Mercredi 05 octobre 2022

Editorial

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

05/08/2022 5

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec depuis plusieurs mois, les files s’allongent d’automobilistes excédés, qui attendent parfois toute une journée pour se faire servir, en vain. Des pannes sèches sont monnaie courante dans les rues de Bujumbura. Les conducteurs sont réduits à s’approvisionner sur le marché noir dont le prix passe les quinze mille francs burundais le litre (plus de 5 fois de plus le prix officiel). Des conséquences désastreuses affectent toutes les activités socio-économiques. Aucun secteur n’est épargné. On commence déjà à parler de paralysie.
Les gens dénoncent le monopole dans l’importations des produits pétroliers. D’autres s’insurgent contre l’absence du stock stratégique carburant. Pourtant, pour chaque litre acheté à la pompe, il y a un montant retenu pour l’alimenter. Par ailleurs, dans le budget général, il est prévu une somme non négligeable pour approvisionner le stock de ce précieux liquide. Quid de sa destination ?

Plus d’un s’accordent à affirmer que la voie lacustre résoudrait, en grande partie, cette problématique de pénurie du carburant devenue récurrente et embarrassante. Elle relierait le port de Kigoma à celui de Bujumbura. Selon des observateurs, la voie lacustre est moins chère, moins risquant, emploie moins de temps et permet plus de tonnage par rapport à la voie routière.
Un de nos journalistes d’investigations a été à Kigoma. Des dépôts destinés à stocker le carburant qui transite vers le Burundi sont visibles mais sont vides depuis une dizaine d’années. « C’est une voie qui reviendrait beaucoup moins cher non seulement pour les produits pétroliers mais aussi pour tous les autres articles importés ». Ce constat du consul burundais à Kigoma rime avec celui des autres observateurs. En octobre 2017, la Banque mondiale s’est investie dans l’amélioration des infrastructures de transport sur le lac Tanganyika. « Le développement des infrastructures de transport sur le lac Tanganyika, une fois réalisé, réduira de 40% le coût total des marchandises qui transitent par le corridor central », a déclaré le secrétaire exécutif du corridor central d’alors, à la suite de la signature de l’accord dudit projet.

Face à cette pénurie qui déstabilise et qui démoralise, le gouvernement est appelé à s’assoir avec les acteurs de la chaîne d’importation, de commercialisation et de distribution des produits pétroliers pour trouver ensemble des solutions. Sans être une panacée, les quelques pistes précitées pourraient contribuer à améliorer la situation.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Voltaire Caratuvunye

    Bellum , Des fois on se dit que nous les africains, nous sommes maudits. Moi je crains que Arusha ou hold up de 215 n y sont pour rien. Car on ne retrouverait pas les memes désatres (à des degrés divers) au Cameroun, Congo, Zaire, Zimbabwe, Erythrée , Uganda, Burkina Faso,etc…
    C est quasiment une mauvaise gouvernance, un manque de vision et une corruption ataviques

  2. Claypton

    Est ce que le problème n est pas ailleurs ? ( manque de devises ?) et bientôt l’armée Burundaise serait sur le point d’entrer au Congo , qui va financer cette aventure ????

  3. Ntakindi

    Même si le risque zéro n’existe pas, dans les différentes réflexions, on envisage toujours deux possibilités au cas où. Ici que fait les ministères ayant les finances et le commerce dans leurs attributions ? Bapfume batanga imihoho.

  4. Bellum

    La faillite économique et sociale actuelle illustre parfaitement l’adage prêté au grand homme d’Etat Talleyrand : « On peut tout faire avec une baïonnette sauf s’asseoir dessus. » La descente aux enfers actuels a commencé par la violation des Accords d’Arusha en 2015 et a culminé dans le hold-up électoral de 2020. Seul le retour à la légitimité démocratique peut sauver le pays.

  5. balame

    Il doit y avoir quand meme des raisons qui font que le Burundi n utilise pas cette voie lacustre. Laquelle?
    Nos responsables et dirigeants pourraient faire la meme analyse que l éditorialiste

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 404 users online