Dimanche 25 février 2024

Économie

Manque des fertilisants : La FOMI dans le viseur du gouvernement

06/09/2023 15
Manque des fertilisants : La FOMI dans le viseur du gouvernement
Herménégilde Manyange sommé de quitter la salle de réunion après avoir fourni des arguments « moins convaincants » sur la carence des fertilisants

Certains directeurs provinciaux de l’agriculture rapportent une insuffisance ou un manque des fertilisants pour la saison culturale A qui commence. Le Premier ministre appelle la FOMI, usine de fabrication d’engrais organo-minéraux et de chaux agricole, à livrer la totalité des commandes aussitôt possible.

En province Gitega, sur une commande de 3459, 52 tonnes des intrants de type « Totahaza » passée à la Fomi pour la saison culturale A, les stocks de cette province disposent pour le moment 32,2 tonnes seulement.

« Pour l’intrant « Bagara », nous avons commandé 141, 55 tonnes pour cette saison, mais nous avons jusqu’ici reçu 9,6 tonnes dont un taux de 0,06 % », a indiqué Oscar Uwukunda, directeur provincial de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, lors d’une réunion de préparation de la saison culturale A, ce 5 septembre.

Il déplore aussi l’insuffisance de la dolomie, chaux agricole, produite par cette même usine qui est souvent utilisée au début de la saison culturale A : « Pour la dolomie, nous avons passé une commande de 2 085,8 tonnes, mais nous n’avons que 81, 3 tonnes dans les stocks dont 0, 3 %. Elle devrait être suffisamment disponible au début de la saison culturale A ».

En province Muramvya, le directeur provincial de l’Agriculture, Ali Kassim, indique que le stock de cette province possède pour le moment 71,5 tonnes de chaux agricole Fomi sur 981,3 tonnes commandées, soit 7,2 % : « Pour la culture de pomme de terre. La chaux doit être mise dans les champs au moins deux semaines avant la plantation des semences. Il faut que la FOMI nous fournisse le reste de la commande à temps ».

Cette province connaît aussi le manque d’intrant « Totahaza » alors qu’elle avait passé une commande de 1 556, 3 tonnes à la Fomi.

Même préoccupation pour la province Mwaro. Le directeur provincial de l’Agriculture, Libère Nzokirantevye, explique que l’accès à la chaux dolomitique fournie par la FOMI reste un défi majeur à relever pour la saison culturale A.

« Les stocks de la province sont presque vides. Nous devrions avoir déjà commencé à l’utiliser pour bien préparer cette saison culturale. Dans notre province, on cultive souvent la pomme de terre qui nécessite l’application préalable de la dolomie dans les sols ».

Selon lui, les stocks de la chaux sont vides alors que cette province avait commandé 1702, 45 tonnes : « Si rien n’est fait dans l’immédiat, la récolte pour la saison culturale A risque de diminuer considérablement ».

Il regrette que les stocks soient aussi presque vides pour les intrants « Totahaza » et « Bagara » dans cette province : « Pour FOMI Totahaza, nous avions commandé 668,62 tonnes, mais nous n’avons rien dans les stocks ».

La Fomi accablée

Presque tous les directeurs provinciaux de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage ont soulevé le manque ou l’insuffisance des intrants agricoles fournis par la Fomi.

Après leurs interventions, le premier ministre Gervais Ndirakobuca a donné la parole au directeur général adjoint de la Fomi, avant de le sommer de sortir de la réunion l’accusant de donner des arguments moins convaincants.

Le directeur général adjoint de la Fomi, Herménégilde Manyange, fait savoir que les chiffres réels de la quantité de fertilisants nécessaires pour tout le pays lui sont parvenus à 3 heures du matin de ce 5 septembre.

A ces mots, le Premier ministre lui a coupé la parole, lui rappelant une précommande effectuée par le ministère de l’Agriculture le 11 août dernier. Pour lui, la Fomi devrait avoir produit suffisamment d’intrants à temps compte tenu de cette précommande.

Le directeur général adjoint de la Fomi rappelle aussi que la commande des fertilisants est passée de 47 mille tonnes dans la saison culturale A précédente à 60 728 tonnes pour l’actuelle saison culturale A.

Concernant la fourniture de la chaux dolomitique dans les provinces Gitega, Mwaro et Muramvya, il explique que la production a été faible suite au manque de pièces de rechange importées pour réparer une machine tombée en panne.

