Politique

L’exclusion, un tremplin à la violence de masse

11/12/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur L’exclusion, un tremplin à la violence de masse
L’exclusion, un tremplin à la violence de masse
Pour ces jeunes, la période électorale n’est pas le temps de proférer des injures contre les adversaires, mais plutôt celui de présenter leur projet de société.

Certains jeunes jugent que l’exclusion, surtout en période électorale, peut être un facteur de déstabilisation de la société, et partant conduire à des violences de masse. Ils interpellent les politiciens à manifester un comportement responsable.

Violences de masse, révoltes, affrontements, déplacements et séparation des familles, déstabilisation de la société, sont, entre autres, les retombées de toute forme d’exclusion visant les membres d’un groupe quelconque, selon des témoignages de jeunes.

Ils reviennent sur quelques formes que peut  prendre l’exclusion. Sociale, elle consiste à priver un individu ou un groupe d’une reconnaissance, à nier son identité et ses droits. Sur le plan politique, elle se traduit par le rétrécissement ou la fermeture de l’espace politique pour certains tandis que les autres ont le champ libre. «  C’est la majorité contre la minorité ».

Pour Roger Nsavyimana, jeune bachelier de l’Université du Burundi, l’exclusion est en soi une forme de violence. Les membres du groupe qui sont indexéscherchent par tous les moyens à se défendre.  Et de préciser que  la violence ne résout jamais les conflits.  « Les  crises  de 1972, 1988 et 1993  ont favorisé la naissance des rébellions par  des mécontents,victimes des actes d’exclusion.  Le conflit est resté perpétuel».

Léonard Nyandwi, étudiant à l’Université du Burundi, déplore que la marginalisation d’une catégorie de personnes sape les efforts de réconciliation. « Il est  regrettable  que l’espace politique soit  verrouillé pour certains. Leurs droits politiques sont bafoués. Cela peut les amener à la défensive».Et  de conclure : «C’est le chaos qui s’ensuit.»

Les leaders politiques appelés à la responsabilité

Adelin  Havugiyaremye, étudiant en master de socio-anthropologie, constate que les auteurs sont ceux qui sont investis de la puissance publique : « Les auteurs sont les détenteurs du pouvoir politique. Ils s’appuientsur les  appareils répressifs de l’Etat, notamment les corps de défense et de sécurité.La répression va jusqu’à créer la frustration, ce qui débouche sur une crise ouverte entre les protagonistes.»

Dieudonné Bigirimana, quant à lui, se dit scandalisépar le fait que les réseaux sociaux soient devenus le champ de vulgarisation des messages visant l’exclusion. Pour lui, il est déconcertant de constater que les politiques changent de discours, selon les provinces et les lieux visités. « Un politicien qui tient un meeting dans un site de déplacés ne va pas tenir le même discoursailleurs. Il joue sur les émotions des victimes, ce qui perpétue la psychose».

Pour ces jeunes, la période électorale n’est pas le temps de proférer des injures contre les adversaires, mais plutôt celui de présenter leur projet de société. « Il faut un comportement pacifiste, non-violent. Que les leaders politiques s’abstiennent de tout acte de violenceL’espace politique devrait ouvert à tout le monde. Le meilleur juge est  l’électeur à condition que les élections  soient inclusives et transparentes. Après les scrutins, nous restons fils et filles de la nation».

Ils interpellent leurs pairs  à revenir  à la raison et à refuser la manipulation. Quand la violence gagne du terrain, ils sont les premiers perdants.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Mention très bien à la CNIDH

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Mention très bien à la CNIDH

Le torchon brûle entre la Coalition spéciale des syndicats des enseignants pour la solidarité nationale(Cossesona) et d’autres qui n’en font pas partie. Le principal point de discorde est le montant retenu mensuellement sur les salaires des enseignants. Pour ce consortium, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 290 users online