Vendredi 24 mai 2024

Politique

Pourparlers inter-burundais : le Cnared demande à l’ONU de prendre la relève

09/12/2016 11
Pancrace Cimpaye : «Mkapa vient de mettre fin aux pourparlers inter-burundais.»
Pancrace Cimpaye : «Mkapa vient de mettre fin aux pourparlers inter-burundais.»

«Mkapa vient de mettre fin à ce processus, ce qui constitue une démission et un aveu d’échec», écrit le Cnared dans un communiqué, ce vendredi 9 décembre 2016, après les propos du facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa. Cette plateforme des partis de l’opposition en exil constate avec regret que l’ancien président tanzanien vient de se disqualifier lui-même par cette prise de position qui prend fait et cause pour le 3ème mandat du président Nkurunziza «qui est à l’origine de la profonde crise que connaît le Burundi.» Pour le Cnared, le facilitateur vient de réconforter la position de Pierre Nkurunziza «en reconnaissant sa légitimité contestée.»

Sur ce, le Cnared demande aux Nations unies de prendre la relève du processus des pourparlers inter-burundais. «Et pour cause, la démission de Mkapa ouvre un boulevard d’exactions au pouvoir de Bujumbura.» Il invite alors toutes les forces vives de la Nation opposées au 3ème mandat à resserrer les rangs. Et au peuple burundais de «garder courage et de continuer sa lutte pour la sauvegarde de l’Accord d’Arusha et pour un Etat de droit au Burundi.»

Rappelons que dans sa conférence de presse de ce vendredi, Benjamin Mkapa a déclaré que le pouvoir de Nkurunziza est légitime et que les instigateurs du coup d’Etat et ceux qui ont trempé dans la violence n’ont pas de place à la table des négociations.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. kabwa

    Le Burundi vient de rater une chance de trouver la solution à la crise par voie pacifique.
    Sans doute que les négociations pu dialogue inclusif aura lieu après que d’autres burundais, en nombre numériquement élevé, auront laissé leur vie. C’est la première fois que j’entends un médiateur aussi penché ouvertement. Maintenant l’opposition sous estimée pourra quand même prouver son existence. Souciez-vous de la sauvegarde de la vie des citoyens paisibles. N’imitez pas ceux qui sont au pouvoir.

  2. Inyankamugayo

    Ewe Arusha warigorewe!
    Pancrace, jewe nibaza tu lis toujours ya Bibiliya wabwira abantu ngo basome cane igihe warugarutse mu Burundi.

    Cher Pancrace, l’Union Européenne qui vous héberge continue à envoyer ses représentants, les Ambassadeurs, au Burundi et ces derniers présentent leurs lettres de créances à son Excellence Nkurunziza. Souvenez vous monsieur que ce sont ces derniers qui financent les déplacements de Mukapa et ses hommes et il les a félicité vivement et les a demandé de reespecté eux aussi le pouvoir en place. Si un pays n’accepte pas le pouvoir en place qu’il n’envoie pas son Ambassadeur au Burundi. Au lieu de vouloir plonger le pays dans le chaos de sang, il faut coopérer avec le pouvoir, sinon, vous disparaitre comme de la poudre dissipée dans le vent.

    Ico nohanura urwo rwaruka narwo bashaka guta mu ndwano, murababwira muti ingo tujane kurya Peter Nkurunziza, Radjabu, Adolphe, n’abandi bakorana n’abarwanyi bakabama hambavu no kurasa bakarasa. barabaza ba Pacifique n’abo barikumwe abana babo aho bari mumashure meza meza, za Kaminuza Maggy yarabarihiye bariko bariga. Rwaruka jijuka. Ingwara y’amoko yari mu Burundi yaraheze. Ubu ni ugukura amaboko mu mpuzu tugakora.

    Uburundi buri mu mahoro, abasuma bazokwamaho.

    Ariko Imana niyabibemerera murashoza intambara. Murabanza musenge bana ba mama, ntimushore urwaruka kw’ishoka. Ubu nta n’umwe akumirwa kwiga kandi aho ashatse hose n’ico ashoboye cose. Nta n’umwe yimirwa kudandaza no kurangurira aho ashatse. Inzego zirimwo bose.

  3. Ayuhu Jean Pierre

    Cher Monsieur Pancrace,
    Et si Mpaka avait dit haut ce que les autres pensent plus bas? Cela m’étonnerait fort qu’une personnalité de cette envergure puisse prendre une position aussi claire et aussi tranchée sans s’en référer au préable avec les autres personnes qui suivent de près la situation du Burundi…
    Pour éteindre un feu, on m’a toujours appris qu’il tenter de le circonscrire. Pour le problème burundo-burundaise, il fallait, à un moment donné, définir les contours du problème et sortir ainsi du flou! Fallait-il éternellement parler d’un problème de mandat lorsque l’on est au 2ème année du dit mandat? Su ce sujet, Nkurunziza yarabanyaye, il faut maintenant passer à autre chose: préparer le terrain pour les élections de 2020!

