Lundi 30 janvier 2023

Politique

Collectif des avocats des parties civiles : « Prêt à collaborer avec les experts onusiens »

10/12/2016 1
Armel Niyongere, un des membres du collectif : « Le collectif confirme sa volonté inébranlable de poursuivre les auteurs des crimes et leurs complices.»
Armel Niyongere, un des membres du collectif : « Le collectif confirme sa volonté inébranlable de poursuivre les auteurs des crimes et leurs complices.»

« Le collectif confirme sa volonté inébranlable de poursuivre les auteurs des crimes et leurs complices et d’obtenir que justice soit rendue. C’est le mandat qui lui a été donné et c’est le mandat qu’il remplira», peut-on lire dans un communiqué du collectif assurant la défense des parties civiles victimes des crimes commis au Burundi.

Le collectif dit regretter que  les autorités burundaises persistent dans leur refus de collaborer avec les représentants de la communauté internationale « se satisfaisant de l’impunité pour les crimes commis.» Le collectif constate que ses représentants sont victimes de pressions diverses en vue de les forcer au silence.

«Les victimes et leurs familles témoigneront dans les conditions de sécurité qui pourront être assurées par la CPI et les experts des Nations unies», poursuit ce communiqué.

Que ceux qui ont exécuté et abandonné des corps dans les rues, ceux qui ont abusé des corps de femmes tremblent, précise ce collectif, car il va pleinement collaborer avec les hommes et les femmes de bonne volonté soucieux de lutter contre l’impunité.

Ce collectif conclut en précisant que les familles et les victimes veulent que les auteurs et leurs complices assument leurs responsabilités devant les cours et tribunaux avec toutes les garanties d’un procès impartial.

CPI

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Fofo

    Cher Armel, tu pers ton temps pour rien, si tu espère une justice de la CPI ou du moins de cette soi-disant « Communauté internationale ». Depuis son existence la CPI a déjà rendu combien de jugements? Sur les 6 millions de victimes qui continuent à augmenter chez nos voisins, la RDC, combien d’auteurs ont été jugés par cette soi-disant cour de justice internationale? Si la Justice existait, il n’y aurait pas des pays qui se donneraient le droit de dominer les autres, de bombarder les autres injustement comme on l’ a observé en Iraq et en Syrie aujourd’hui.
    J’ai compris pourquoi les puissances mondiales ont choisi le Terme « Droit de l’homme » au lieu de « Devoir de l’homme ». Le droit de l’homme n’est autre que se donner la raison de faire ce que l’on veut: Les puissants se donnent le droit de dominer les petits, les puissances se donnent le droit de bombarder d’autres pays, les dirigeants se donner le droit de piller les trésors publics, tuer les opposants, etc. Mais ils avaient décidé de promouvoir le Devoir de l’homme, il y aurait la juste car chacun se forcerait à respecter son devoir envers l’autre! Ainsi le monde aurait la paix!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 2 222 users online