Dimanche 16 mai 2021

Culture

Les médias priés d’actualiser leurs ’’cahiers de charges’’ auprès du CNC

17/11/2017 2

«La signature des cahiers de charges est un préalable pour tous les organes de presse opérant au Burundi», a déclaré Karenga Ramadhan, président du Conseil national de communication (CNC). C’était ce jeudi 16 novembre 2017 lors d’une conférence de presse.

Karenga Ramadhan : «Les médias ont un mois pour actualiser les cahiers de charges»

Le cahier de charge d’un média contient une description détaillée de toutes ses activités. «Elle est spécifique à chaque organe. C’est une convention entre le CNC et l’opérateur.» Selon Ramadhan Karenga, ce document reflète l’engagement du media et ses devoirs envers le CNC, le régulateur des médias.

Il souligne que tout organe de presse, public ou privé, sans convention actualisée et signée sera considéré comme irrégulier : «Pour le bon fonctionnement, chaque media exerçant sur le sol burundais doit respecter les engagements contenus dans son cahier de charges».

Le président du CNC rappelle que son organe est responsable de toutes les contenues médiatiques devant l’administration. Pour ce, il doit s’acquitter de son devoir de contrôle du fonctionnement des médias.

Il a même annoncé une date butoir : «Les médias dont les cahiers de charges ne sont pas mis à jour ont jusqu’à la fin de cette année pour le faire», a-t-il averti.

Cet ancien journaliste appelle à la sagesse et à la responsabilité dans l’exercice du métier de journalisme.

CNC

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. juju

    Je comprends pourquoi mes commentaires sont censures par Iwacu. Courage mes amis car vous travaillez dans un context dur; surveilles par un systeme semblable a celui de Bob MUTAMA du sud. Que celui-ci se repose en paix.

  2. Karanga ilia

    Le Cnc Est un parti politique de la mouvance présidentielle ce n’est plus une instance d’un Etat . De toutes facons les médias n’existent plus au Burundi

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 436 users online