Samedi 16 octobre 2021

Économie

La peste caprine fait rage à Bugendana

16/01/2018 3

Tous les bouchers et paysans de la commune Bugendana en province de Gitega sont désemparés. Cela après la suspension temporaire, par le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, de tous les marchés de petits ruminants. Cette décision est tombée vendredi 12 janvier suite à la peste qui s’est déclarée.

Tous les marchés de chèvres fermés à Gitega et plus spécialement à Bugendana

Elle touche essentiellement les chèvres distribuées aux paysans des provinces de Gitega, Mwaro et Kirundo. C’est dans la cadre du projet LVEMP-II de la Banque mondiale.

Selon les témoignages recueillis au marché des chèvres de Bitare, tous les centres de vente ont été fermés depuis le 1 janvier. Désormais, les commerçants ne savent plus à quel saint se vouer.

Un boucher rencontré sur place, affirme ne pas savoir de quoi vivra sa famille : «C’est ce métier de boucher qui était mon seul gagne-pain». Il demande aux autorités d’y remédier vite afin de mettre un terme à ce fléau.

A ce sujet, le ministère a pris des mesures pour pallier ce problème. Entre autres, l’isolement des animaux malades des autres, l’interdiction du mouvement des petits ruminants dans les provinces affectées.

Ce n’est pas tout, il y a également suspension temporaire de tous les marchés des petits ruminants. Cela jusqu’à ce que la situation soit maîtrisée.

En outre, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage interdit la vente et la consommation des chèvres malades ou déjà mortes.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Bugendana Ni Ikomine Nziza Kandi Izi Uburundi

  2. juju

    Mon bouc, que j’ai nomme Gacece par amour a ce dernier, est atteint par la maladie.

  3. Buntu

    @ Redaction: La maladie s’appelle Peste des Petits Ruminants (PPR). En sciences vétérinaires, si vous dites simplement “peste” ça peut porter des confusions.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 871 users online