Samedi 24 février 2024

Politique

La CVR et les élections 2015 sont- elles compatibles ?

2015 approche et la CVR pointe à l’horizon. Deux rendez-vous importants pour l’avenir du Burundi. Plus d’un se demandent si les deux processus peuvent aller de pair. Les avis divergent.

A Vyanda, la population s'exprime sur la CVR ©Iwacu
A Vyanda, la population s’exprime sur la CVR ©Iwacu

« Les deux activités ne peuvent pas aller de pair. Car il y a des autorités présumées coupables de crimes. Si ce sont ces dernières qui doivent mettre en place cette commission, elles ne peuvent pas le faire. Vaut mieux passer aux élections et la CVR après », indique Mamert Sabushimike, un habitant de Vyanda, province de Bururi. Il rappelle qu’à Arusha, les politiciens s’étaient convenus que les bourreaux ne devaient pas être dans les institutions.  Pour lui, il faut respecter l’Accord d’Arusha et les commissaires ne devraient pas être nommés par l’Etat. Nestor Niyonkuru, de la même localité propose de commencer par le travail de la CVR. Cela permettra, estime-t-il, d’écarter les bourreaux des institutions. Selon lui, le Burundi a besoin d’autorités propres et dignes. Les politiciens reconnaissent que la CVR a enregistré un grand retard.

Augustin Nzojibwami, président de Sangwe-Pader indique qu’elle devait être mise en place six mois après Arusha. Pour lui, les élections et la CVR peuvent se faire concomitamment. Elle peut enquêter quand les autres font la propagande. Elle peut aussi jouer le rôle d’arbitrage pendant les élections, mentionne-t-il. A l’Uprona pro-Nditije, c’est la confusion. Tatien Sibomana, ne voit pas comment la CVR pourra commencer son travail alors qu’on se prépare aux élections. «  Si elle est mise en place, elle sera comme un outil du parti au pouvoir pour écarter les opposants de la course électorale », précise-t-il. Si les députés du Cndd-Fdd étaient animés de bonne foi, souligne-t-il, ils auraient considéré les avis de la population, de la société civile et des Nations unies. Il est convaincu que le président de la CVR viendra du parti au pouvoir.

Pour la société civile, il revient aux commissaires de juger si les deux pourront aller ensembles. « Si cette commission est mise en place pendant la période électorale, celle-ci jugera ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas », indique Pacifique Nininahazwe, du Forum pour la conscience et le développement (Focode). Par ailleurs, il signale que « cette commission aura besoin d’au moins une année de préparation ». Ainsi, ses activités commenceront effectivement après les élections. Et tout dépendra de la valeur des commissaires. Sinon, fait-il remarquer, certains politiciens peuvent s’en servir pour exclure d’autres.

A Vyanda, les avis divergent

Une loi lacunaire : «L’image actuelle que semble prendre cette commission n’est pas pour la recherche de la vérité », déclare Pacifique Nininahazwe. Il donne l’exemple des rescapés de Buta qui, dans leur récit, donnent tout ce qui s’est passé, mais ignorent l’identité des bourreaux. De leur côté, poursuit-il, les bourreaux cherchent à se protéger même si leur conscience les accuse. Il n’y a pas d’intermédiaire entre les deux parties : « Et cela m’étonne quand on dit qu’il n’y a pas de gens propres dans ce pays. Que ça soit du côté des Bahutu, des Batutsi ou des Twa, les gens confiants sont nombreux. »
Ce que dénonce aussi M. Nininahazwe, c’est le fait de publier la liste des bourreaux pardonnés et de cacher celle de ceux qui n’ont pas bénéficié du pardon. Un risque aggravée par le fait que la CVR comprendra en majorité des politiciens, qui apporteront probablement leurs conflits et intérêts dans le travail, avec des impacts sur les élections de 2015.

Pour Pacifique Nininahazwe, il faut une commission neutre, capable de montrer toute la vérité et connaître les responsabilités individuelles ©Iwacu
Pour Pacifique Nininahazwe, il faut une commission neutre, capable de montrer toute la vérité et connaître les responsabilités individuelles ©Iwacu

M. Nininahazwe considère que ce sera un miracle d’avoir des commissaires de bonne foi : « On n’a pas cherché à bien déterminer les critères pour avoir des commissaires dignes. Ils ont favorisé la mise en place des commissaires penchants ». Il reconnaît, cependant, que même tous les membres de la société civile ou des religieux ne sont pas propres. Il donne l’exemple de la CNTB et de la CNIDH, deux commissions dirigées par des religieux, mais dont les réalisations sont différemment appréciées par la population.

