Dimanche 07 mars 2021

Culture

Livres/ Nos lecteurs nous écrivent : Ce que j’ai aimé et retenu de « LA CICATRICE »

20/02/2021 La Rédaction 2

Par Gaspard Kirombo (Belgique)

Un livre facile à lire, mais une succession de situations inimaginables pour une famille. Je me limiterai à commenter quelques citations du livre qui ont particulièrement attiré mon attention. Tous mes compliments à l’auteure qui nous partage son intimité douloureuse avec autant de détails.

A peine qu’on ouvre le livre, on tombe sur « Mettre les mots sur l’horreur », p.9

Un des mérites de ce livre, je préfère dire de son auteur(e), c’est justement qu’il cherche à mettre les mots sur l’horreur. Cela me semble indispensable quand on décide de s’impliquer dans un processus de guérison, de pacification et de réconciliation.

Et dès le départ, une balise a heureusement été mise en place : « …nous ne devons pas perdre l’espoir d’un monde meilleur… » p.11. L’auteure, depuis ses neuf ans et tout au long de son adolescence, a tellement vécu de situations dramatiques et successives qu’il reste difficile de s’imaginer un monde meilleur. Heureusement qu’elle n’a jamais cédé au désespoir. Heureusement aussi qu’elle a eu, à ses côtés, une maman « battante » comme elle le souligne, par ailleurs. Sacrée maman !

Une des premières leçons qui nous est partagée est que « …ce n’est pas l ‘ethnie qui tue… La haine n’a pas d’ethnie… » p.70. En effet, le drame de cette famille est qu’elle a été massacrée et pourchassée par des éléments de toutes les ethnies de l’Afrique centrale, les Batwa y compris, ai-je appris par ailleurs ! Cela nous apprend, comme l’a bien remarqué l’auteure, à ne jamais globaliser, à ne jamais céder aux préjugés ethnocentriques.

En effet, ayant parcouru le monde, de Karuzi (1993) à Karuzi (2010) en passant par Uvira, Cyangugu, Bukavu, Swima, Mboko, Baraka, Kazimiya et Kalemie, Kigoma, Kigali, Bruxelles, Bujumbura, l’auteure a fini par comprendre et nous partager que « L’histoire des Hutu et des Tutsi est tellement absurde…» (p.13-14). D’où un constant amer que l’auteure partage d’ailleurs avec un autre, plus précisément le Professeur J. GAHAMA, « Comme les concepteurs des crimes ne sont jamais identifiés individuellement, c’est tout le groupe qui s’identifie (ou qu’on identifie) comme victime (ou auteur) des violences ou de la répression »(p.16).

Cette histoire est tellement absurde que l’on ne peut ne pas compatir, comme Djana la confidente de l’auteure de ce livre : « Cette histoire que tu viens de me raconter, c’est toi qui l’as vraiment vécue ? » p. 88. Sans compter que cet enfant est allée jusqu’à regretter, en 1996 à Mulongwe au Zaïre, d’avoir survécu en 1993 au Burundi : « Après le passage de cette foule, …j’aurais aimé être morte avec les miens en 1993… » (p. 124). A Mboko précisément, l’enfant va aussi jusqu’à penser : «…je crois au fond de moi que même le Bon Dieu nous a abandonnés …» (p.133) et à Kazimiya (Zaïre) : « Que notre mort soit rapide et sans douleur » (p.140).

La découverte de ce drame familial nous apprend aussi que, pour un mal aussi profond, qui risquait de transformer la victime en « un futur serial killer rongée par la colère, par une soif de vengeance ; haïe par toutes les ethnies » (p. 159), il a fallu un remède pas comme les autres : « La rencontre avec Jésus fut la plus belle de toutes. J’ai senti tout doucement le poids de la vengeance disparaître, la colère s’estomper et surtout, une paix incommensurable. Ce sont des choses difficiles à expliquer et qui ne peuvent que se sentir » (p.159).

Cependant, l’énigme de la vie reste entière : « Et Dieu dans tout ça, où était-il lorsque ma famille se faisait sauvagement assassiner ? » (p. 176). Mais, cela n’empêche à Lydia de conclure presque joyeusement, tout au moins avec réalisme : « …grâce à mon entourage et la bonté du Seigneur, j’ai pu commencer un travail sur moi-même. Ce travail sera peut être long, mais je l’achèverai » (177).

Et c’est tout ce que je peux lui souhaiter, en la remerciant d’avoir bien voulu nous partager son intimité douloureuse. Puissent d’autres burundaises et burundais, encore nombreux à ployer sous le poids de leurs histoires douloureuses, faire ce même exercice qui, d’une certaine manière, guérit quelque peu et libère ! En effet, « tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir… » (p.186)


Commandez le via notre site et soutenez notre jeune maison d’édition.

commandez ( 18 euros) + frais de port


    Virement bancairePaypal

    Forum des lecteurs d'Iwacu

    2 réactions
    1. Kagayo

      En lisant le commentaire de Kirombo, que je salue au passage, “la cicatrice” rappelle ” Une vie à la sauvette. Savoir sa croix” écrit par deux Burundais Véronique et Edouard. On dirait une copie conforme. C’est par hasard que je suis tombée sur ce livre vendu à l’Ambabu Bruxelles et qui m’a beaucoup appris. J’ai hate à lire la ” Cicatrice” que je compte me procurer le plus rapidement possible. Les similitudes et références religieuses sont frappantes. Une lecture comparatives des deux livres m’interesse vraiment.
      Félicitations à ma soeur Lydia.

    2. Stan Siyomana

      “…les Batwa y compris, ai-je appris par ailleurs!”
      Mon commentaire:
      1. Dans une interview avec Tele Renaissance (www.youtube.com),madame Marie-Therese Sentamo (la maman de l’auteure Lydia Ininahazwe-Sentamo) a explique que la residence du gouverneur de Karusi etait adequatement gardee par des gendarmes et elle a dementi que ce sont des Batwa qui y ont fait des massacres (COMME ON NOUS L’AVAIT FAIT CROIRE DEPUIS DES ANNEES).
      2. Le Burundi est l’un des rares pays du monde ou le gouvernement a pu lui-meme ordonner l’extermination d’une partie de sa propre population (QU’IL ETAIT SUPPOSE PROTEGER).

      “…et qu’on avait dit A LA RADIO qu’il ne fallait pas toucher aux etrangers…” p.51.

      3. Avant la lecture de ce livre tres emouvant (pour moi non seulement parce qu’il parle de gens que j’ai connu comme le gouverneur Joachin Nurwakera (rencontre a Raleigh, North Carolina, USA) et le docteur chirurgien Malachie Nduwabike (connu a Moscou en Union Sovietique et a Muhimbili Hospital a Dar-es-salaam en Tanzanie), je n’arrivais pas a comprendre pourquoi certains collaborateurs de feu president Melchior Ndadaye ont pu etre massacres par des soldats de leur propre ethnie.
      Maintenant j’ai compris que c’etait comme au Rwanda en 1994 ou des extremistes de tout bord n’hesitaient pas de tuer (a l’arme blanche ou a la baillonnette) les moderes de leur propre ethnie.

    Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

    Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

    Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

    Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

    Ajouter un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A nos chers lecteurs

    Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

    Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

    Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

    Editorial de la semaine

    A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

    « Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

    Online Users

    Total 1 188 users online