Mardi 27 septembre 2022

Société

Les radios face aux défis financiers

13/02/2022 2
Les radios face aux défis financiers
Un panel des professionnels des médias lors de la célébration de la journée mondiale de la radio

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la radio ce 11 février, l’association burundaise des radiodiffuseurs (ABR) a fait remarquer que la santé financière des radios reste un problème à relever. La ministre chargée des médias appelle au financement du fond d’appui aux médias.

Pour le représentant légal de l’ABR, Onésime Harubuntu, le nombre des radios émettant au Burundi s’accroît rapidement, ce qui fait que le besoin financier devient énorme. Néanmoins, il espère que la presse burundaise profitera financièrement de la levée des sanctions de l’Union européenne contre le Burundi.

Selon lui, le défi financier fait que certaines radios ne parviennent pas à couvrir tout le territoire national : « Les radios locales sont moins écoutées dans les provinces de Kirundo, Ngozi et Muyinga où il y a une interférence des radios des pays voisins. La population dans ces provinces capte plus les radios rwandaises ou tanzaniennes que les radios burundaises ».

Il fait savoir que l’Agence de régulation et contrôle des télécommunications (ARCT) est au courant de ce problème : « Il faut que les radios renforcent la puissance de leurs émetteurs en passant de 500 jusqu’à 2.000 watts pour parvenir à émettre dans tout le pays ».

Le représentant légal de l’ABR appelle le gouvernement et les autres partenaires financiers à soutenir les radios pour qu’ils puissent couvrir tout le pays. Et de les implorer d’augmenter les financements pour le fond d’appui aux médias.

Selon Nestor Nkurunziza, chef de mission de La Benevolencija, le problème financier peut aussi affecter le travail des journalistes : « Le nombre des journalistes va crescendo alors que les radios n’ont pas de moyens. Certains journalistes ne sont pas payés, d’autres sont moins payés, ce qui fait qu’ils peuvent être facilement corrompus ou manipulés par leurs sources de l’information ».

Ainsi, d’après lui, les radios perdent progressivement leurs journalistes expérimentés : « Ils sont souvent recrutés par les organisations non-gouvernementales où ils sont mieux payés ».

« Le gouvernement s’est engagé à soutenir les médias notamment en organisant des cadres de renforcement des capacités et la mise en place d’un fond d’appui aux médias », indique Léocadie Ndacayisaba, ministre de la Communication, des Technologies de l’Information et des Médias.

Pour elle, le gouvernement ne peut pas à lui seul répondre à tous les problèmes que connaissent les médias. Et de lancer un appel vibrant à tous les partenaires financiers à soutenir le gouvernement du Burundi afin de financer suffisamment le fond d’appui aux médias.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Stan Siyomana

    Le cas du FSER en France est très intéressant.
    « Le Fonds de soutien à l’expression radiophonique (FSER) est une aide financière destinée aux radios hertziennes françaises éditées par une association et accomplissant une mission de communication sociale de proximité lorsque leurs ressources commerciales sont inférieures à 20 % de leur chiffre d’affaires total…
    L’aide à l’équipement
    Mise en place en 1998, cette aide a pour but de contribuer au financement de l’équipement et du renouvellement du matériel radiophonique des radios éligibles au FSER. La commission finance ces investissements à hauteur de 50 % pour un montant d’aide plafonné à 18 000 euros par période de cinq ans… »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_de_soutien_%C3%A0_l'expression_radiophonique

  2. Mugisha

    Radio privée = initiative privée pour l’intérêt public.
    Equation toujours difficile à résoudre. Cependant des solutions existent : choisir la ligne maîtresse des émissions (informations économiques, sociales,…) et chercher des partenaires bailleurs.
    Attention : il ne faut pas que les mêmes groupes concentrent les moyens d’information dans leur main. Du choc des idées jaillira la lumière.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 403 users online