Mardi 16 juillet 2024

Économie

La pénurie du charbon à Bujumbura étrangle les ménages modestes

13/06/2024 1
La pénurie du charbon à Bujumbura étrangle les ménages modestes

Faute de carburant, les camions de transporteur de charbon sont à l’arrêt. Le charbon devient rare, les familles modestes ne savent plus cuire les repas.

Jeanine, vendeuse de fruits, partage son désarroi : « Autrefois, un petit seau de charbon à 1000 FBU suffisait pour préparer trois repas. Maintenant, il me faut 3000 FBU.» Avec la hausse du coût de la vie et des prix des denrées alimentaires, elle redoute l’avenir : « Cette situation met ma famille en grande difficulté, en tant que simple vendeuse de fruits sans revenu régulier. J’ai peur que cette situation ne s’aggrave. Je risque de retourner chez moi à Karusi si ça continue ainsi. »

Cette rareté de charbon est directement causée par la pénurie de carburant, plongeant plusieurs ménages dans l’incertitude et l’angoisse quotidienne. Minani, un marchand de charbon, révèle l’ampleur du problème : « La rareté du charbon est principalement due à la pénurie de carburant. Par exemple, un petit sac de charbon coûtait 35000 FBU, maintenant, c’est 50000 FBU. Je suis obligé de diminuer la quantité de charbon par sac pour espérer faire un petit profit. Mais cela fait déjà deux semaines que je n’ai pas été approvisionné. »

Comme les commerçants de charbon diminuent les quantités par sac vendu, pour les mères de famille, c’est très compliqué. « Autrefois, un petit seau de charbon à 1000 FBU permettait la cuisson d’un kilo de riz et de haricots. Actuellement, même un seau de charbon à 2000 FBU peine à cuire un kilo de haricots », déplore une mère de famille.

Un boutiquier du petit marché  dit « Tchetchénie », dans la zone Musaga, commune de Muha, déplore qu’il doit désormais débourser le double de ce qu’il payait pour l’achat de charbon : « Autrefois, un seau de charbon à 2000 FBU suffisait pour préparer un repas. Maintenant, c’est 4000 FBU », explique-t-il. « Parfois, je me demande où le pays est en train de se diriger. Je suis dépassé par la situation actuelle de mon pays », lâche-t-il encore, complètement dépassé.

Face à cette rareté de charbon, les familles sont acculées et tentent de survivre au jour le jour, dans un contexte de plus en plus précaire. La population continue à espérer une réponse rapide et efficace du gouvernement. Le charbon de bois demeure le combustible le plus utilisé au Burundi, comme le rapporte le Ministère de l’Énergie dans son rapport de 2020 : 95 % des ménages burundais utilisent ce combustible qui vient de l’intérieur du pays. Faute de carburant, les transporteurs ont mis à l’arrêt leurs camions. La situation devient intenable pour les ménages les plus modestes à Bujumbura.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nshimirimana Georgette

    je vous admire

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 161 users online