Mardi 27 février 2024

Société

Marchés de Gitega et Ngozi : Plus d’un commerçant apprécient l’annulation des contrats avec l’OBR

13/02/2024 0
Marchés de Gitega et Ngozi : Plus d’un commerçant apprécient l’annulation des contrats avec l’OBR
Marché de Ngozi où les commerçants ont accueilli favorablement la mesure d'identifier de nouveau les commerçants.

Suite à l’annonce du ministre chargé de l’intérieur et de celui chargé des finances, qui annulent les contrats entre les locataires des stands devenus propriétaires et l’Office burundais des recettes conclus en juillet 2023, les anciens propriétaires s’impatientent de les récupérer et se disent prêts à payer selon les nouveaux tarifs.

A Ngozi et à Gitega, comme dans d’autres provinces, les communes ont répondu à l’appel du ministre chargé de l’intérieur et celui chargé des finances du 15 janvier 2024 d’établir de nouvelles listes des commerçants ayant les documents nécessaires.

Par la même occasion, ils ont annoncé un projet de revoir à la baisse les frais jugés exorbitants de location des stands, des shops ou de tout autre espace des marchés faisant partie du patrimoine de l’État contenus dans les contrats de l’OBR avec les commerçants depuis le 1er juillet 2023.

Une ordonnance conjointe de mise en application est d’ailleurs sortie le jeudi 25 janvier 2024. « L’administration locale est chargée de mettre en place une commission ayant pour mission d’identifier l’occupant d’un stand, d’un shop ou de tout autre espace du marché », peut-on lire dans l’article 2 de ladite ordonnance.

Selon le même article, l’administration produit la liste des occupants à fournir à l’Office burundais des recettes pour la signature des contrats. En son article 3, l’ordonnance stipule que les loyers mensuels sont constitués du double de ceux qui étaient payés avant le 1er juillet 2023. Ainsi, « 50 % reviennent au Trésor public et les autres 50 % reviennent aux communes. »

À Ngozi, les commerçants ont accueilli favorablement la mesure d’enregistrer de nouveau les commerçants et de revoir à la baisse les frais de location des stands et des échoppes gérés par l’Etat « En ce qui me concerne, les nouveaux frais de location sont proportionnels à la valeur des stands », a expliqué, le mardi 30 janvier 2024, Adolphe Manariyo, commerçant de vêtements au marché de Ngozi.

Il demande néanmoins au gouvernement du Burundi de ne pas continuer à revoir à la hausse ces frais. Comparativement aux 150 000 FBu qu’il aurait dû payer si les contrats de juillet avec l’OBR n’étaient pas annulés, il affirme que les sommes fixées par l’ordonnance ministérielle sont acceptables. « Mon stand était passé de 13 000 à 150 000 FBU. » Et Fréderic Singendakubwabo, un autre commerçant, d’ajouter : « Nous sommes très contents. Pourvu que la décision ne soit pas de nouveau revue. Avant, la hausse des prix de location des stands n’était pas raisonnable. »

Samson Nkurunziza : « Au moins 80 % des locataires avaient autorisé aux propriétaires des stands de signer des contrats avec l’OBR ».

Les commerçants de Ngozi se réjouissent qu’il n’y ait pas eu beaucoup de conflits entre les anciens propriétaires et les locataires devenus tout à coup propriétaires. « Ici, la majorité des locataires ont refusé de s’approprier des stands qu’ils n’ont pas cherchés et construits », ont-ils raconté.

Cela est confirmé par Samson Nkurunziza, commissaire du marché de Ngozi, qui dit qu’en juillet 2023, au moins 80 % des locataires avaient autorisé les anciens propriétaires des stands à signer des contrats avec l’Office burundais des recettes. Le responsable de ce marché a confié que sur près de 2 000 places, les quelques mésententes qui ont eu lieu ont été traitées par une commission mixte ad hoc mise en place par les autorités.

De l’impatience

Au marché de Gitega, la donne change surtout après le communiqué du maire de la ville de Bujumbura qui a été vite relayé sur les réseaux sociaux. En effet, le mercredi 31 janvier 2024, un climat malsain régnait entre certains anciens propriétaires des stands et certains locataires devenus propriétaires suite à l’interdiction des sous-locations des stands et des échoppes dans différents marchés du pays qui date de juillet 2023.

