Mercredi 28 février 2024

Politique

Le Cnared n’est pas encore invité comme entité

04/07/2016 26

Pancrace Cimpaye : «Le Cnared entend participer à ces pourparlers en tant qu’une entité» 
Pancrace Cimpaye : «Le Cnared entend participer à ces pourparlers en tant qu’une entité»

Au moment où la facilitation dans la crise burundaise annonce la reprise du dialogue pour le 9 juillet, le Cnared s’indigne. Son souhait d’être invité comme entité n’a pas été exaucé.

Dans un communiqué sorti ce lundi 4 juillet, cette plateforme de l’opposition radicale déplore le fait qu’il n’a pas encore d’invitation. Son porte-parole hausse le ton et monte aux créneaux : «Il est surprenant que le Cnared n’ait pas encore reçu son invitation».

En revanche, regrette-t-il, le Cnared réalise que la facilitation a déjà envoyé à certains de ses membres des invitations individuelles malgré ses rappels répétés d’être convié à ces négociations comme une seule entité.
«Le Cnared saisit cette opportunité pour rappeler une fois de plus à la facilitation, à la Communauté internationale et à l’opinion burundaise qu’il entend participer à ces pourparlers en tant qu’une entité et non en tant que parti, organisation ou personnalité politiques pris isolément», insiste Pancrace Cimpaye.

A ce titre, explique-t-il, le Cnared fait savoir que conformément à l’acte d’engagement signé le 30 juin 2016, les partis, organisations ou personnalités politiques membres de son directoire ne participeront à ces négociations que s’ils sont invités dans le cadre de cette plateforme.

Signalons que la dernière décision du parti UPD, proche d’Hussein Radjabu, de se retirer du Cnared n’augure rien de bon. A cette saignée s’ajoute la démission de Frédéric Bamvuginyumvira au poste de commissaire politique du Cnared, des signes d’un malaise minimisés par le porte-parole de cette plateforme.

Forum des lecteurs d'Iwacu

26 réactions
  1. GIHUGU

    « Hima Jermy » ne soyez pas quand trop extrémistes? Tout tord est imputé au Rwanda, mon Dieu. Laisse moi te résumer certains abus, FALCON 5O, INTERPETROL, Cahiers Ougandais, Détournement des fonds dans plusieurs militaires, dossiers listes fictives, des milliards qui pourraient améliorer la vie de ces pauvres paysans qui nous élisent, qui payent notre luxe ou qui supportent notre boulimie par leurs impôts et taxes; SAFISHA, Dossier Gatumba, Manirumva, et les multiples violations excessives des droits de l’homme(au cas où vous seriez humainement sensibles, civilisés…). Monsieur Hima Jermy, nous qui avions eu la chance d’être à l’école et éduqué, nous devrions quand même l’audace de reconnaître certaines vérités, les affronter, éviter de faire partie des extrémistes, laisser le passé, si c’est douloureux, avancer pour préparer l’avenir meilleur nos enfants si au moins on les aime si non « les extrémistes n’aiment ni les protagonistes ni les leurs »…Merci mon frère Hima Jeremy

  2. NDC

    Totalement d’accord avec vous Mr AYUHU sur tous les points. Ce CNARED qui n’a jamais posé ne fus qu’un seul pied sur le sol burundais comment continue t-il à compliquer la vie de TOUS LES BURUNDAIS?!!! S’ils ont opté de suivre ordres du peuple Belge tant mieux. Mais qu’ils laissent la voie libre au peuple burundais à recouvrer la paix et la tranquillité.
    Qu’ils laissent ces manipulations à la David Cameron qui met une poignet des gens dans les rues de Londre pour contester l’issu des urnes sur le référendum sur le Brexit alors que le OUI l’a emporté à plus de 51%. Et tout cela parce qu’il constate qu’avec cette décision il va perdre son poste et démissionner.

    • Stan Siyomana

      @NDC
      1. Pourriez-vous nous dire si Prime Minister David Cameron etait a ces manifestations dans les rues pour s’adresser a « une poignet?/poignee des gens » ou s’il a fait une declaration quelque part dans la presse pour soutenir ces manifestations?
      2. Et a propos des 51%, http://www.nation.co.ke a publie cet article le 1 juillet 2016:
      By Luis Franceschi: « When you have democracy WITHOUT EDUCATION, Brexit happens. »
      Et de la on peut comprendre pourquoi certains populists au Burundi vont toujours vanter le vote populaire d’une population qui est a majorite analphabete et pourquoi une societe civile qui aurait essaye sincerement de reveiller la conscience politique des masses burundaise pourrait etre contrainte a l’exil et justement faire partie de « Ce CNARED qui n’a jamais pose ne fus qu’un seul pied sur le sol burundais. »
      Ce n’est pas tout burundais qui vit a l’exterieur parce que c’est son propre choix.