Une question aussi pertinente pour Augustin Nzojibwami. Il estime que le choix des commissaires doit être parfait parce qu’il déterminera la suite : « Une seule personne peut sauver beaucoup de choses tout comme elle peut tout détruire. Il nous faut des hommes de valeurs, objectifs ».
L’absence de l’aspect judiciaire est une autre lacune. « Il fallait que l’on précise la place de la justice », déclare M. Nininahazwe. Pour réussir, conseille-t-il, il faut une commission neutre, capable de montrer toute la vérité et connaître les responsabilités individuelles. « C’est cela la base de la réconciliation ».

Quid du pardon ?

Mamert Sabushimike signale que cela constitue une lacune de la loi sur la CVR : « Si on nous impose de pardonner, quelle sera la suite ? Il faut que la justice apparaisse ». Et de faire remarquer que la justice n’exclut pas le pardon. « Il est nécessaire que je sache qui a tué les miens ? Où sont-ils enterrés ? Que le bourreau reconnaisse sa culpabilité et demande pardon personnellement ».

Quid du mandat de la CVR ?

Sur le mandat de quatre ans de la CVR, Nestor Niyonkuru indique que ce n’est pas par amour de la vérité. Il pense que les autorités mettent en avant leurs intérêts. Il propose que l’on passe aux élections et que les candidats soient des hommes responsables, propres et dignes. Augustin Nzojibwami trouve aussi ce délai long. Le travail de la CVR risque d’être perturbé par les élections de 2020. Cependant, Tatien Sibomana signale qu’il est raisonnable compte tenu de la période couverte par le travail de la CVR.
Quant à Tatien Sibomana, « vu la manière dont la loi sur la CVR est libellée, c’est clair que ce n’est plus une commission de la population, mais plutôt une commission du parti au pouvoir. La preuve en est qu’elle n’a été votée que par les députés du parti Cndd-Fdd.» Une affirmation qui irrite fortement Augustin Nzojibwami : « Arrêtez de dire que la loi sur la CVR a été votée par le Cndd-Fdd. Ce sont des députés élus par la population. Ils ne font qu’exaucer les vœux de leur électorat. Et voter une loi ne veut pas dire être d’accord à 100% avec le contenu. »

CVR

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Theus Nahaga

    Nous ne pouvons pas espérer que la CVR donne des résultats tant que nous voulons qu’elle nous dise que le Tutsi ont été les criminels de telle ou telle époque, ou le Hutus ont tué les populations de telle ou telle localité. Notre esprit doit nous rappeler que le Hutus ou les Tutsi n’ont jamais tué personne. Il y a des gens qui individuellement ont tué et ces gens doivent être identifiés et si possible répondre de leurs actes et leurs choix.
    Au Burundi, des gens ont été tués parce qu’ils étaient Hutu ou Tutsi, mais les tueurs n’ont jamais tué parce qu’ils étaient Hutu ou Tutsi. Accepter cela nous demamndera de sortir des carcans simplificateurs pour engager notre esprit et lui apprendre à travailler de facon rationelle; c’est un effort intellectuel à faire, un défit à relever, mais cela vaut la peine et nous poussera à nous libérer des solidarités négatives dans lesquelles des politiciens cupides nous ont enfermés depuis 1959.
    Or dans certains commentaires, on ne voit que des accusation à l’emporte-pièce, signes de l’indecrottable médiocrité dont nous pouvons être capable: Les Tutsi ont tué…. les Hutu ont massacré…. . Désolé les compatriotes, moi et mon ami, nous sommes Hutu et Tutsi, mais nous n’avons jamais tué personne. Ensemble chaquefois que nous nous rencontrons, nous refusons aux criminels notre solidarité dans le crime. L’Abbé Kayoya n’a pas été tué pour les Tutsis et ceux qui assassinèrent Monseigneur Ruhuna ne pensaient pas aux Hutus en cet instant. Et D’autrepart, l’assassinat de Monseigneur Ruhuna ne contrebalance en rien la mise à Mort de l’Abbé Kayoya. Ce sont des crimes barbares qui augmentent la désolation dans notre pays.

