Lundi 04 mars 2024

Économie

Pénurie du charbon dans la capitale : l’Olucome s’en prend à de hautes personnalités

Pour le président de l’Olucome, la carence de charbon à Bujumbura est due à des magouilles orchestrées par certains hauts responsables de l’exécutif versés dans le commerce.

Gabriel Rufyiri, de l'Olucome ©Iwacu
Gabriel Rufyiri, de l’Olucome ©Iwacu

« C’est inacceptable que des généraux et des colonels de l’armée et de la police, en complicité avec de hautes personnalités du parti au pouvoir, fassent main basse sur le commerce du charbon, sur la multiplication des plants d’arbres et sur l’exploitation du bois.» Cette indignation est de Gabriel Rufyiri, président de l’Olucome, ce mardi 9 septembre, lors d’une conférence de presse à Bujumbura.

M. Rufyiri a affirmé que les associations de multiplication des plants d’arbres ainsi que celles intervenant dans le commerce du bois et du charbon sont des sous-traitants de hauts dignitaires. Et d’affirmer que les intêrets de ces hautes personnalités sont à l’origine de la pénurie du charbon dans la capitale. Il s’est gardé, cependant, de révéler leurs noms, mais menace de le faire si la Deuxième Vice-présidence à qui M. Rufyiri a adressé une correspondance de protestation le 5 septembre ne prend pas de mesures appropriées pour « redresser la situation ».

M. Rufyiri affirme aussi que ces personnalités agissent en connivence avec « la cellule anti-fraude qui serait composée par des jeunes inconnus dans l’administration, mais qui se permettent d’opérer des patrouilles de nuit ». Toujours selon lui, ces gens ne savent même pas interpréter les documents exigés dans le commerce du charbon et du bois, mais se distinguent par les rançons et les pots- de- vin qu’ils exigent aux petits commerçants.

Signalons que selon l’Olucome, le prix du sac de charbon est passé, ces derniers temps, de 20.000 à 60.000Fbu le sac.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. KABADUGARITSE

    A mon avis, s’il ne peut/veut pas mettre la situation au claire en citant les noms des ces complices (politiciens et différents administratifs dont ceux de l’OBR), c’est qu’il a une certaine part dans cette activité qu’il qualifie de mafieuse.-

  2. Karadomba

    hat a écrit: « Je respecte l homme mais je doute de son engagement. Il est sur tous les fronts et cela n arrange pas l efficacité »
    Est-ce que tu pense que le Burundi aura meilleur que Rufyiri?!
    Je connais cet homme pour l’avoir côtoyé à maintes reprises. Ne doute pas de son engagement car il est plus qu’engagé. C’est un homme très courageux, qui n’a pas peur, qui défend plus les intérêts des citoyens que les siens. Il dit ce que nous n’osons pas dire car nous avons peur de ce qui pourrait nous arriver.
    Rufyiri est sur tous les fronts par manque de combattants car nous avons peur, mais jusque quand? Il est grand temps de nous réveiller, chers concitoyens.

    • KABADUGARITSE

      Karadomba we! Rufyiri est une production de tous les maux et la mauvaise gestion qu’a connu/connait notre patrie. Derrière lui, sans doute des vautours à l’image de tous ceux qui nous ont gouvernés et malmenés durant des décennies. Le seul fait de se maintenir en bonne santé, continuer de fréquenter les milieux des ces grands qui nous gouvernent et les hauts dignitaires de la sphère des expatriés en dit long. Cherchons ensemble; sans doute qu’un jour nous en apprendrons plus.-

  3. mpebentwenge

    La liste, tout Bujumbura la connait!!!!!!!!!!!!!
    Hari umuntu aba I Burundi atazi les plus grands prédateurs!!!!!
    Au Burundi, tout le monde connait tout le monde.
    Barya bubaka des étages de milliards, aba avuye mw ijuru, ko tuzi amahera bahembwa!!!!!!!!!!