  4. aALIDI HICUBURUNDI

    Mzee mkapa ameshindwa kusema ukweli wake na ndiomana alivo shindwa kusuluhisha watu wakwao tanganyika na zanzibar ajili mkapa simukweli.nawuzee umeshakuwa mwingi.

  5. Micombero

    Mukapa, le sage a bien dit ceux qui redoutent la legitimite de Nkurunziza sont fous. Ceux qui pensent aussi prendre me pouvoir sans passer par les urnes sont aussi fous.

  6. Fofo

    On appelle ça gémissement! La vérité blesse mais elle reste vérité! Si Nkurunziza n’est pas Président de la République qu’ils nous disent qui l’a remplacé! Nier sa Légitimité de Nkurunziza a été une stratégie politique très importante qui a failli de lui faire tomber durant la période des manifestations mais aujourd’hui cette stratégie a vieillie et n’a aucun effet sur la politique burundaise. L’opposition radicale et ses alliés devraient apprendre la leçon de ce qui est arrivé à leur ancien allié « Mr Agathon Rwasa », l’homme qui avait toujours opté la stratégie de boutisme.
    1. Quand il était encore rebelle, il a toujours refusé de négocier, à la fin il a été contraint à négocier n’a presque rien obtenu
    2. En 2010, il a contesté les élections qui lui avaient pourtant accordé une place qui lui permettrait d’avoir les moyens de bien préparer les élections de 2015,
    3. En 2015, vous savez vous-mêmes comment a-t-il joué et le score a-t-il remporter!

    Je conseillerais nos politiciens ce-ci: En business, quand vous voulez mettre un produit sur le marché, il faut d’abord une étude prospective du marché. Connaître les besoins des consommateurs et leur pouvoir d’achat! Le jour où vous le mettrez sur le marché et que vous constatez qu’il y a un autre produit plus apprécié par les consommateurs, si vous voyez que les chances de gagner une part importante de marché ne sont pas évidente, mieux vaut le retirer, le rénover puis le retourner sur le marché après l’avoir adapté aux besoins, au pouvoir d’achat des consommateurs et aux réalités du terrain ou carrément le remplacer par un autre produit capable de rivaliser les produits existants. Qu’il soit légitime ou non, Nkurunziza est là, son produit qu’il soit bon ou mauvais, a déjà gagné une part importante de la population burundaise. La meilleure stratégie de n’est pas d’imposer aux consommateurs un produit qu’ils n’apprécient pas car ils risquent de méfier définitivement! Fin de citation!

  7. Ruzoviyo

    Arretons d rever pas de dialogue sans equibre de force

    • Björn

      Basha tu as raison. Il faut que l’opposition donne raison au gouvernement de.negocier.

  8. Yunia Kamikazi

    CNARED, ABC,….Akazi karabaheranye !! Mupaka ararivuze, iryo ONU yari yagize akabanga kayo’ ng’ umu….ahora ico yibagiye! Ubundi ho vyabuza abapfa gupfa

  9. Komera

    L’ ONU et l’Union europénne vont désigner un vrai médiateur ntimucike inkokora canke ngo mugire ubwoba uyo mugabo niwe yafashije aba assaillant turamwiya

  10. Certes, Mkapa vient de tout faire: mettre fin au dialogue, se disqualifier, ouvrir un boulevard aux exactions. Mais, croyez-vous Mesdames, Messieurs du CNARED que vous n’avez pas de part de responsabilité? Ne croyez-vous pas que votre inertie, votre inaction, votre égoïsme, vos éternelles tergiversations sont la cause profonde et le levier principal d’un Mkapa plus soucieux d’enregistrer son nom dans le registre des médiateurs, sans médiation en plus, que d’attaquer le vrai problème? Les Sindimwo et autres Jacques Bigirimana vont innonder Radio Bujumbura Internationale d’éloges à leur égard d’une part et d’insultes à votre égard d’autre part pendant des semaines sans que vous pensiez à faire le « counter-messaging ». Et cela s’appelle complicité. Non, Monsieur, l’ONU est plus vaste que l’EAC mais les deux organisations ont été élevées à la même école. Pendant plus d’une année, l’ONU a caché les vrais chiffres sur les événements malheureux qui se sont abattus sur le Burundi. Pourquoi? Parce qu’elle avait honte de ne pas intervenir alors qu’elle affiche partout RESPONSABILITE DE PROTEGER. L’ONU est à l’aise quand elle se voile la face et elle va continuer à se voiler la face jusqu’à ce que les Burundais montrent que le Burundi n’est pas unipolaire. En attendant, grognez mais marchez!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 5 271 users online