Dimanche 16 mai 2021

Société

Médias – Iwacu : plus de trois ans de blocage au Burundi !

01/02/2021 Commentaires fermés sur Médias – Iwacu : plus de trois ans de blocage au Burundi !
Médias – Iwacu : plus de trois ans de blocage au Burundi !

Par Antoine Kaburahe

Des informations contradictoires circulent sur les réseaux sociaux au sujet de l’accès au site officiel www.iwacu-Burundi.org Voici les faits.

Depuis le 20 octobre 2017, soit plus de trois ans, l’accès au site officiel de notre média est impossible depuis le Burundi alors qu’il l’est partout ailleurs, dans le monde entier
https://www.iwacu-burundi.org/probleme-technique/

Le 21 mai dernier, alors que les réseaux sociaux avaient temporairement été bloqués au Burundi, l’ONG https://netblocks.org/ qui fait un travail de veille sur la censure des médias dans le monde nous confirmait « un blocage permanent de notre site au Burundi », et cela par l’ensemble des fournisseurs d’accès à Internet. Laurence Dierickx, spécialiste du numérique et docteure en information et communication, nous expliquait à l’époque : « il n’est pas possible que tous les fournisseurs d’accès à internet bloquent d’une manière aussi ferme et aussi longue l’accès au site d’Iwacu, sans en avoir reçu l’ordre.
https://www.iwacu-burundi.org/les-reseaux-sociaux-debloques-iwacu-reste-inaccessible/

Depuis, la situation est restée inchangée. Aucun fournisseur d’accès n’a jamais voulu s’exprimer sur ce blocage avéré ni sur celui qui leur en a donné l’ordre. Ces sociétés participent ainsi ouvertement à la censure et pénalisent leurs clients. Nous demandons à l’ABUCO, l’Association burundaise des Consommateurs d’interpeller ces sociétés.

Cette censure que personne n’a jamais assumé publiquement est une infraction grave à la Constitution qui préconise le droit à l’information.
Par ailleurs, le chef de l’Etat a encore réaffirmé que les Burundais ont droit à la liberté d’expression et l’accès à l’information.
Il n’est pas normal que pour accéder aux informations d’Iwacu, le lecteur burundais doit passer par un site miroir https://iwacu.global.ssl.fastly.net/ mise en place par Reporters Sans Frontières (que nous remercions), ou via un VPN ou le navigateur Tor.

Une censure que personne ne veut assumer

Cette situation est d’autant plus incompréhensible que tous les contenus publiés en ligne le sont sous le contrôle du Conseil National de la Communication (CNC). Est-ce à dire que nos autorités utiliseraient également le site miroir mis en place par Reporters Sans Frontières ?

Cette « gymnastique » imposée aux lecteurs du Burundi pour avoir accès à Iwacu n’honore pas ceux qui ont pris cette mesure et ternit l’image du Burundi. Un jour, plus aucun Burundais n’a pu accéder au site iwacu-burundi.org depuis le pays, et ils n’ont jamais su pourquoi ils en étaient empêchés. Espérons qu’un jour, tous les Burundais pourront accéder à notre site, même sans aucune explications… cela serait un moindre mal et mettrait ainsi un terme à une situation aussi injuste qu’anticonstitutionnelle.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 410 users online