Lundi 27 juin 2022

Politique

Recrutement des magistrats sur concours : « Une avancée vers l’indépendance effective de la magistrature »

« Samedi 7 juin : date de passation du premier concours pour les 700 juristes candidats à la magistrature burundaise », annonce le porte-parole du ministère de la Justice, une première dans l’histoire du pays.

Les Etats généraux de la justice ou Déo Ruberintwari ©Iwacu
Les Etats généraux de la justice ou Déo Ruberintwari ©Iwacu

Côté syndicat, c’est la satisfaction teintée de scepticisme. Jean Paul Munyembari, président du Syndicat des Magistrats du Burundi (Symabu), indique que « c’est un pas significatif vers l’indépendance effective de la magistrature ». Il estime que ce concours est une concrétisation par le pouvoir de l’ une des multiples recommandations des Etats généraux de la justice tenus à Gitega en août 2013.

M. Munyembari indique que le recrutement des magistrats sur concours était prévu dans le statut des magistrats depuis 2000 et regrette que jusqu’aujourd’hui, quelques magistrats soient encore recrutés sur nomination. Il redoute quelques manipulations qui peuvent intervenir tout le long du processus qui conduira à l’entrée effective des futurs magistrats dans leurs fonctions.

Signalons que Jean Paul Munyembari n’est pas reconnu par le ministère de la Justice comme président du Symabu. D’après le porte-parole de ce ministère, le congrès dont Munyembari dit tirer sa légitimité ne s’est pas terminé. «Un procès-verbal a été établi », affirme Déo Ruberintwari. C’est un procès-verbal taillé sur mesure et qui n’est pas authentique, dira un syndicaliste.

Forum des lecteurs d'Iwacu

17 réactions
  1. burundi buhire

    je suggère que cette tâche soit confiée à une maison specialisée dans le recrutement des ressources humaines…ça nous evitera de nous affronter sur base de faux debats…nous avons plein de choses à faire pour notre nation que de discuter des ethnies qui ont en commun tout sauf le developpement !

  2. RIRATASHE

    Il ne faut pas crier victoire.
    Il faut que les copies d’examens soient accessibles à tout le monde, donc que le processus soit le plus transparent possible.
    Il faut que le classement par note obtenue soit affichée et que les critères de choix de ceux qui seront engagés soient objectifs et portés à la connaissance des intéressés et de tout le Public sinon muzosanga bafashe aba DD gusa et ça sera la catastrophe pour le Pouvoir Judiciaire et pour le pays.
    Enfin mbega ko ikibazo c’Ubutungane ari ikibazo gihambaye mu gihugu les deux principales ethnies bagirizanya amabi izo équilibre zabo BARANDAGIYE azofata izihe?
    Bagiye muri ivyo, ntibahirahire ngo basumbanishe ubwoko n’ubundi. Nk’uko vyavuzwe bopfuma bagira 50% nko mu nzego zijejwe umutekano.
    Bitabaye uko hazohava haba Ubutungane buza kwoza ababisha intore canke les victimes akaba aribo bahinduka les bourreaux, ivyo navyo ntawuzovyihanganira kuko vyosubiza igihugu mu ndyane z’amoko.
    Ni ikibazo co gukwirikiranira hafi.

  3. TIM

    c’est pour combien de places disponibles s’il vous plait? Avec un diplome universitaire tout le monde ne doit viser ques les metiers historiques… A quand les metiers de demain, l’entrepreunariat..

  4. Fidele NINDAGIYE

    Vaut mieux commencer, peu importe le niveau de dexiterite y afferente. Nta wuvuka rimwe ngo yuzure ingovyi. donc, si on critique, je suggere d’apporter quelque chose de constructif qui redore l’image de notre pays. je suis tres conscient des turbulations ca et la! Nizeye ko l’annee prochaine, hazoba habaye amelioration. cela est un exemple pour les autres ministers. le plus urgent a emboiter le pas, c’est le ministere de l’enseignement.
    Imana izigame uburundi

  5. Aaron

    Erega nukumenya igituma bakoresha spoiled system not merit system nuko hociye hakora abatutsi gusa guko nibo bari barize droit kandi barize cane. Urumva equilibre irakenewe. Hama nigituma hakeneye equilibre nuko mugani wa Ntibantunganya la justice Burundaise icira urukonda.

  6. Mugumya

    Muraraba ntihazojemwo amanyanga, exiger la transparence dans le choix du test, l’enregistrement des candidat, la passation du test et la correction. Si possible, demander à des spécialistes en la matière pour le recrutement, maze turabe abize n’abatize muri bwa buhojojo bw’ama universités.

