Jeudi 22 février 2024

Économie

Ngozi : le new castle de retour

12/08/2017 Commentaires fermés sur Ngozi : le new castle de retour

Plus de 1000 poules déjà décimées, les éleveurs tirent la sonnette d’alarme. Les responsables vétérinaires appellent les propriétaires de volaille à plus de responsabilité.

Des poules atteintes de new castle.

Les communes de Kiremba, Marangara et Nyamurenza connaissent une recrudescence de la maladie dite de new castle. Jugée très dangereuse pour les poules, elle se manifeste par un affaiblissement total des bêtes qui somnolent avant de succomber. Très contagieuse, la maladie décime en un petit laps de temps une population entière de poules.

Le responsable du service de la santé animale à la Direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage (DPAE), Dr.Yves Nshimirimana, se dit très préoccupé par l’avancée de cette maladie : « Plus de 1000 poules sont déjà décimées dans les trois communes de Marangara, Kiremba et Nyamurenza. Un effectif qui peut s’alourdir étant donné que le new castle est très contagieux. »

Côté éleveur, c’est une véritable consternation. Egide Muhimpundu, un éleveur de poules rencontré au marché de Musasa en commune de Kiremba précise que c’est une grande perte pour eux. « Mon poulailler est complètement anéanti. J’avais une quarantaine de poules, 12 sont déjà mortes. J’ai décidé d’acheminer ce qui reste sur le marché.»

Appelés à s’acheter le vaccin

Jeanne Gakobwa, une maman interviewée au même marché de Musasa, parle d’une situation inédite. Pour cette maman, la maladie de new castle vient normalement au mois de septembre avec le retour des premières pluies. Cette année, elle est arrivée très tôt au mois de juillet. « Aucun éleveur ne s’y attendait. Ce qui fait qu’on ne trouve pas de vaccin dans les pharmacies vétérinaires de notre localité, cela complique la situation. Nous sollicitons l’intervention des services vétérinaires publics pour la disponibilisation du vaccin, comme c’est toujours le cas en période d’épidémie. »

S’exprimant sur les mesures déjà prises pour arrêter cette maladie, Dr Yves Nshimirimana affirme qu’il a déjà dressé une requête au ministère ayant en charge la santé animale pour la disponibilisation du vaccin. Il craint cependant que le vaccin ne soit attardé par les procédures administratives. Il demande aux éleveurs de se dépanner en achetant eux-mêmes le vaccin pour sauver d’urgence leur volaille.

Cela est embrayé par le directeur de la santé animale qui appelle à la responsabilité des éleveurs. « Ces deniers ne doivent pas attendre la campagne nationale de vaccination des poules faites généralement une fois l’année. » Ils sont appelés à s’acheter leur propre vaccin chez les pharmacies vétérinaires de leurs localités surtout qu’il ne coûte pas cher et qu’il est utilisable pour plusieurs unités.

Parmi d’autres mesures préconisées, c’est la limitation des déplacements des animaux. Les localités atteintes devraient s’abstenir de déplacer les poules pour ne pas contaminer. Le directeur de la santé animale demande aussi à l’administration de suspendre momentanément les marchés de poules en attendant que la situation soit maîtrisée.

Signalons que les communes de Marangara et Kiremba conservent une tradition d’élevage massif de volaille et surtout de poules. La maladie a déjà produit ses conséquences. Les prix des poules ont considérablement chuté sur les marchés. Un coq qui s’achetait à 12 000 Fbu il y a deux mois s’obtient à 8 000 Fbu.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 752 users online