Les billets d'Antoine Kaburahe

Le ministère de la Santé se trompe de combat

11/04/2020 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur Le ministère de la Santé se trompe de combat
Le ministère de la Santé se trompe de combat

Les journalistes du Groupe de Presse Iwacu ainsi que d’autres médias privés ont été interdits d’assister à la conférence de presse du ministre de la Santé. Une stratégie très maladroite.

Lors d’une conférence de presse ce samedi 11 avril dans la soirée, le ministère de la Santé a annoncé, deux cas testés positifs au covid19.

Les journalistes d’Iwacu et d’autres médias indépendants ont été interdits d’assister à la conférence du ministre. Seules la RTNB, Rema et Mashariki TV ont été autorisés à couvrir la conférence. Une discrimination qui pose question. En principe, une conférence de presse est faite justement pour communiquer au maximum et en toute transparence.  L’interdiction faite à quelques médias va donc nourrir la suspicion et les rumeurs.

En période de crise, la meilleure attitude est  de montrer que l’on n’a rien à cacher. Pire, cette interdiction ne crédibilise pas les infos des médias « sélectionnés » qui seront désormais suspects.

Au fait, pourquoi interdire des médias burundais de participer à une conférence de presse tenue par le ministère de la Santé de leur pays ? De crainte qu’ils ne posent des questions gênantes ? Et pourquoi pas ? Les journalistes sont là  non pas pour servir de caisse de résonance mais pour interroger, transmettre les questions, les peurs, les doutes de la population. C’est cela leur véritable fonction.

Enfin, à l’ère des réseaux sociaux et de la « mondialisation » de l’information, ces chiffres sur les audiences de quelques médias burundais auraient dû pousser le ministère de la Santé à réfléchir deux fois avant d’interdire à Iwacu  d’assister à la conférence : Sur Twitter,  par exemple, Iwacu  compte 49.100  « followers » ,  la RTNB 25.300,  Rema FM, 223 abonnés ! Le site d’Iwacu est le plus consulté sur le Burundi.

Même sans l’aimer, le bon sens commanderait de ne pas  ignorer Iwacu. Si bien entendu le souhait est vraiment de communiquer au plus grand nombre et en toute transparence.

Monsieur le ministre de la Santé, ne vous trompez point de combat, vous avez besoin de tous les médias.

Disons que ce qui s’est passé est juste un couac. Pour la prochaine conférence de presse,  nous serons là ? Iwacu reste  toujours disponible.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 522 users online