Lundi 06 décembre 2021

Société

La place des femmes dans les médias : des défis persistent malgré les avancées

24/11/2021 0
La place des femmes dans les médias : des défis persistent malgré les avancées
Des responsables des médias, des journalistes et des membres des organisations de la société civiles engagés dans la promotion de la voix des femmes dans les médias

Dans un forum sur la promotion de la voix des femmes dans les médias de ce 23 novembre, l’association des femmes journalistes au Burundi (AFJO) déplorent que les femmes journalistes fassent encore face aux défis liés au genre. Les responsables des médias dressent un bilan plutôt positif sur la place des femmes dans leurs médias respectifs.

« En 2020, nous avons fait une enquête qui montre que peu de responsables de médias sont au courant de l’existence de la charte des médias sensibles au genre », a indiqué Diane Ndonse, présidente de l’AFJO. Ainsi, les femmes ne sont pas encore traitées au même pied d’égalité que les hommes dans certains médias.

Elle regrette que les femmes journalistes aient souvent peur d’affronter les grands genres journalistiques. Et d’apprécier qu’il y a une amélioration en ce qui est de la représentativité des femmes dans certains médias.

La présidente de l’AFJO exhorte les responsables des médias à prendre en compte les questions de genre et à intégrer les femmes journalistes dans les postes de prise de décision au sein de leurs médias. En outre, elle appelle les femmes journalistes de montrer qu’elles sont compétentes : « Que les contraintes culturelles et sociales ne soient pas un prétexte pour ne pas bien exercer le travail ».

Pour le directeur du groupe de presse Iwacu Léandre Sikuyavuga, en plus d’être un outil d’information, les médias sont un outil de sensibilisation. C’est donc important que l’AFJO associe les responsables des médias à ce forum. Il a présenté certains défis pour les femmes journalistes : elles se désintéressent aux sujets « sensibles » comme la politique, la sécurité, l’ économie, l’ enquête, etc. Elles s’expriment moins lors des conférences de rédaction. En plus, explique-t-il, les femmes journalistes semblent moins préoccupées par la dimension genre.

Le directeur d’Iwacu déplore le fait que certaines femmes journalistes n’aient pas de passion pour le journalisme pour en faire carrière : «Elles sont plus attirées par d’autres offres que les hommes : ambassades, ONGs, institutions publiques».

Des avancées

Dans certains médias, le taux de la représentativité des femmes va crescendo. Des femmes occupent de plus en plus les postes responsabilité. Comme l’a indiqué Léandre Sikuyavuga, le groupe de presse Iwacu présente déjà les bonnes pratiques de l’intégration des femmes. Ces dernières occupent des postes clé dans la rédaction comme dans l’administration : « Par exemple, elles occupent les postes de cheffe de la web TV, Community manager pour le site Iwacu, responsables des services politique, société et culture pour l’hebdo en français, en plus de la directrice administrative et financière ». Toutefois, il estime qu’une vigilance et une répétition incessantes sont nécessaires pour que les questions de genre restent visibles dans les débats.

D’après Jonas Ndikumuremyi, directeur de la radio nationale, les femmes sont bien représentées dans les services de la radiotélévision nationale : « Elles occupent plus de 50 % dans les rédactions de la radio et de la télévision ». Et d’ajouter que les femmes devancent les hommes dans les présentations des éditions.

Néanmoins, il regrette qu’elles soient moins passionnées par la recherche de l’information : « Certaines femmes journalistes peuvent se présenter à la rédaction pendant plusieurs mois sans présenter un sujet parce qu’elles sont moins informées sur l’actualité ». En plus, il indique que certaines femmes journalistes ne sont pas intéressées d’aller sur terrain à l’intérieur du pays avançant des préoccupations familiales.

D’après certains participants au forum, il faut que les femmes harmonisent les responsabilités familiales avec celles de leur métier.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 037 users online