    • Stan Siyomana

      @NDC
      Voici LES MAUVAISES CONSEQUENCES du « le OUI l’a emporte?/remporte a plus de 51% » et pourquoi les citoyens britanniques (qui comprennent ces consequences) avaient droit de descendre dans la rue.
      « 1. La livre sterling en chute.
      La livre sterling a chute de 9,3% face a l’euro et de 11,5% face au dollar depuis le Brexit. Or, le commerce exterieur represente plus de 60% du PIB du pays. Et la Grande- Bretagne importe plus qu’elle n’exporte, ce qui rend la chute de sa monnaie d’autant plus problematique….

      2. Une semaine exactement apres le referendum, l’indice FTSE 250, compose des actions des societes britanniques tournees vers le marche interieur, etait en recul de 7,5%….
      3. Les Ecossais ont vote a 62% pour le maintien dans l’Union europeenne. La Premiere minister Nicola Sturgeon s’est engage a tout faire pour maintenir l’Ecosse au sein de l’UE, Y COMPRIS EN ORGANISANT UN SECOND REFERENDUM SUR L’INDEPENDANCE (de l’Ecosse)…
      4. L’Irlande du Nord (= fait partie de la Grande-Bretagne) etait egalement favorable au maintien dans l’Europe a 55,8. Elle beneficie largement des aides europeennes ET LE RETABLISSEMENT D’UNE FRONTIERE AVEC L’IRLANDE (= une republique independante) POSE DE NOMBREUX PROBLEMES PRATIQUES….
      5. Meme Londres, qui a vote a 60% pour le « Remain » EN PROFITE POUR DEMANDER DAVANTAGE D’AUTONOMIE. »
      (Voir Julie Conti: « 10 jours apres le Brexit, les consequences pour le Royaume-Uni. », http://www.letemps.ch, 4 juillet 2016).

  3. Le CNARED, une bande de politiciens sans assise politique qui travaillent principalement pour l’interet du colonisateur Belge et de l’extremiste Kagame tout remplissant uniquement leurs ventres tres affames. Heureusement le peuple Burundais a tout compris, nous attendons impatiemment cette bande de politiciens sans assise politique en 2020 pour leur donner le pain qu’ils meritent.

  4. eric

    Rien ne sera accepter a cet arusha sans REFERENDUM direct du peuple.
    les partages que vous avez cacher avant ne le seront plus cette fois ci.
    Meme si vous et vos belges parviennent a imposer faiblement le dialogue a un gouvernment elu.

    Il ya certains burundais qui nous vendent.Ils ont rejetter leur propre freres et devenus les femmes des belges.c’est malheureux.

  5. Inyankamugayo

    Tout ce que vous faites, sachez que toute autorité vient de Dieu. Avant de faire ceci ou cela, demandez d’abord Dieu si vous avez son accord, sinon vous terminerez comme une poudre en l’air.

  6. GIHUGU

    Mukapa, vous ne faites qu’aider Nkurunziza dans sa tentative d’allonger les négociations jusqu’en 2019 et on appellera les partis en conflits à préparer les élections, à cause du temps, les uns parmi les vrais se seront fatigués et seront obligés de se préparer et rentrer pour les élections 2020, avec Nkuru qui aura changé la constitution. Sur terrain, les imbonerakure seront plus vigilants pour qu’aucune voix discordante ne filtre. Le peuple aura oublié l’opposition(pas de médias indépendants, peur de pénétrer dans le pays…). Nkuru aura eu les partenaires de façade(Russie, Chine, Corrée du Nord,…) et le peuple sera tellement affamé, meurtri qu’il sera obligé de taper les 2mains pour avoir les petites faveurs de Nkuru, qui distribuera 5Kg de farines à chaque paysan affamé, et tout le monde chantera Nkuru, Nkuru, Nkuru ….
    Les Européens auront mal à comprendre que c’est la démocratie qu’ils avaient souhaité en 1993 mais les lobbies Europeens et les Mafias s’organiseront pour venir piller, danser sur le peuple affamé voilà NOTRE CHERE DEMOCRATIE TANT SOUTENU PAR Les Européens/ Au juste nous avons peu de ressources, alors ils faut les partager entre peu de ténors(500Milliards entre les mains de 500Personnes=Présidents,généraux,Ministres, députés, chefs Imbonerakure…) et les autres continueront à demander un demi Kilo de haricot et de fufu pour toute la famille par jour, c’est ça l’héritage des DICTATEURS… Alors vous avez le choix entre ACCEPTER DE NÉGOCIER AVEC LA VRAI OPPOSITION OU FAIRE LE TROMPE OEIL qui satisfaire une poignée de gens pendant une poignée de mois!!!!

