Mardi 27 février 2024

Santé

Mauvaise pièce à la MFP

24/11/2023 5
Mauvaise pièce à la MFP

Par Antoine Kaburahe

C’est une mauvaise pièce de théâtre qui se joue à la Mutuelle de la Fonction publique et qui va laisser des traces. Elle dénote un dysfonctionnement qui interroge.

1er acteur : La Direction de la Mutuelle de la Fonction Publique : S’appuyant sur un audit qu’elle garde secret, la Direction de la Mutuelle de Fonction Publique a fait arrêter un projet important de mise en œuvre d’un Système d’Information estimé à 1 113 000 dollars. Ce Système est déjà largement utilisé par les employés et les adhérents de la MFP. Il faut croire que ce Système informatique dérange la Direction puisqu’elle est allée jusqu’à faire mettre en prison le 6 novembre dernier un deuxième acteur :

2ème acteur : M. Floris NZEYE, l’acteur clé du Projet informatique qui a travaillé avec son équipe et un intégrateur pour réussir un projet complexe capable de rendre de très importants services à la MFP et à ses adhérents. M. Nzeye est depuis 19 jours en prison sans que sa famille ait de ses nouvelles.

3ème acteur : La commission de réception provisoire du Projet :  Cette commission composée de 8 membres assistés de 6 autres personnes (informaticiens, expert-consultant en appui technique, observateur de la DNCMP…), a établi un Procès-verbal de réception (5 novembre 2021) qui a été signé notamment par l’Honorable Gervais NGIRIRWA, le Directeur National de Contrôle des Marchés Publics. Le but de cette procédure de réception provisoire était de vérifier la conformité du Système d’Information sur le plan fonctionnel, sur le plan installation, intégration, formation…elle a conduit la commission à recommander à la Mutuelle la mise en exploitation effective des logiciels. Les conclusions de ce Procès-Verbal sont remises en cause sans aucune justification par la Direction de la MFP.

Il existe d’autres acteurs, l’intégrateur ITEC qui a déjà mis en œuvre des Systèmes d’information en Afrique et au Burundi, son partenaire local et l’équipe informatique de la MFP. L’intégrateur a envoyé plusieurs lettres à la Direction de la MFP qui sont restées sans réponses.

Comment la pièce va se jouer ? quelles réponses seront données aux questions ci-dessous ?

  • Quelle est la raison pour laquelle M. Floris NZEYE a été arrêté ? parce qu’il n’a pas accepté d’affirmer que le Système d’Information ne fonctionne pas ?
  • Pourquoi maintenir en prison Floris NZEYE qui n’a pas été impliqué dans le choix de l’intégrateur ni dans le PV de réception provisoire ? quelles en sont les raisons ?
  • Quel est le but poursuivi par la Direction de la MFP pour tenter d’anéantir un outil qui permet à la MFP de fournir d’excellents services à ses adhérents et employés ?
  • Qu’est-ce qui autorise la Direction de la MFP de remettre en cause le travail effectué par la commission de réception provisoire ?
  • Pourquoi l’audit effectué sans raison valide est tenu secret ?
  • Pourquoi effectuer du harcèlement sur une équipe informatique qui a prouvé sa compétence et sa motivation ? (Cette équipe a reçu l’interdiction de coopérer avec l’intégrateur)
  • Pourquoi ne pas communiquer de manière constructive avec l’intégrateur ITEC s’il y a des défaillances ?
  • Pourquoi la MFP continue à utiliser le système s’il ne fonctionne pas comme le prétend la Direction de la MFP ?
  • Si des défauts dans l’exécution du contrat existent, pourquoi l’intégrateur n’est pas prévenu par des canaux normaux dans ce genre de cas pour réparer ces défauts ?

Rappelons quelques faits :

L’intégrateur ITEC a postulé et gagné le marché au Burundi  N°DNCMP/12/S/2017 pour la fourniture, l’installation, le paramétrage, la conception, le développement  et la mise en œuvre de progiciels et de système  informatique à la Mutuelle de la Fonction Publique. L’attribution du marché a été faite et approuvée en août 2018.

En quelques mots le nouveau Système d’Information de la MFP est un système intégré et sécurisé, qui empêche la manipulation des données, toutes les transactions sont tracées, cela crée transparence et rigueur ce dont la Mutuelle de la Fonction Publique a bien besoin.

