Mercredi 29 mai 2024

Économie

Région Ouest/Cibitoke: Des administratifs incapables de contrer le trafic transfrontalier vers le Rwanda

25/03/2024 Commentaires fermés sur Région Ouest/Cibitoke: Des administratifs incapables de contrer le trafic transfrontalier vers le Rwanda
Région Ouest/Cibitoke: Des administratifs incapables de contrer le trafic transfrontalier vers le Rwanda
Le gouverneur Carême Bizoza met en garde les administratifs à la base récalcitrants

Presque sur tous les postes-frontières des communes de la province de Cibitoke qui partagent la frontalière avec leur voisin du Nord, on note un flux des échanges commerciaux alors que les frontières entre le Burundi et le Rwanda sont fermées du côté burundais. Certains trafiquants clandestins sont déjà sous les verrous. Le gouverneur de cette province de l’Ouest du Burundi met en garde certains administratifs accusés de complicité.

Au niveau des collines Nyempundu, Nyamakarabo et Gitumba toutes de la commune Mugina dans la province de Cibitoke, le trafic clandestin est intense ces derniers temps.

Selon des informations recueillies sur place, de petits commerçants burundais aidés par les passeurs sur la rivière Ruhwa font traverser pendant la nuit des marchandises en direction des centres de négoce situés au Sud-Ouest du Rwanda. Les mêmes informations font savoir que plusieurs quantités de vivres constituées de manioc, de banane et de haricot passent par l’eau pour entrer au Rwanda.

D’autres articles comme les produits Brarudi : Amstel, Primus, Royal et Bock très prisés de l’autre côté de la Ruhwa traversent clandestinement et pendant la nuit les frontières. « Pour ne pas travailler à perte, nous préférons aller vendre nos marchandises au Rwanda où nous gagnons la vie mais c’est au risque de notre vie », nous déclare sans peur un des commerçants incarcérés au chef-lieu de la province de Cibitoke.

D’après ses dires, il a été arrêté à la suite des dénonciations de la part de certains jeunes du parti au pouvoir après avoir refusé de leur donner de l’argent.

Selon plusieurs sources concordantes, la fermeture des frontières bloque la circulation des biens et des personnes.

Toutefois, et dans ce contexte de tension diplomatique entre les deux nations sœurs de l’Afrique de l’Est, certains commerçants audacieux n’hésitent pas à prendre le risque. Tel est le cas d’une jeune femme habituée au commerce transfrontalier qui s’est confiée à nous. Cette maman de trois enfants parle d’une situation complexe pour les commerçants.

Elle fait savoir que pour survivre, certains commerçants sont obligés de travailler dans la clandestinité. « Nous n’avons pas de problèmes avec nos voisins rwandais. Alors, avec la complicité de certains administratifs et agents des forces de sécurité qui gardent la frontière, les marchandises rentrent facilement pour être commercialisées de l’autre côté de la frontière », martèle-t-elle avec sourire.

Certains administratifs dans l’œil du cyclone

La plupart des chefs de colline des communes Mugina, Mabayi, Rugombo et Bukinanyana qui partagent la frontière avec le Rwanda sont accusés de collaborer avec certains commerçants clandestins.

Lors d’une réunion tenue par le gouverneur de la province de Cibitoke, Carême Bizozan au milieu du mois en cours au chef-lieu de la commune Mugina et à l’intention des administratifs à la base, cette autorité a pointé du doigt certains chefs de colline qui collaborent étroitement avec les commerçants clandestins. Ces derniers bénéficieraient en effet de l’appui des administratifs pour faire entrer les marchandises au Rwanda. « Des sanctions sévères conformément à la loi seront appliquées à l’endroit des administratifs récalcitrants », a-t-il menacé.

Les chefs de colline présents dans la salle ont rejeté en bloc toutes ces accusations. Par l’entremise de l’un des administratifs à la base dans la commune Mabayi, ils évoquent plutôt le pouvoir limité qu’ils ont pour empêcher ce trafic clandestin. Souvent, ces commerçants clandestins parviennent même à tromper la vigilance des forces de l’ordre et de sécurité qui ne seraient pas non plus neutres dans ce genre d’affaires très lucratives qui impliquent également certains jeunes.

Abondant presque dans le même sens, un autre administratif à la base dans la commune Rugombo avance leur incapacité de faire face à ce trafic clandestin puisque des menaces de mort sont souvent proférées à l’endroit des administratifs à la base qui tentent de mener des actions allant dans le sens. « Nous demandons plutôt d’être soutenus pour empêcher ce genre de commerce illégal d’autant plus que les frontières sont fermées » conclut-il.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 119 users online