Lundi 17 mai 2021

Société

Plaidoyer pour une législation rigoureuse sur l’alcool

09/10/2019 Commentaires fermés sur Plaidoyer pour une législation rigoureuse sur l’alcool
Plaidoyer pour une  législation rigoureuse sur l’alcool
Séraphine Manirambona (à droite) : « L'usage nocif de celui-ci a de graves répercussions sur la santé publique »

Maladies, violences, la consommation excessive d’alcool est pointée du doigt par BAPA (Burundi alcohol policy alliance), une coalition des associations qui réclament une législation plus rigoureuse, lors d’une conférence de presse, ce mardi 8 octobre.

« Adopter un projet de loi régissant la production, commercialisation et consommation de l’alcool, instaurer dans l’urgence un système de suivi et d’étude de son impact sur la santé, conduire à haut niveau une campagne de sensibilisation », est une des recommandations de BAPA.

Pour Séraphine Manirambona, représentante légale de BAPA, le règlement adéquat permettrait aux Burundais d’être conscients de la gravité des conséquences qui résultent de l’excès de l’alcool. « L’usage nocif de celui-ci a de graves répercussions sur la santé publique. Il est considéré comme l’un des principaux facteurs de risque de morbidité dans le monde», a-t-elle déclaré.

D’après Mme Manirambona, l’étude réalisée par l’Association des guides et des scouts du Burundi en 2017 dans les provinces de Kayanza et Cankuzo, montre que la violence est l’une des plus grandes conséquences de cette consommation excessive. Au moins 38,3% des hommes reconnaissent avoir forcé leurs femmes à des rapports sexuels suite à l’alcool.

Même s’il n’y a pas de statistiques, elle déplore que les boissons alcoolisées censées réservées aux adultes sont consommées en grande partie par les mineurs. Elle lance un appel aux parents d’être responsables et prévenir leurs enfants de moins de 18 ans contre ce fléau.

Selon le rapport de l’OMS de 2014, sur la situation mondiale des maladies non transmissibles, en 2012, 5,9 % soit 3,3 millions des décès dans le monde étaient attribuables à la consommation d’alcool.
Pour rappel, le 2 octobre de chaque année, est dédiée à la journée mondiale sans alcool.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Ne soyons pas les maillons de cette chaîne de la honte

Cui bono ? A qui profite le crime ? Cette question posée aux jurés par Cicéron au procès de Sextus Roscius mérite d’être reposée au regard de l’embuscade perpétrée par des hommes armés sur la colline Burambana, à quelques kilomètres du chef-lieu (…)

Online Users

Total 1 255 users online