Avec ce système, les employés de la MFP sont payés, les états financiers sont produits, les adhérents disposent de cartes pour eux et leurs ayant droits qui permettent de contrôler les bénéficiaires des médicaments et des prestations. Il y a un contrôle du stock des médicaments dans les officines et le stock central, les médicaments sont achetés au niveau du dépôt central pour être ensuite distribués aux officines selon le besoin. Les officines à leur tour vendent ces médicaments aux bénéficiaires et impriment les factures correspondantes. La chaine logistique (Supply-chain) est donc complètement gérée dans le système et contrôlée de bout en bout.  La traçabilité est complète. Il en est de même des prestations médicales.

Comment va s’achever cette mauvaise pièce ? est-ce que la Direction de la MFP va parvenir à détruire une très belle réussite collective (MFP/ITEC/Partenaire local) au moment où la MFP peut retirer le maximum de profits d’un projet informatique stratégique, au moment où la population aurait tout à gagner des services rendus par la MFP avec son nouveau système ?

Cette pièce serait le récit d’un formidable gâchis :

sur le plan humain : une personne se retrouve en prison, une équipe informatique est discréditée et démotivée, l’investissement des utilisateurs est gaspillé.

Sur le plan technique :  au Burundi ou ailleurs, un projet tel que celui de la MFP est très complexe et nécessite de grandes compétences fonctionnelles et techniques ainsi que des solutions logicielles fiables qui sont rares.

Sur le plan financier : des montants importants ont été alloués à ce projet et risquent d’être dilapidés.

Le Président de la République a fait de la bonne gouvernance son cheval de bataille.  Ce qui se passe à la MFP est emblématique. Il est urgent que les services de la Présidence se penchent sur ce dossier pour que la pièce se termine bien, nous, les citoyens, nous sommes en droit d’exiger de la transparence.

De la transparence,  ne serait-ce que sur une question que tout le monde se pose : si la Direction de la MFP a raison, pourquoi garde-t-elle secret l’ audit du système implanté par ITEC avec son partenaire local et la MFP ?

Clap de fin ? Non, espérons que la pièce n’est pas encore entièrement jouée !  A suivre.

 

MFP

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Corneille Kaziri

    Cette pièce est une tragi comédie.
    De telles choses ne peuvent se faire qu’au Burundi ou à Haïti.

  2. Kibinakanwa

    Mr Kaburahe,
    J’ose espérer que vous exagérez, que vous jetez l’opprobre sur les honnêtes et patriotes dirigeants de la MFP🤯😔
    Le problème, c’est que vous connaissant, vous tournez votre plume dans l’encrier plusieurs fois avant d’écrire un Éditorial.
    Ma question pour un champion alors; En un mot comme en plusieurs: Qu’en dit le ministre qui a en charge la MFP?
    Un marché d’un milliard de $usd ne se conclut pas, ne s’exécute pas sans que ce Gihangange ne donne sa bénédiction .
    Pour ceux qui l’ont oublié. Burundi is one of the most corrupt country in the world 😭🤯😭
    Note de l’auteur
    Cher Kibinakanwa. J’aimerais tant me tromper et être démenti.
    Je présenterai alors mes plates excuses…
    Mais déjà, pour commencer, les Burundais seraient heureux de lire cet audit.
    pourquoi il est gardé secret? C’est de l’argent public, non?
    Merci
    AK

    • Kibinakanwa

      Merçi Kaburahe,
      Aux lecteurs; Pardon pour la Coquille. Le marché d’informatisation gagnée par une firme libanaise est d’un montant de plus de 1 million de dollars ($1 133 000).
      Son Excellence le président de la république, notre guide bien aimé s’est faché 2 fois à Bugarama et lorsqu’il a réuni les banquiers.
      Il a menacé de sévir contre les corrompus et les corrupteurs.
      Nous savons que sa cellule de communication (Nyamitwe, Karerwa, Mutoni, etc…) lisent nos commentaires enragés.
      Excellence the president, abenegihugu deserves an explanation.

  3. Jean Pierre Hakizimana

    Commence par l’article qui explique ce qui se passe dans l’université du Burundi(Rumuri). Je me dis que c’est pareil en amont et là, presque toute les structures sont empoisonnées. Et vous avez un system dans lequel il est impossible de survivre avec un casier judiciaire , surement moralement blanc car le corrompu est aussi coupable que le corrupteur. Le reste (dossier INSS, etc…) c’est une suite logique. Bravo CNDD-FDD et ses apologistes! Job well done!

  4. Bite

    Finalement on comprend pourquoi notre pays occupe toujours le premier rang sur la liste des pays pauvres.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 361 users online