  7. Kimaranyi

    Monsieur Ayubu je suis impressionné par ton bon français dans un texte malheureusement qui n’a rien de substances politiquement logique. Si réellement le mal burundais peut se soigner en interne qu’est-ce qui a manqué pour que on entende plus des exactions extrajudiciaires , des disparitions,des tortures et j’en passe . Pourquoi ton chr gouvernement perd son temps à aller à Arusha alors qu’il est convaincu que la solution ne se trouve pas là ? Ça va faire bientôt 8mois que ton dialogue interne se déroule mais le peuple ne cesse de souffrir . Pour ce qui de l’opposition tu ne peut pas prétendre être en même temps porte parole du gouvernement et de l’opposition ? Donc pour te dire que l’organisation du CNARED n’est pas tes oignons occupe toi de ce qui te regarde.

  8. kinderege

    Messieurs les CNARED arrêtez les coneries, ne vous faites pas d´illusions, pas question des invitations, cherchez partout, partout, le financement de Red- Tabara et autres , Nkurunziza et les imbonerakure partiront tôt ou tard !!

  9. Jereve

    S’il y a des départs ou retraits de certains partisans du CNARED, nous devrions en toute logique nous poser la question : où vont-ils ? Si c’est pour rejoindre le camp Nkurunziza, alors ce dernier aura gagné, en partie seulement. S’ils restent des opposants farouches à Nkurunziza et son 3ème mandat, alors ils se trouveront en position de faiblesse dans ces négociations. Car qu’on le veuille ou non, le CNARED est une plateforme de poids; quiconque se présente sans l’appui de celui-ci prend le risque de se faire cannibaliser par les vautours du régime. Il ne faut pas se leurrer, ces négociations sans partenaires forts arrangent le régime dont l’objectif principal est de gagner du temps (tenir à tout prix pendant 5 ans et plus), alors qu’un régime responsable aurait tout fait pour gagner la paix.

  10. Fofo

    Je l’ai toujours dit que le CNARD est coalition contre nature! Où avez-vous déjà vu une coalition politique qui réunit les partis politiques, les asbl (surnommées à tort société civile), les journalistes et les militaires? C’est pourquoi la plupart de ses membres ont finalement compris qu’ils se sont été laissés manipuler par leurs sentiments de haine contre Nkurunziza sans avoir réalisé d’où ils vont exactement! Le CNARD est un tonneau vide et une coalition des chiffons, qui ne représente rien. Ce sont les médias occidentaux qui leur font la propagande en trompant l’opinion qu’il s’agirait d’une principale coalition d’opposition alors qu’à part le MSD les autres ne sont que bruits!

    • Sahiri

      Ni CNARED, ni Nkurunziza personne n´est mieux mais j´aimerai encourager la nouvelle génération de percer et commencer à penser au Burundi de demain parce que Nkurunziza partira sans doute, il ne pourra pas resister aux sanctions.

      • Stan Siyomana

        @Sahiri: « Il ne pourra pas resister aux sanctions. »
        Meme si la Banque de la Republique du Burundi (BRB) a ouvert un compte au Gazprom Bank OAO (a Moscou, Russie), le Gouvernement actuel de Bujumbura ne devrait pas trop compter sur la charite ou solidarite de la part de la Russie.
        Voici le commentaire du president russe Vladimir Poutine (soutenant les points de vue de la Grande Bretagne, alors que c’etait cette meme Bretagne qui etait la plus dure quant aux sanctions de l’Union Europeenne contre la Russie):
        « No one wants to feed and subsidize weaker economies, support other countries, entire peoples »/Personne ne veut nourrir ni payer des subsides AUX ECONOMIES FAIBLES, SUPPORTER D’AUTRES PAYS, DES PEUPLES ENTIERS.
        (Voir Frank Holmes: How will Brexit affect EU sanctions against Russia?
        http://www.usfunds.com, 29 June 2016).
        Donc le Burundi ne devrait pas se faire des illusions, il devrait savoir a quelle Russie il a a faire (sous Poutine).

