Mardi 09 mars 2021

Économie

La pénurie des devises alarme les parlementaires

12/04/2018 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur La pénurie des devises alarme les parlementaires
La pénurie des devises alarme les parlementaires
Joseph Butore : «Le gouvernement à lui seul ne peut pas pallier la problématique des devises»

Un bon nombre de parlementaires se disent inquiets face à la pénurie de devises au pays. Ils ont soulevé leurs soucis ce mercredi 11 avril à l’hémicycle de Kigobe, devant les deux chambres réunies. C’était à l’occasion de la présentation du bilan des réalisations du second semestre de 2017 par le deuxième vice-président de la République. C’est pour les ministères sous sa tutelle.

Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale, réalise que la carence des devises n’est pas le propre du Burundi. Cependant, si des pays accusent ce problème alors qu’ils disposent notamment de pas mal de cultures d’exportation, ils s’en sortent petit à petit.

Et de demander s’il y aurait des études pour l’introduction de ces dernières afin de rapporter ces devises. Car : « Celles-ci sont fondamentales pour l’importation de l’essence, de l’engrais chimique, des médicaments, etc.»

«La déficience des devises constitue un grand danger», note Pierre Célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire ’’Amizero y’Abarundi’’. Il évoque des examens de laboratoire désormais impossibles suite au manque des réactifs à importer. Ainsi il appelle le gouvernement à mettre le paquet pour trouver ces devises.

«Le gouvernement à lui seul ne peut pas pallier la problématique des devises», affirme Joseph Butore, deuxième vice-président de la République. «Elle revient à tout un chacun.»
Selon lui, les devises ne devraient s’utiliser qu’en cas de force majeure. Il déplore des attitudes de vouloir profiter de la pénurie. Entre autres des exigences de paiement en devises où il ne le fallait pas. «Cela nous enfonce davantage».

D’après M. Butore, l’Institut Supérieur d’Agriculture a déjà introduit des cultures d’exportation en plus du café et du thé. Il parle du macadamia, vétiveria et du stévia.

Mais, conclut-il, la grande préoccupation du gouvernement est la réduction de la sortie des devises pour importation. «Des campagnes de sensibilisation vers la fabrication locale de certains produits importés sont en cours».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 975 users online