Économie

Le cri du cœur des femmes rurales

16/10/2019 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Le cri du cœur des femmes rurales
Le cri du cœur des femmes rurales
Marie Nibigira, dans son champ de manioc

Manque de capital, insuffisance de terres cultivables, mauvaises conditions de vie, malnutrition,…Ce sont les défis auxquels font face les femmes rurales de la commune Kanyosha en province de Bujumbura, à la veille de la célébration de la journée internationale de la femme rurale.

Il est 10h 15, sur la colline Muyira. Espérance Bampanzamaso, avec un bébé dans le dos, descend sur Bujumbura. Elle est très pressée. Elle transpire abondamment. Elle est accompagnée par son fils et sa fille transportant des paniers remplis d’avocats. Originaire de la colline Kirombwe, cette trentenaire indique que pour arriver au centre-ville où elle écoule sa marchandise, elle doit faire 3 heures de route chaque jour. La jeune femme reconnaît qu’elle ne sait pas que la Journée internationale de la femme rurale, célébrée le 15 octobre de chaque année, existait.

Selon elle, être vendeuse ambulante est un travail à risque. «Une fois appréhendée par la police, je risque la prison». Veuve et mère de 8 enfants, Espérance Bampanzamaso avoue qu’au lieu de vendre son corps ou laisser ses enfants devenir des voleurs, elle a choisi de courir ce risque pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle a déjà été Emprisonnée 8 fois, mais elle ne compte pas s’arrêter.
Marie Nibigira (38ans) et Valérie Ntamavukiro (60 ans), rencontrées dans les champs de manioc, assurent que le seul moyen qu’elles ont pour nourrir leurs familles, est de louer de lopins de terre. La soixantenaire déplore le manque de propriété foncière. Veuve, Valérie Ntamavukiro vit dans des conditions déplorables avec ses 9 enfants.

Marie Nibigira, enceinte de son 7ème enfant, témoigne qu’elle et son mari sont tous des chômeurs. Pour trouver de quoi manger, elle loue de petits champs qu’elle paie 20.000 Fbu par an. La cultivatrice relève aussi les problèmes liés à la malnutrition due à l’insuffisance de moyens.

Un appel lancé au gouvernement

Les vendeuses ambulantes demandent aux autorités de leur faciliter la tâche en leur laissant travailler librement. «Arriver en ville, c’est comme un suicide», confie Espérance Bampanzamaso. Cette vendeuse souligne aussi que le manque de capital. Elle fait un appel au gouvernement de leur octroyer des capitaux. Espérance Bampanzamaso affirme qu’un capital de 100.000 Fbu lui suffirait pour faire prospérer son petit business.
Toutes les 3 femmes trouvent que l’intégration dans des associations ou dans des coopératives est difficile à cause du manque de moyens financiers. Elles exhortent le gouvernement de leur venir en aide.

«L’objectif poursuivi à travers la célébration de cette journée : c’est de mettre en évidence une fois par an, le rôle fondamental de la femme rurale dans la société», a déclaré Martin Nivyabandi, le ministre des Droits de la Personne Humaine, ce 14 octobre. Il a ajouté aussi que c’est une occasion pour tous les intervenants d’évaluer le pas déjà franchi dans la promotion de la femme rurale.
Au Burundi, cette journée sera célébrée le vendredi 18 octobre dans la province de Ngozi. Le thème national sera : «Soutenons l’accès des femmes rurales aux infrastructures durables et aux services de la protection sociale».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 049 users online