Économie

La pénurie du ciment inquiète

12/10/2019 Pierre Claver Banyankiye Commentaires fermés sur La pénurie du ciment inquiète
La pénurie du ciment inquiète
Un magasin de ciment vide dans le quartier asiatique.

9 heures. Au quartier asiatique, le ciel est clair. Les magasins de matériel de construction sont ouverts. Mais à l’intérieur, seuls quelques tubes métalliques et de fer à béton. Pas de sac de ciment. Les portefaix sont désœuvrés. Ils s’assoient devant les magasins. « Depuis le matin, nous n’avons déchargé aucun sac de ciment », déplore Lin, l’un des portefaix.

Sur cinq magasins visités, un seul n vend du ciment. Un sac « Dangote » de 50 kg s’achète 36 mille BIF. Certains commerçants affirment que les stocks sont vides. Ils attendent le ciment en cours de route. Pour d’autres, ce n’est que le début de la pénurie. Les commerçants n’ont pas de devises pour importer une quantité suffisante. « Les cambistes n’ont pas de devises. Ils disent que les vendeurs ne cèdent pas les devises au prix fixé par la BRB ».

Par ailleurs, K.D., l’un de ces commerçants sous couvert d’anonymat, les importateurs ont droit de recevoir de la BRB 4 mille dollars par semaine. Selon lui, cette somme insignifiante. « Nous avons besoin au minimum 100 mille dollars par mois».

Cet importateur fait savoir que si les cambistes manquent de devises. Son activité va s’arrêter. Il n’y a pas d’autre source de devises. Même le ciment fabriqué e localement appelé « BUCECO » n’est pas disponible dans ces magasins.

La pénurie du principal matériau dans le secteur bâtiment inquiète les propriétaires des chantiers. En témoigne John, qui, depuis mardi, a du mal à s’approvisionner en ciment. «En moyenne, j’utilise quotidiennement 30 sacs de ciment. Mon chantier risque de s’arrêter aujourd’hui.»
Claude fait également le constat de cette pénurie. Il fait savoir que celui de BUCECO est en quantité insuffisante depuis près d’un mois.

BRB

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 148 users online