        • Fofo

          @Sahiri & Stan Siyomana,
          Parfois je pense que certains burundais ont perdu leurs têtes!!! Aimé un régime c’est un choix mais aimer ta patrie est un devoir civique! Je n’ai jamais entendu nulle part ailleurs au monde, sauf au Burundi un citoyen qui demande (ou qui est content) des sanctions contre son propre pays! Quand les sanctions sont prises, le soi-disant sanctionné en sera le dernier à sentir ses conséquences! Quand le Zaïre a été sanctionné, Mobutu et ses proches n’ont jamais senti le poids de ces soi-disant sanctions. Il en est de même pour le Zimbabwe de Mugabe!

          • Stan Siyomana

            @Fofo
            1. Dans mon commentaire, je n’ai montre nulle part si oui ou non je suis pour des sanctions qui viendraient rendre plus difficile la vie du citoyen burundais lambda/MUNYAGIHUGU NYARUCARI.
            J’ai tout simplement voulu parler de la problematique de la disposition de la Russie d’aider le Burundi (QUE LE BURUNDI SOIT SOUS SANCTIONS OU PAS).
            2.C’est tres populiste d’accuser de manqué de civisme toute personne qui appelerait pour certaines sanctions pour faire pression contre un Gouvernement qu’elle juge intransigeante.
            Par exemple, le site du Gouvernement canadien a quatre sortes de sanctions:
            1. Arms and related materials embargo;2. Asset freeze/Gel des avoirs;3. Exports/imports restrictions;4. Financial prohibitions; 5. Technical assistance prohibition.
            (Voir « Types of sanctions », http://www.international.gc.ca).
            3. Ce n’est pas qu’au Burundi ou des citoyens se rejouiraient si la communaute internationale prenait des mesures contre ceux qui sement la pagaille dans leur pays.
            Par exemple, l’administration americaine a pris des sanctions financieres contre le general Kanyama POUR SA RESPONSABILITE DANS DES VIOLENCES ET DES DISPARUTIONS dans la capitale Kinshasa, en RD Congo).
            Lucien Busa (=president du parti de l’opposition CDER (Courant des Democrates Renovateurs) s’en est rejoui, indiquant que les Etats-Unis sont regis par les regles internationals, et que LES RESPONSABLES CONGOLAIS DOIVENT REPONDRE DES VIOLATIONS MASSIVES DES DROITS DE L’HOMME EN RDC.
            (Voir « RDC: la MP (=Mouvance presidentielle) desapprouve les sanctions americaines contre le general Kanyama. », http://www.radiookapi.net, 25 juin 2016).

          • Fofo

            @Stan Siyomana, C’est maintenant que je comprends ton problème. Tu confonds un individu et une nation! Tu confonds Kanyama et la RDC!! Donnes-moi au moins un exemple où un citoyen digne de son nom demande des sanctions économiques contre sa propre nation. Aujourd’hui, le plus visé et ses proches ne mangent pas comme d’habitude malgré la détérioration de notre économie? Mais il y en a qui porte ce poids!

          • Sahiri

            @Fofo,
            Sous sanction, Nkurunziza n´aura pas l´argent pour payer les Imbonerakure et les Imbonerakure s´en prendront à lui.

          • Stan Siyomana

            @Fofo: »@Stan Siyomana C’est maintenant que je comprends ton probleme. »
            Dieu soit loue!!!
            Maintenant il ne me reste plus que d’avoir les coordonnees de Fofo pour lui ou la confier mon probleme en detail.

          • Stan Siyomana

            @Fofo: « @Stan Siyomana. C’est maintenant que je comprends ton probleme. »
            « You are not listening to me when:
            You say YOU UNDERSTAND ME before you know me well enough;
            You have an answer for my problem before I’ve finished telling you what my problem is;…
            You are listening to me when:
            You grasp my point even when it’s against your own sincere convictions;… »
            (Voir Ronnie Apteker (= l’un des trois fondateurs de Internet Solutions): « Ronnie Apteker on art of leadership-5 tips to opening your ears & heart », http://www.biznews.com, 6 July 2016).

