Mercredi 05 octobre 2022

Sécurité

Le Burundi résolu à combattre la cybercriminalité

05/02/2022 Commentaires fermés sur Le Burundi résolu à combattre la cybercriminalité
Le Burundi résolu à combattre la cybercriminalité
Gélase Daniel Ndabirabe : « Le projet de loi portant répression de la cybercriminalité au Burundi est adopté »

L’Assemblée nationale a adoptée à l’unanimité le projet de loi portant répression de la cybercriminalité au Burundi, dans sa séance plénière de vendredi 4 février. C’était après les explications du ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, c’était l’invité du jour.

Son constat est alarmant. Le Burundi fait face à une ’’montée galopante des cybercrimes’’ avec 1.373 plaintes enregistrées en 2018, 6.123 plaintes répertoriées en 2019. L’année suivante, en 2020, 6.894 cas ont été signalés et en 2021, 7.532 cas de cybercriminalité ont été notifiés.

Après ces faits, il s’avère ’’nécessaire d’élaborer une loi spécifique de lutte contre la cybercriminalité pour compléter le dispositif pénal existant’’, peut-on lire sur le compte twitter de l’Assemblée nationale.

« Celui qui diffusera des rumeurs pouvant provoquer la peur, le soulèvement ou la violence entre la population ou pouvant faire perdre la crédibilité d’une personne, sera puni d’une servitude pénale de 5 à 10 ans et d’une amende de 5 à 10 millions Fbu », stipule l’article 42 de ce projet de loi portant répression de la cybercriminalité au Burundi.

« Celui qui usurpe l’identité numérique d’un tiers et en fait usage pour troubler sa tranquillité et porter atteinte à son honneur est puni d’une servitude pénale de 2 à 5 ans et d’une amende de 10 à 20 millions de Fbu », peut-on lire à l’article 35 de ce projet de loi.

« Ce projet de loi vient réprimer les délits liés à l’utilisation des TIC, avec des peines de servitude pénale et des amendes. Ces peines vont de 3 mois de prison à la perpétuité, selon qu’elles sont légères ou lourdes, avec des amendes variant de 50mille à 500 millions de Fbu », fait savoir l’Assemble nationale sur son compte twitter.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 2 204 users online