Samedi 02 mars 2024

Économie

Privatiser la Sosumo, une bonne mesure mais…

21/11/2018 Commentaires fermés sur Privatiser la Sosumo, une bonne mesure mais…
Privatiser la Sosumo, une bonne mesure mais…
Pour Jean Prosper Niyoboke, la privatisation suppose la volonté d’inciter à l’augmentation de la production

La privatisation de la Sosumo ne devrait pas impliquer une hausse du prix du sucre sur le marché. Jean Prosper Niyoboke, économiste et enseignant à l’Université du lac Tanganyika, assure que le prix devrait plutôt considérablement baisser. Et ce en raison de la bonne gestion de l’entreprise, de la maximisation de la production, de la considération des mérites dans le recrutement, etc., que la libéralisation entraînera.

Néanmoins, cet universitaire souligne la nécessité des mesures d’accompagnement. La libéralisation de la production devrait être suivie par celle de la commercialisation. L’Etat devrait laisser la fixation des prix à la Sosumo. Ainsi, le prix serait déterminé en fonction de la production d’une part et de la clientèle d’autre part. Il s’en tient à la loi de l’offre et de la demande. Cela éviterait la fixation «du prix planifié» par le gouvernement qui ajoute des taxes.

La privatisation suppose la volonté d’inciter à l’augmentation de la production.

Pour rappel, l’Assemblée nationale à adopté lundi 19 novembre le projet de loi sur le changement du mode gestion et de la structure du capital social de la Sosumo.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 069 users online