à facilement obtenir du carburant : « Nous faisons de longs trajets avec des réservoirs. La police devrait nous faciliter la tâche au lieu de nous malmener. Nous avons le droit de s’approvisionner du carburant comme les autres citoyens ».

E.N., un autre motocycliste, est venu de la province Mwaro pour s’approvisionner du carburant dans la ville de Bujumbura. Après avoir passé tout le week-end à la recherche du carburant dans différents quartiers de la capitale économique, il est rentré ce mardi 2 août avec désespoir.
 « Je suis venu à Bujumbura ce samedi. Depuis, j’ai cherché le carburant en vain. Hier, la police nous a chassés sur des stations-services dans le centre-ville. On nous a dits que la décision de renvoyer les détenteurs des réservoirs et bidons émane des autorités hiérarchiques », raconte-t-il. Et de dénoncer que ceux qui détiennent des bidons soient, par contre, servis sur certaines stations.
Pour lui, la cause de ce mécontentement serait le fait que certains motards revendent le carburant avec les propriétaires des véhicules au coût élevé : « Mais, il ne faut pas que nous soyons tous victimes de ces tricheries. Qu’ils punissent seulement les fauteurs ».

Selon lui, cela fait plus de deux semaines qu’il y a une pénurie du carburant en province Mwaro : « Pour ne pas rester en chômage, nous venons à Bujumbura avec des réservoirs des motos à la quête du carburant. Ces derniers jours, on pouvait être facilement servi sur différentes stations-services ».
Contacté, le porte-parole de la police, Désiré Nduwimana, indique qu’il n’est pas permis de s’approvisionner du carburant dans les bidons et réservoirs des motos. Selon lui, cela crée du désordre sur les stations-services. Il appelle les conducteurs des motos à se servir du carburant sur des stations-services se trouvant dans leurs localités.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Ririkumutima

    La gestion de notre pauvre pays est tout simplement ahurissante.
    Grace aux Bihangange (terme qui signifie ce que cela signifie), le pays a donné un monopole absolu à une seule compagnie: INTEREPETROL. Cela a enrichi , jusqu à l indécence une poignée de gens. Le pays est maintenant leur otage. Il y a du carburant en Tanzanie, Rwanda et Uganda.
    Y a t il une personne sensée qui peut comprendre ce qui se passe au pays de Ntare Rushatsi?
    Pas de sucre, fuel, electricité. Des gens qui nous dirigent nous chantent que nous sommes bénis des dieux. Quelle blague. No accountability at all.

  2. Terera

    Emwe, none ko tuzi ko abaturongoye basoma ibinyamakuru, none abaha ivyiyumviro yavyo ntiboraba ingene babishira mu nzira. None nkuyu ntavuze neza ga yemwe :
    https://www.yaga-burundi.com/2022/agakete-ndongozi-igisagara-bujumbura/

  3. Mbariza

    « … Il appelle les conducteurs des motos à se servir du carburant sur des stations-services se trouvant dans leurs localités… » ! Et s’il n’y en a pas dans leurs localités ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 972 users online