  4. hat

    A Mututsi , Mr Rufyiri dit combattre la corruption. Le Burundi est en première ligne des pays corrompus. Pourquoi? Mauvaises méthodes? Je n’ai pas dit que je fais mieux mais je constate que son action est pour l instant peu contributive. Qd il a fait grève il disait avoir des listes, on attend , aujourd’hui il a des listes on attend aussi.j espère me tromper.

  5. jimokana

    Au Burundi ce n’est plus de la corruption, c’est devenu de la prédation,et qui paie ?????
    Le peuple devrait se révolter et se débarrasser de ces bandes de vautours;

  6. hat

    Mr Rufyiri dit tjrs qu il va sortir des noms mais il s’arrête tjrs à l annonce. Oui il a peur comme plusieurs de nous. Je respecte l homme mais je doute de son engagement. Il est sur tous les fronts et cela n arrange pas l efficacité. C’est plus faire du buzz.

    • Mututsi

      @hat:
      Et toi qui est mieux que Rufyiri, qui peux faire mieux que le buzz, ou est tu? Tu n’as pas encore atteint l’age de maturité ou tu es en prison?
      Sors de ta coquille est si tu es mieux que Rufyiri le Burundi guérira de ces demons qui habitent sa tete bientôt.
      Si non ca serait mieux de se ……. aire

    • Irambona

      Bien sur qu’il a peur comme tout le monde, l’homme et la peur ça va de paire,c’est indissociable….Ntamuntu numwe kwisi yovuga ko adatinya, on a tous des limites. Harya mwibaza ko birya vy’i Kiriba-Ondes Rufyiri atavyo yari azi nimba ari vyo.Bagaca avuga ngo Aprodh niyo yagize itohoza…L’Aprodh avait quels atouts pour mener lui seul l’enquête sans l’aide des autres organisations de la société civile? Barya ba Pacifique bose bari babizi muga sibo bagiye kubivuga!! C’est la peur effectivement!!!Ariko na jewe ndaguye ndagarutse, bavuga ngo uwushaka umuhutu amutuma uwundi, uwushaka umututsi akamutuma uwundi!! Twama tubibona, vyama vyabaye!

    • Stan Siyomana

      @Hat: « …je doute de son engagement… »
      1. Il faudrait, au contraire, admirer le courage du President (et des employes) de l’Olucome quicontinuent de faire leur boulot, ayant a l’esprit chaque jour LA MORT COMBIEN TRAGIQUE DE LEUR COLLEGUE ERNEST MANIRUMVA, VICE-PRESIDENT DE L’OLUCOME.
      2. Je voudrais revenir sur un commentaire que j’ai fait il y a quelques jours.
      En matiere de securite, le rapport 2014-2015 du Forum Economique Mondial (= siege a Cologny, Suisse) classe le Burundi en 126 eme position (sur 144 pays) avec une note de 3,5 sur 7.
      – A la question: « Dans votre pays, a quel degre est-ce que le crime organise a la mafia (mafia-oriented racketeering, extorsion…) impose des couts supplementaires aux hommes d’affaires/impose costs on business », la note est de 3,8 sur 7, et le Burundi se classe 122 eme sur 144 pays.
      (Voir http://www.wef.org, Global Competitiveness Report 2014-2015, Browse the report reader, Country/economy, Burundi).
      3. L’article du journaliste rwandais? Kenneth Agutamba, qui est repris par plusieurs sites de l’East African Community, ne manque pas de remarquer:
      « Ceux qui ont repondu a cette question (sur le crime organize) au Burundi ont dit aux enqueteurs que le crime a la mafia est un grand obstacle pour le business dans le pays/a major business hindrance in the country. Par consequent, le Burundi est classe 122 eme dans le monde, DONNANT L’IMPRESSION QUE LE PROBLEME DE LA MAFIA EST PIRE QU’AUX ETATS-UNIS… »
      (Voir Kenneth Agutamba: « How competitive is the EAC region?, http://www.newtimes.co.rw, 7 September 2014).
      Merci.

  7. Nzobandora

    C’était nettement prévisible qu’il y avait des magouilles derrière cette denrée. C’est devenu malheureusement une habitude maintenant dans ce pays et cela n’étonne vraiment plus personne

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 240 users online