EN

Société

Naissance de triplets, source de joie et d’angoisse pour les parents

16/01/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Naissance de triplets, source de joie et d’angoisse pour les parents
Naissance de triplets, source  de joie et d’angoisse pour les parents
Yvette Itangishaka avec ses triplets dans la salle numéro 50 au bloc de la maternité

La vie de la famille d’Eric Habibu et Yvette Itangishaka de la commune Rugombo, colline Karurama a été bouleversée par la naissance des triplets le 8 janvier 2020. La mère, se dit inquiète pour leur survie, elle demande de l’aide.

Il est 10h30, 15 janvier. Pas moins de cinq mères sont présentes dans la salle numéro 50 du bloc de la maternité à la Clinique Van Norman dit « Kuri Hope » située à Ngagara. L’on entend des cris de nouveau-nés.

Elancée, vêtue de pagnes multicolores, Yvette Itangishaka, 24 ans, sourire au visage, est allongée sur le lit avec ses trois bébés. Deux garçons et une fille. Elle semble fatiguée mais essaie de le dissimuler, histoire de se dire que le pire est passé.

Quand le couple a su qu’il allait avoir des triplets, l’inquiétude s’est installée. « Nous avons déjà deux garçons. C’est une bénédiction, on n’a pas d’autres choix, mais si on pense aux conditions de vie que nous menons, c’est difficile. Avoir de quoi se mettre sous la dent est déjà pour nous un parcours du combattant », raconte cette jeune maman avec émotion.

Originaire de la colline Karurama dans la province Cibitoke, Yvette Itangishaka arrive le 8 janvier à cette clinique sous le coup de contractions utérines. Elle a mis au monde par césarienne le même jour. Deux bébés avec 2kg 500g pour deux d’entre eux tandis que le 3ème pesait 3 kg à la naissance. Deux d’entre eux sont alités. Ils reçoivent actuellement des soins.

Yvette Itangishaka fait savoir que le lait maternel n’est pas suffisant pour nourrir ses trois bébés. Pire encore, elle allaite avec un seul sein depuis les deux précédentes naissances. Elle lance un appel aux âmes charitables. «Je demande à son excellence, la Première Dame de venir à notre secours. Nous sommes dans une grande précarité et avons besoin de lait, d’habits et de nourriture ».

Notons que Mme Itangishaka est joignable au 61325013.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 129 users online