Mardi 02 mars 2021

Politique

«On ne peut pas solliciter de la clémence à celui que vous êtes supposés combattre»

07/08/2019 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur «On ne peut pas solliciter de la clémence à celui que vous êtes supposés combattre»
«On ne peut pas solliciter de la clémence à celui que vous êtes supposés combattre»
Frédéric Bamvuginyumvira : «S’ils se sentent fatigués, ils sont libres de rentrer mais ils doivent éviter trop de discours politiques pour justifier leur acte».

Le Cnared Giriteka a «réaffirmé sa volonté de participer à toutes les élections de 2020». Cela est ressorti de la réunion ordinaire du directoire de cette plateforme de l’opposition en exil du 2 au 4 août.

Anicet Niyonkuru, secrétaire exécutif du Cnared, assure que tous les membres de cette plateforme veulent retourner au Burundi et même ceux qui sont sous mandats d’arrêt internationaux. Selon lui, il reste à dialoguer avec le gouvernement afin de «se convenir sur les modalités de ce retour au pays».

Frédéric Bamvuginyumvira, ancien vice-président de la République, parle d’une contradiction : «On ne peut pas solliciter de la clémence à quelqu’un que vous êtes supposés combattre».

Il assure que certains membres du Cnared ont toujours voulu rentrer. «Ils voulaient d’abord prendre la présidence du Cnared afin de présenter une offre au pouvoir en place pour que ce dernier puisse leur regarder d’un bon œil».

Pour M. Bamvuginyumvira, le handicap est que Bujumbura ne va pas accepter certains d’entre eux notamment ceux qui sont poursuivis par la justice. «S’ils se sentent fatigués, ils sont libres de rentrer mais ils doivent éviter trop de discours politiques pour justifier leur acte. Ceux qui veulent continuer la politique vont s’organiser autrement».

Selon Frédéric Bamvuginyumvira, on ne peut pas rentrer aujourd’hui et prétendre organiser une politique claire comme aux temps de Melchior Ndadaye. «Le contexte est différent. A cette époque, il y avait un monopartisme qui ne se cachait pas. Avec la pression internationale, nous avons eu un multipartisme de fait et non de façade. C’est dans ce contexte que Ndadaye a pu pénétrer. Aujourd’hui, il y a un parti qui chante le multipartisme sur papier mais non vécu.»

Le porte-parole du gouvernement, Prosper Ntahorwamiye indique qu’il s’exprimera plus tard sur la demande du Cnared.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Online Users

Total 1 660 users online