  2. JP-K

    La CVR me rappelle les fameuses conférences nationales souveraines des années 1980. La première conférence, l’originale, fut organisée au Bénin. Partout en Afrique, les oppositions réclamèrent, chacune sa conférence nationale souveraine. Rappelez-vous au Zaire de Mobutu, au Togo, Gabon, Congo-Brazza … ce fut un échec. Pourquoi? Parce que l’originale la vraie, était basée sur la volonté des béninois d’en découdre avec leur propre histoire. Pour les autres, c’était une mauvaise copie. Ingendo y’uwundi iravuna.

    Le risque que notre CVR se termine comme ces fameuses conférences est énorme. Pourtant elle réussirait bien si elle n’avait pas été récupérée par les politiciens puis amputée de ses éléments essentiels que sont d’abord la neutralité (en empêchant la participation des commissaires internationaux) et l’aspect justice qui devrait être l’objectif majeur au même titre que la réconciliation. Que faut-il donc attendre d’un tel exercice, si ce n’est un « gratte-moi le dos je te gratte le tiens » ?

    Les grands perdants seront les victimes ou leurs proches. Leurs plaies seront rouvertes pour à peu près rien car même la justice se couvrira le visage ! Vous verrez, je vous le prédis à l’avance que « abantu bazosubira guhahamuka » à cause des souvenirs ravivés accentués par l’arrogance des bourreaux « bambitswe izera ».
    J’entendais récemment M. Batungwanayo (AMTCI) parler de sanction sociale pour bourreaux, kubacira umukenke, à l’absence de justice. Il a bien lu Guy Rocher, mais il l’a mal compris. La sanction sociale fonctionne pour un individu, ou à la limite, un groupe d’individus. Comment la sanction sociale pourrait-elle fonctionner quand des milliers de populations ont participé aux meurtres de leurs voisins? Bien plus, comment le meurtre serait sanctionné socialement lorsque les meurtriers sont récompensés selon le slogan « Wamaze iki »?

    Alors, pour répondre à la question : avant, pendant ou après les élections, la compatibilité n’est qu’une vue de l’esprit. Pour ceux qui ont souffert, cela importe peu.

    Cordialement

    JP-K
    (N’est-ce pas que la manipulation des citoyens pendant la période électorale grâce à une CNTB inique ou une CVR édulcorée pourrait constituer un arme à UN SEUL tranchant, du moins pour celui qui sait la manier, tenant solidement la manche?. Et comme les DD ne sont pas des novices …).

  3. Kwakwe

    La question merite d’etre posee ici: qui financera une commision aussi farce????? Reconciliation vous avez dit? Cette reconciliation concerne les vainqueurs seuls, eux qui ont ete liberes et pardonnes en 2005 non?
    Avec la corruption qui nous gouverne, meme un criminel de renom est libere sous un coup de quelques billets. Dans les conditions actuelles, aucun membre influent du FDD ne sera touche ou accuse par exemple! Les coupables seront les tutsis et certains hutus du frodebu et fnl! Le truc prepare par Nkurunziza est facile: la commission voit le jour, par hasard elle appelle RWASA pour s’expliquer sur le cas de la mort de la jeunne britannique…D’un coup, il perd sa credibilite et une petite campagne contre sa personnalite suffit pourqu’il devienne infrequneantable! Le reste, il faudra « offrir » deux ou trois tetes tutsi a la population hutue pour que meme le Frodebuste le plus convaincu soit impressionne et vote pour Nkuru!!

  4. Ndihokubwayo

    @ [2015 approche et la CVR pointe à l’horizon. Deux rendez-vous importants pour l’avenir du Burundi. Plus d’un se demandent si les deux processus peuvent aller de pair.]

    Les deux mécanismes ne peuvent pas synchroniser vu qu’ils n’ont pas les même visées ni le même cadre juridique. Autrement dit, l’un ne peut pas empêcher l’autre de se concrétiser. Votre question est tout simplement insensée !!!

  5. Mushikiwabo

    Un habitant de Vyanda!!! Voila encore, Vyanda en Province de Bururi iwabo w’imana! Ibisaka vy’intozo vyarahiye

    • NTARUGERA

      @MUSHIKIWABO

      Ati ibisaka vy’intozo…! Intozo ninde? I Vyanda rero nagira nkubwire ko nubu ari i wabo w’imana kuko ngo uwamye ari Mungu ntari bubite kandi ngo igiti cabaje ingoma ntigicanwa….! I Vyanda nta muntu yicwa n’inzara nka za Ngozi na Kayanza no mu Kirimiro….!! ! Abana bari mw’ishure ukuri kwamye….! Par contre votre complexe d’inferiorité et votre langage ordurier sont déplorables…….!!!!!