Le cas de deux commerçants de vêtements au marché de Gitega a attiré beaucoup plus d’attention. L’un est ancien propriétaire, l’autre est locataire devenu propriétaire. Le premier a détruit les cadenas de l’échoppe occupée par son ancien locataire et y a installé ses marchandises. Le second a alerté le commissaire du marché, qui, à son tour, a alerté l’administration communale et provinciale, car il y avait d’autres cas similaires difficiles à gérer.

Arrivé vers 16h00 sur les lieux, le gouverneur de Gitega a signifié aux commerçants qu’il faut patienter pour attendre l’exécution de l’ordonnance ministérielle conjointe. « Celui qui a les stands doit continuer de travailler jusqu’à ce que les commerçants inscrits signent de nouveaux contrats avec l’OBR ».

Il a, par après, ordonné au commissaire du marché de fermer le stand des deux commerçants qui se disputaient. En attendant la signature des nouveaux contrats avec les occupants, les stands appartiennent à l’État, tranche-t-il.

En tout cas, les commerçants qui avaient perdu leurs stands au mois de juillet 2023 sont impatients de réoccuper leurs stands. K.E., un des commerçants qui a un stand au marché de Gitega, tire à boulet rouge les commerçants qui avaient décidé de lui prendre un stand arguant qu’il l’a eu de la part de l’État. « Non, il n’a pas raison. Le stand n’appartient pas totalement au gouvernement. Il m’a coûté au moins 5 millions de FBu. Alors, comment je peux le céder gratuitement. »

Notre source a confié qu’au marché de Gitega, il y a une partie où les commerçants eux-mêmes ont construit leurs stands par des tôles et autres matériels chers qui peuvent varier entre 5 et 8 millions, voire entre 10 et 15 millions.

Si le gouvernement veut donner ces stands à d’autres commerçants, plaide ce commerçant de matériel bureautique, il faut que ceux-ci acceptent de payer ces sommes ou autorisent au propriétaire sortant de vendre ses matériels de construction qu’il a utilisés.

Comme ceux de Ngozi, les commerçants de Gitega saluent aussi la mesure de revoir à la baisse les frais de location des stands. « Au moins cela », a réagi une mère vendeuse de produits phytosanitaires au marché de Gitega. Elle devra payer 30 000 FBu, alors que dans le contrat de juillet 2023 avec l’OBR, elle devrait payer 70 000 FBu par mois.

Et un autre commerçant de matériel de bureau qui payera également 30 000 FBu au lieu de 150 000 FBu qu’il s’était convenu malgré lui avec l’OBR de renchérir : « Le fait de multiplier par deux les frais d’avant juillet ne dérange personne. Nous attendons que la décision soit une réalité. »

Plus question de posséder plusieurs stands

Venant Manirambona, gouverneur de la province de Gitega, rassure que la mesure qui a plu à pas mal de commerçants sera effective très prochainement. « Les commissions mises en place dans toutes les communes nous ont transmis leurs rapports. Nous allons les examiner sur base de la nouvelle ordonnance et puis les listes des commerçants seront envoyées à l’OBR », a précisé M. Manirambona.

Arrivé au marché de Gitega, le gouverneur de Gitega a signifié aux commerçants qu’il faut patienter.

Il annonce en même temps que les commerçants identifiés signeront alors des contrats avec l’OBR. Toutefois, il rappelle aux commerçants qu’il ne sera plus possible qu’un individu ait plusieurs stands, échoppes ou autres espaces dans le marché avant de tranquillise que : « Ceux qui seront obligés de remettre les stands qu’ils ont eux-mêmes construits ne rentreront pas bredouilles. »

Une précision reprise par Désiré Minani, gouverneur de Ngozi qui indique que « les marchés gérés par l’Etat ne peuvent pas être loués par des particuliers. » Il demande également aux commerçants de ne pas vouloir s’accaparer seuls de tous les stands mais d’accepter de partager et surtout de payer les frais de location avec fierté. « C’est de l’argent utilisé pour développer leur province », a-t-il motivé.

Pour rappel, de retour d’une mission en Russie et en Chine le mercredi 2 août 2023, le président de la République Evariste Ndayishimiye a unilatéralement interdit les sous-locations des stands et des échoppes dans différents marchés du pays. Dans la foulée, les anciens locataires sont devenus propriétaires au grand dam des anciens « propriétaires ». Ils se sont exécutés tout en fulminant.

OBR

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 315 users online