Il a également évoqué la carence des devises et des coupures électriques. Et de promettre la fourniture de toute la quantité des intrants commandée à temps sans toutefois préciser la date de livraison.

Le premier ministre, Gervais Ndirakobuca, a demandé au directeur général adjoint de la Fomi de lui faire parvenir les dates limites de fourniture de toute la quantité des intrants commandés ce 6 septembre, avant de lui intimer de dégager la salle avec les autres cadres de cette société. « On ne peut céder à ceux qui cherchent à satisfaire leurs intérêts tout en ignorant ceux de la population ».

Il appelle le ministère de l’Agriculture à contacter les autres fournisseurs de la dolomie pour la fournir dans les provinces les plus nécessiteuses : « Il ne faut pas se contenter des promesses vides de la Fomi, pour éviter que la population soit victime ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Bakame

    Comment en est on arriver à cela?
    Iyo Société yaje gute?
    Qui a donné le monopole à des incapables?
    Le Guide suprême du patriotisme y est pour quelque chose.
    Kubera iki tutita un chat un chat?
    Birabatangaza qu’on soit le pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde?

  2. Hihi

    Trois choses à faire :
    1) Faire la guerre a la corruption au seing de l entreprise à tous les niveaux
    avec délation
    2) Ouvrir le marché et stop au monopole à import comme à l export
    3) Faire faire un Audi complet de la société. Au niveau du Conseil d administration, de toutes les procédures. Des membres de la direction, de tous les cadres
    Après… prendre toutes les mesures adéquates et remplacer s il faut par un personnel compétent

    • Jean Pierre Hakizimana

      Les points que vous proposez ajoutera des procedures de contrôles qui deviendront d’autres couches à une bureaucracy déjà hyper gonflé. D’ailleurs, je ne pense pas que il fonctionnaire vu que vous avez un grand stock de ripoux en ce qui concerne la main d’oeuvre. Je pense que il est temps d’essayer de privatiser le max possible et encourager la competition. Laisser le system trier les bons (réussir) et les mauvais mourir. Ce n’est pas normal que pour être riche au Burundi (et partout en Afrique), il faut etre fonctionnaire. Directement ou indirectement.

      De toutes les maniérés le Burundi n’a rien à perdre. Cela ne peut pas être pire

  3. Gacece

    Meilleures pratiques : Quand on achète une machine de production, il faut de préférence l’acheter neuve, avec un contrat d’entretien du fabricant. Le danger d’acheter de l’équipement d’occasion, c’est que dès qu’il y a une panne, on risque de se retrouver sans aucune garantie de trouver de pièces de rechange parce qu’elles ne sont plus produits.
    Un contrat d’entretien fait en sorte que le fabricant ne met pas fin à la production des pièces pour toutes les machines encore sous contrat.
    Ndavuga simvura.

  4. Kabizi

    C est une tragi comédie.
    Dans quel autre pays, peut on donner un monopole à une seule personne(ou seule entreprise)?
    Iyo Fomi yaje gute, IL paraît que le propriétaire était il n y a pas longtemps un agent de sécurité muri Sosumo.
    Baza muri Tanzanie canke mu Rwanda ingene bo bavyifatamwo?
    pourquoi ne voulez vous pas libéraliser l’importation des engrais?

    C’est amusant lorsque vous parlez du Burundi comme pays émergent en 2040. Aho nejo

  5. Sebarazingiza

    J’ai aussi vu le débat sur « Youtube », je crois et je pense que;
    FOMI à travers son Directeur s’est bien defendu!
    Reta y’uBurundi irakwiye kurondera abakozi compentent bayifasha mubihimba vyose biraba iGihugu.
    Umuntu yumvirije neza ibibazo vya Nyenicubahiro umushikirangaji wambere, ukumviriza n’inyishu uwo mutegetsi wa Fomi amuha ati; « Kw’ishura kuri ico kibazo kuzoba ari ukwishira umuza mw’izosi ». Umuntu wese yoca atahura uko ibintu vyifashe.
    Banyakubahwa mutwara uBurundi; shira ordre muGihugu, mukure akajagari (chaos) muntwaro, hanyuma mureke aBarundi bigwaneho.

    • Georges

      Bien dit.

