Économie

« L’inexistence du ministère de la Bonne gouvernance plombe la lutte contre la corruption »

04/07/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur « L’inexistence du ministère de la Bonne gouvernance plombe la lutte contre la corruption »
« L’inexistence du ministère de la Bonne gouvernance plombe la lutte contre la corruption »
Pour Faustin Ndikumana, c’est le ministère qui aide techniquement la présidence de la République dans le traitement des dossiers de corruption

L’expert indépendant, Faustin Ndikumana, déplore l’absence du ministère de la Bonne gouvernance dans la nouvelle configuration gouvernementale. Il considère que c’est la bataille contre la corruption qui est mise en cause.

« A voir le niveau de corruption, le ministère de la  Bonne gouvernance devrait rester pour aider techniquement la présidence de la République dans ces dossiers. C’est une structure technique dans le suivi et la mise en application des réformes qui sont très importantes  pour mener la politique de lutte contre ce fléau », a démontré Faustin Ndikumana, vendredi 3 juillet lors d’un point de presse.

M. Ndikumana reconnaît que le président de la République est en droit de   s’intéresser directement à la lutte contre la corruption. Néanmoins, rappelle-t-il, il dresse l’orientation et l’évaluation au plus haut niveau.  « Ce n’est technique ».

Cet expert salue la mise en place des boîtes à suggestion dans toutes les communes annoncée par le président de la République pour s’informer  sur l’état des lieux de  la corruption.  Sauf qu’il craint  que les autorités ne s’entendent avec l’émissaire du président qui va ramasser ces doléances afin de fausser la situation réelle qui prévaut.  « La lutte contre la corruption c’est la dénonciation et le suivi en dehors du système étatique ».

Faustin Ndikumana propose plutôt la mise en place des comités locaux de bonne gouvernance pour renforcer la dénonciation citoyenne. Ces derniers devraient être indépendants et regorger des activistes syndicaux, de la société civile et  hommes d’église. « Les médias doivent recouvrer la liberté pour dénoncer », conclut-il.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 529 users online