Mardi 02 mars 2021

Société

Détention de journalistes d’Iwacu et leur chauffeur: Le CNC prend ses distances

07/11/2019 Alphonse Yikeze Commentaires fermés sur Détention de journalistes d’Iwacu et leur chauffeur: Le CNC prend ses distances
Détention de journalistes d’Iwacu et leur chauffeur: Le CNC prend ses distances
Nestor Bankumukunzi, président du CNC

Ce mercredi 6novembre, le président du CNC réagissait sur le cas d’Agnès, Christine, Terence, Egide et le chauffeur Adolphe appréhendés le 22octobre alors qu’ils effectuaient un reportage à Musigati.

A l’issue de la présentation du rapport trimestriel du CNC, le président du conseil, Nestor Bankumukunzi, s’est exprimé sur le cas des quatre journalistes d’Iwacu interpellés dans le cadre d’un reportage de terrain à Bubanza et actuellement en détention depuis 16 jours: «Le CNC ne peut s’exprimer sur cette affaire sans en connaître tous les éléments de détail». Et de préciser que «la justice étant indépendante, le CNC n’a pas à intervenir pour lui dicter ce qu’elle a à faire». Et d’ajouter que «si ces journalistes seraient coupables d’une faute professionnelle», ils seraient poursuivis et sanctionnés en vertu du code de la presse: «Dans le cas contraire, s’ils sont coupables d’une infraction de droit commun, ils doivent être poursuivis en vertu de la loi générale comme tous les autres citoyens».

En marge de son allocution, M. Bankumukunzi avait exhorté les professionnels du métier à éviter «le journalisme de bureau»: «Ne soyons pas tentés par le journalisme assis».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Online Users

Total 1 280 users online