Société

Nyabugete IV: Des constructions anarchiques pullulent

20/09/2019 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Nyabugete IV: Des constructions anarchiques pullulent
Nyabugete IV: Des constructions anarchiques pullulent
Sur le site Nyabugete IV, les gens continuent de construire alors qu’ils n’en ont pas l’autorisation.       

Sans attestation d’appartenance ni autorisation de bâtir, les propriétaires de parcelles dans le site Nyabugete IV, commune Muha en mairie de Bujumbura, continuent de construire. L’Office burundais de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (Obuha) demande l’arrêt de ces constructions et met en garde contre les risques de démolition

Les maisons poussent comme des champignons dans le site de Nyabugete IV. Il est 10h, mardi 10 septembre. Les maçons s’activent. Certaines maisons sont à la phase de la fondation. D’autres sont au niveau de la charpente. Les camions-bennes continuent d’acheminer des briques, du sable, des pierres, du moellon… Le site est viabilisé. «Le quartier va être très beau», s’émerveillent les ouvriers. Des propriétaires des parcelles supervisent les travaux. «On doit faire vite pour éviter la saison de la pluie».

Le hic, aucun propriétaire de ces parcelles n’a ni attestation d’appartenance ni l’autorisation de bâtir. Du moins, selon le commissaire général de l’Obuha, Jean Claude Ngenzi. «Personne n’est encore venu nous empêcher de travailler», affirme un propriétaire. «Nous connaissons nos parcelles. Pourquoi attendre? Les documents pourront être délivrés plus tard».  

Des risques de démolition

«Ces gens sont en train de violer la loi», indique Jean Claude Ngenzi. Selon lui, ils devaient attendre la délivrance par les autorités habilitées des documents requis avant de commencer à construire. «On se demande pourquoi ils s’acharnent à continuer à construire alors qu’ils n’ont pas de papiers». D’après le commissaire général, ce site a été viabilisé dans le cadre de la viabilisation par intégration. «C’est vrai que certains propriétaires connaissent leurs parcelles, mais ils peuvent se tromper». Toutefois, Jean Claude Ngenzi reconnaît qu’il y a eu une lenteur dans la délivrance de ces documents mais que cela est dû à la réorganisation de ce secteur et à la création de nouvelles structures comme l’Obuha. «Les détenteurs des parcelles en ont profité pour construire».

Dans une correspondance adressée à l’administrateur de la commune Muha, le commissaire général de l’Obuha lui a demandé de prêter main forte à ses services afin d’arrêter ces «constructions anarchiques». Jean Claude Ngenzi assure qu’avant d’écrire cette lettre, ils se sont rendus sur terrain afin de les ramener à la raison. «Au lieu d’obtempérer, les constructions ont continué de plus belle».

Le commissaire général prévient sur les risques qu’encourent ceux qui sont en train de construire. «Au moment de l’établissement des documents, des litiges peuvent survenir ou on peut trouver des gens qui n’ont pas respecté les normes. Cela sera suivi par des démolitions de maisons». Jean Claude Ngenzi fait savoir que son service ne privilégie pas la démolition : «Si nous sommes obligés, on ne va pas faire autrement.» Il leur demande de patienter un peu. «Les documents seront disponibles prochainement». Iwacu a essayé de joindre l’administrateur communal, Pasteur Daniel Kabura, sans succès.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

« Doom and gloom ». Cette expression anglaise désigne un sentiment de trouble, de  peur-panique. Après la proclamation des résultats provisoires par la  Ceni, le 25 mai, et leur contestation par le principal parti de l’opposition, le CNL, une psychose  a (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 096 users online