    • Fofo

      @Stan Siyomana,
      Pardon, si je t’ai blessé! Peut être que je me suis mal exprimé! Pour cela vraiment pardon!

      • Fofo

        @Stan Siyomana, I apologize and I hope you forgave me because I hadn’t desire to hurt you!

        • Stan Siyomana

          @Fofo
          Apology accepted.
          Ikimbabaza n’uko abantu badukana ibintu ku rubuga rwa internet bakadadaza.
          Bica binyibutsa aho utoja mw’isoko y’i Burundi ngo ubure kumva/kubona abantu babiri umwe ahagarara aha uwundi agahagarara hariya baterana amajambo, abantu nabo bitwengera kuko muri abo bantu babiri ata numwe aba afise ivyemezo vy’ivyo ariko aravuga, ou une theorie quelconque/valable pour soutenir leur argument .
          Abarundi bari bakwiye kurondera ukuri iyo kuri, kuterera ivyiyumviro vyobakura mu ngorane igihugu kirimwo ata kwitwaza ngo jewe nshigikiye Leta ihari ubu canke abatavuga rimwe n’iyo Leta.

  11. eddy

    Cnared devrait arreter de retarder les negociations.SVP!!!
    Thant que nkurunziza a accepter de negocier et tant que TOUS les points seront negocier ,pourquoi ils trainent les choses.
    ce Cnared est dictateur .il ne laissent pas ses membres se presenter personally alors que la majorite le veulent de cette facon!!!
    God is harden their heart.
    As long as dialogue is open ,let it be ,surely the gvement has point to negotiate as well.
    What is good for the country is that they will no be dictatorship in our country.
    Nkurunziza will go in peace as he is Burundian and no belge.
    We should stop to be animals in town

  12. Solilogus

    Chronique d’un échec annoncé.

  13. Ayuhu Jean Pierre

    Chers tous,
    J’ai eu l’occasion de donner mon avis sur la crise burundaise…mais actuellement, la situation du CNARED devient intenable et handicapante pour la résolution de la crise, si crise il y en a. J’aurais envie de dire assainir les différends politiques. De plus en plus, les acteurs rendent inopérant, complexe, voir impossible cette tentative d’assainir les différends. Qui sont-ils ces acteurs? Les partis politiques formellement reconnus? Tous les mouvements politiques et politico-militaires, y compris ceux qui prônent le renversement des institutions? S’agissant du CNARED qui s’est autoproclamé leader de l’opposition, faudra-t-il qu’il ait cette légitimité! Or, au vu des démissions, départs et autres bruits de couloir, on est loin de cette légitimité. De plus, il regrouperait semble-t-il toutes les formations de l’opposition. Or, je vois mal comme on inviterait le CNARED d’un côté, les partis et associations dites de la société civile de l’autre. Cela reviendrait à une double représentation si parallèlement les partis politiques devaient en même temps être invités! Qui cédera sa place? Le CNARED ou les partis politiques?
    Et le peuple dans tout ça? L’histoire a démontré que les négociations arrangent les politiciens au détriment du peuple dans la mesure où jusque là, la partage des postes restent le seul résultat du fiasco d’Arusha I. Tout devrait normalement passer par le dialogue interne qui reboucherait à une conférence nationale ou toutes les couches de la population auraient à dire. Cela s’appelle solution locale pour un problème local.
    Le CNARED a son siège en Belgique.. en quoi les problèmes du fin fond du Burundi les concerne-t-il?
    Le PPD-Girijambo, composé des hommes et femmes qui ont occupé des postes de haute importance durant 10 ans dans au Burundi, avec carte du CNDD-FDD en poche, ne sont-ils collectivement responsables des réalisations et des dégâts sur le compte de ce pouvoir qu’ils prétendent combattre?
    Le Frodebu et l’Uprona, leaders respectifs du FAMEUX g7 et g10, ne sont-ils pas comptables devant le peuple pour avoir sciemment glissé dans notre constitution cette fameuse article 302 de la controverse, responsable de tous les maux dont souffre le peuple?
    Pour tout dire, laisser au peuple prendre ses responsabilités pour bâtir une autre société
    Dialogue interne,
    Dialogue interne,
    Dialogue interne,
    On ne va pas déplacer le peuple burundais à Arusha…
    Et ceux qui ont peur d’affronter le peuple, qu’ils exposent leurs point de vue à Arusha et le peuple jugera!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 962 users online