      • Nzobandora

        NTARUGERA,

        Le fait que Mushikiwabo n’ait retenu que Vyanda dans cet article montre qu’il ou qu’elle ne va toujours pas mieux.

  6. MINANI

    Les élections c’est simplement 6 mois au plus, la CVR c’est 4 ans. Rien n’empêcherait la CVR de bien travailler si elle est composée de gens intègres et imaprtiaux. Erreur nini yabaye plutôt ni ugukuramwo dimension JUSTICE:
    – Que va t-on faire si quelqu’un refuse de témoigner?
    – A quoi bon me dire qui a tué mes parents si celui-ci ne peut pas être poursuivi en justice? On risque de se faire justice ou les conclusions de la CVR risquent de ne pas être rendues publiques!

  7. Pierre buyoya et Pierre Nkurunziza ensemble

    Chers compatriotes;
    Il ne faut pas se faire beaucoup d’illusions sur la CVR aujourd’hui quand on voit des alliances qui se formeent entre Buyoya et Nkurunziza, entre Adolphe Nshimirimana et Bikomagu Jean. Abarota nu bakomeze kurota mugabo ndazi neza ntihenze kanini yuko naho umunyagihugu yovuga ivyo yabonye vyose nababikoze ko bitazoja ahabona abonyene bafise ivyo bakozemwo nibo bazobikuramwo canke babinyegeze. Quand on parle des commissaires dignes et independants je m’en moque car meme si on les trouve ils seront teleguides sur les objectifs deja etablis par celui qui les nomment. Un montagne va accoucher une souri comme on dit. D’abord pas justice,il ya le pardon qui est le mot d’ordre et la suite… Pour moi, la CVR fonctionnera si et seulement si elle decider les contours et le fond par tous les acteurs de la societe.L’assemblee nationale oui est pour le pays mais nous savons comment cette assemblee fonctionne chez nous.Il ne faut pas se fermer les yeux comme ce Nzojibwami,qui le fait expres parailleurs. Quant au choix des commissaires,qui va les choisir? et si celui qui fait ce choix est presume criminel lui-meme,le conflict d’interet est deja a ce niveau. C’est pour cette raison que je parle d’un consensus inclusifs pour le meilleur resultat si non, cette CVR sera une perte de temps et d’argent.
    Merci.

  8. bigirimana saidi

    moi je pense qu’il faut regarder d’abord l’incident majeur de la guerre civile de 1993,

    • harerimana pacifique.

      Vyariko biraza nibatange aba commissaire bukuri bataniganwa ijambo,bavuye mumigambwe yose hanyuma bavange amazina bayashize kudupapuro,hanyuma batumeko amakungu aze yitoreremwo bamwe mugabo batashizeko imigambwe bavuyemwo hanyuma bakore bidegemvya atagitsure,hanyuma batumeko abanyagihugu binjira aho bari jhanyuma bavuge ikiri mumutima bitonze atawubahagaze hejuru hanyuma tuvuge vyose uko vyagenze akuri kuze kwaja ahabona.ryari?aho niho hagoye kuvuga kubera bayicaritse kugira bazungagize abanyagihugu.muvugishe ukuri ntaco bazobagira.mukomere ncuti zanje.

  9. borntomakelovenotwar

    J’ai déjà ma CVR, je connais les bourreaux de ma famille et j’ai déjà pardonné. La réconciliation; j’y travaillerai toujours parce mes blessures semblent éternelles. Et si l’on laissait le temps passer et panser nos plaies, crever les consciences des criminels jusqu’à ce qu’ils se meurent de l’intérieur ou encore laisser le temps leur donner le temps de repentance !?!…….

    • Muti

      Burundi we Imana yakuduhaye ikudutungire, ahandi ho CNDD-FDD iragisibije.

  10. Uwarugwanye

    Monsieur Pacifique dit une vérité qui fâche trop Nzojibwami et son camp bien connu. La vérité que l’on recherche par exemple sur le carnage de BUTA pique directement NZOJIBWAMI car elle commence et se termine chez sa famille. Les Hutu « moins mauvais » du FDD vont nous décevoir, s’ils ne l’ont pas déjà fait. Moi, personnellement je ne me fais plus aucune illusion. Nkurunziza nous a roulé dans la farine, et quelque part, nous l’y avons aidé. Rectifions donc le tir si nous voulons sauver les meubles.

  11. Björn

    Le. Cndd est parti sans visions ni un plan quelconque. C’est impossible que la CVR fonctionne a quelques mois des elections . C’est semer la confusion dans la population.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 655 users online