  7. Giheciherezo

    hahaha, ntaco nvuze!!!

  8. kimeneke

    Pauvre burundais barabahenda ngo hazoba ikibazo kandi bazi tous les candidats qui seront retenus avant le test. Murahenda abandi uko nukwikurayo ntimwemere amafuti yabobagabo

  9. Uwarugwanye

    Courage messieurs les magistrats. La nation compte bcp sur vous pour reconstruire un Etat de droit. Rappelez surtout à Bagorikunda, Barandereka (minijust) et consorts que leur place n’est pas au CNDD-FDD, mais plutôt au SYMABU. Ils ont plus d’avantages à suivre le noble combat de MUNYEMBARI au lieu de se laisser manipuler par un exécutif en fin de mandat. Ils nous étonnent lorsqu’ils osent traîner dans la boue leurs aînés très rodés comme Isidore RUFYIKIRI. Ngo amase ya kera ntagihoma urutaro umugani wa wa mugabo ntavuze? Arabahenda kandi arihenda na we nyene, ntimuje narwo.

    • Niyomugisha

      @ Uwarugwanye

      Vous encouragez les magistrats … ; ça c’est parfait. Ça leur prendra sûrement une bonne dose de courage mais ils y arriveront. Par contre quand vous dites que « La nation compte bcp sur vous pour reconstruire un Etat de droit » je pense que ça aurait été mieux de dire « La nation compte bcp sur vous pour CONSTRUIRE un Etat de droit ». On reconstruit ce qui a déjà existé ( ce qui n’est pas le cas pour notre Burundi, à mon avis !). il faut plutôt l’inventer et le construire. Sinon, ça prend l’odeur d’une nostalgie camouflée.

  10. nzinumira

    Haaaaaaaaaaaaaaa, mbega mubindi hoho nta kibazo cahora gikogwa? bizogenda kurya ahandi bigenda, ivyo bavyita ibihendwa abana mama yangu

  11. Nzobandora

    C’est une avancée,
    Néanmoins il faudra voir si par après on fait la même chose qu’à l’université.
    Mettre en avant l’équilibre ethnique et régionale après proclamation des résultats car les tests n’auraient servis à rien du tout

  12. Vuvuzela

    Des concours dans 20 ans devraient etre envisages. Car il existe des disparites a corriger. En attendant, recrutons dans la transparence, equite et un peu de dosage ici et la. On n’aura peut-etre pas besoin de concours dans 20 ans. On peut pas changer l’histoire si vite.

    • hat

      Oui c’est est une avancée pour la justice sociale. Même si après l exécution ne devrait pas être conforme à l esprit qui a voulu cette bonne pratique. Enfin un espoir pour les même chances et droits . Bravo aux promoteurs de ce concours , il reste de réussir son application et ses résultats qui devraient parvenir aux concourents dans les plus brefs délais pour éviter les pressions pour fausser les résultats.

    • Mugumya

      Ni ubuhe bwoko butinya ikibazo, en tout cas pas les hutu car ils sont suffisamment intelligents pour réussir au test sans cooptation. Seulement la transparence et non amanyanga, ce qui s’est passé à l’UB et défendu par des gens comme Rufyikiri Gervais, le Recteur de l’UB est ridicule. Ils ont voulu faciliter les DD et non les Hutus car les Hutu sont nombreux qui peuvent etre recrutés sans ces considération plus politique au lieu de viser l’excellence. Espérons que cela va bien se passer et servir de modèle pour les autres secteurs du pays. Ce qui manque au Burundi, c’est sont des cadres qu’il faut aux postes qu’il faut, le clientélisme a entrainé la médiocrité et l’incompétence dans les services de l’Etat.

      • Nzobabndora

        J’approuve

      • Master

        C’est bon de songer à moderniser et équilibrer la justice coe l’armée.Ce corps cpte bcp de tutsi coe au corps professoral des universités.Heureusement que nos chers tutsi sont rassurés qu’ils doivent partager les maigres postes qui existent dans les institutions étatiques et para-étatiques contrairement à certains de leurs conservateurs qui accusent à tort et à travers le leader hutu.
        Tt le monde est conscient que les hutus sont capables de réussir au test mais ils sont tjrs victimes de la discrimination et du clientélisme de leurs confrères.
        Je suis d’accord pour le test,mais, je suggère que la sélection se fasse coe à l’armée selon des critères objectifs visant à équilibrer ce corps de justice qui a longtemps déçu les burundais.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 805 users online