      Hanyuma hari ikintu gikwiye gukorwa mu gihugu cacu vraiment. Guhora dushwana kubera isukari ya Sosumo, ciment ya Buceco, Ifumbire ya FOMI, etc. Ko tuzi ko isoko ihari hagati mu gihugu, kuki hatoshirwa inguvu mu kwongereza quantité/umwimbu hanyuma bakareka les entreprises zikagurisha aho zironka les bénéfices? Aho kwama les administratifs biruka inyuma ya gestion du sucre, du ciment, d’engrais,etc. Si ko kazi kabo vraiment.
      Bagwize umwimbu incuro nyinshi zishoboka hanyuma baronke n’ivyo bashora aho hakurya muri RDC n’ahandi.
      Dufise opportunités nyinshi zo kugwiza umwimbu no mu zindi filières nk’i kawa, icayi,etc. bikadufasha kuronka des devises étrangères par exemple. Rero qu’on se concentre sur la production hanyuma ico kibazo kizoba gitorewe umuti. Nos bategetsi bashire inguvu kuri ibi aho kwirirwa biha amenyo y’abatwenzi bashanira isukari n’isima 🙂

    • Alal

      Il faut de très bonnes compétences aux postes stratégiques! Les réponses de ce DG, ne convainquent pas du tout, none ari DG atazi « kumanaginga » iyo entreprise? iyo iba iyiwe iyo entrerprise, les pièces de rechange ntizobura! Mu Burundi biracagoye basi! Extrêmement de nonchalence, les gens traînent toujours les pieds, tenez vous bien, au passage au Burundi, j ai du attendre une semaine pour avoir une signature, que je pouvais avoir en maximum, 1h! Reveillons nous, sinon demain c’ est trop tard, les autres avancent!

      • Tristesse

        Alal
        « …tenez vous bien, au passage au Burundi, j ai du attendre une semaine  »

        Toi tu dois déjà avoir de longs bras (pistons) car moi j’attends un passeport depuis 2 ans.

        • Stan Siyomana

          @Tristesse
          Normalement, avec ce prix tres tres eleve du passeport burundais, le service passeport devrait etre comme « l’oie qui pond des oeufs d’or »/the goose that laid golden eggs et l’Etat gagnerait beaucoup de sous s’il vendait plus de passeports.

        • Sebarazingiza

          Et moi j’attend un visa dépuis 2 mois! Et d’epuis aucune réaction à mes messages.

          • Gervais

            Dis donc 2 mois! Comment planifiez vous un voyage avec une telle incertitude? Je veux dire, comment achetez-vous vous le ticket d’avion? J’espère que vous travaillez pour vous même car je me dis que poser les vacances entre 1&3 mois (comme date de départ part) est vraiment bizarre. Et espérons que votre voyage n’est pas urgent.

            Franchement, je ne sais pas sur quelle base le Burundi sera une économie émergente avec une telle mentalité. Je ne vois pas d’espoir surtout quand l’on voit l’état des écoles(L’ETS, Ancien College de St Esprit, etc, etc,…..) donc la qualité de l’éducation des nouvelles générations , la situation judiciaire, la taille du gouvernement qui ne cesse de croître tous les jours(Népotisme, clientélisme et corruption).

            Quant à cette histoire FOMI, le president n’a qu’à prendre le téléphone et appeler la personne a qui il a donné le marché unique. Peut être qu’il pourra utiliser sont méthode d’utiliser l’urine des lapins qu’il n’ pas cessé de demontrer au diaspora. Souvenez vous? Qui n’a pas d’âme Mr Le president? Tes copains !

      • Sebarazingiza

        Ku manajinga iHinguriro mu Burundi ntivyoroshe utari magicien! Aba Managers bo muri secteur privé nzi, nabarya bose woba uzi bakururubakuru bose; bose barabaye aba magiciens kugira bashobore kubaho. Ntabwenge/talent bigisaba bisaba créativité canecane.

        • Tristesse

          Ivyo si bishasha (rien de nouveau); le monde des affaires est une jungle; « akaruta akandi karakamira= c’est la loi du plus fort (malin), de la jungle ». Depuis la nuit des temps.

        • Stan Siyomana

          @Sebarazingira
          1. Jewe niyumvira ko ahubwoho talent ariyo ishobora kuvyara creativite (dans le bon sens du mot).
          « 1. Capacité, faculté d’invention, d’imagination ; pouvoir créateur… »
          https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/cr%C3%A9ativit%C3%A9/20301
          2. Normalement iyo iBurundi umuntu ashoboye kwiyungunganya/se debrouiller yakoresheje amayeri quelque part haba harimwo un element malhonnete/to bend the rules.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 167 users online