Samedi 04 février 2023

Économie

La BRB veut réduire la manipulation de l’argent liquide

14/01/2023 12
La BRB veut réduire la manipulation de l’argent liquide
Dieudonné Murengerantwari : « Au-delà de ces montants fixés, il faut se justifier. »

La Banque de la République du Burundi (BRB) a fixé des montants à ne pas dépasser au retrait et au versement par jour et par mois. Selon Dieudonné Murengerantwari, gouverneur de la BRB, cette mesure vise à limiter la manipulation du cash.

Dès ce lundi, 16 janvier 2023, tout titulaire d’un compte bancaire ou dans une microfinance ne dépassera pas au retrait, 15 millions BIF par jour et 100 millions par mois. Et au dépôt, c’est 20 millions par jour. « Au-delà de ces montants, le client doit se justifier », a fait savoir le gouverneur de la Banque centrale, Dieudonné Murengerantwari. C’était ce vendredi 13 janvier 2023.

Pour les comptes en devises, souligne la BRB, les montants équivalant aux plafonds en BIF au taux de change du jour sont également considérés. La mesure entrera en vigueur dès le 15 février.

Dieudonné Murengerantwari a expliqué que cette mesure vise à réduire la manipulation du cash. Il a conseillé d’exploiter les autres produits et services financiers, tels que les remises des chèques, les virements de compte à compte et les services financiers numériques.

Les bureaux de change scrutés à la loupe ?

Concernant les conditions d’achat et vente des devises, la BRB a indiqué que les bureaux de change déjà agréés sont autorisés à vendre les devises au prix du marché sans dépasser 2% par rapport à leur prix d’achat. Les bureaux de change seront soumis à un logiciel de gestion, Burex. Il s’agit des opérations journalières d’achat et de vente des devises. Un bordereau de change à tout client devra être délivré à chaque opération effectuée.

Selon Dieudonné Murengerantwari, le volume des opérations doit être traçable sur les comptes d’opération de change en devises ouverts dans les banques commerciales pour les retraits que pour les versements. Il ajoute que les cambistes doivent éviter de garder en cash des sommes importantes dans les coffres forts de leurs bureaux de change.

La BRB affirme avoir traité 14 dossiers de demande d’agrément des bureaux de change. Six ont reçu l’accord de principe pour l’ouverture et deux ont eu l’accord définitif.

BRB

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Hatari

    Avec un diplôme de licence, le salaire de départ était 35-40.000. Prenons 37.500FBu. Une bière à 60FBu. Donc salaire de départ= 37.500/60 = 625 Bouteilles de bière Primus. Donc à ce jour, le minimum de départ devrait être 625 x 1.700 FBu (prix Brarudi) = 1.062.500 FBu. Malheureusement dans la fonction publique souvent avec ce niveau on est à 250-500.000 FBu

  2. Kibinakanwa

    A Pascal Rwangoma et autres chers amis qui ont posté un commentaire aur notre Site Iwacu:
    Vous avez raison, le Burundi est à l’aune du Zaïre et du Zimbabwe.
    1) J’ai fait le 1er recensement général de la population du Burundi. C’était en 1979. Le dépouillement donna 3 879 000 âmes. Nous sommes maintenant 12 millions. C’est une bombe. Les hautes autorités n’en parlent plus. D’ailleurs nos augustes dirigeants ont presque tous pas loin de 8 enfants.
    2) Vers les années 1984, une étude pilotée par le Curdif sur les 2 communes les plus peuplées de Kayanza: Muruta et Gatara montrait que la densité approchait celle de certaines villes.
    A cette époque, au moins, IL y avait une politique officielle qui parlait de limitation de naissance.
    Là où je suis réfugié, j’écoute Radio Kabondo tous les jours, pas un seul mot sur le planning familial. Silence radio

  3. Rumonge Robert

    C’est mon argent et j’en fait ce que je veux. Ce sera ma decision de le depenser comme, ou et quand je veux. Si je veux acheter le USD, dit moi Mr le Banquier, qui etes vous pour me dicter combien je dois payer au vendeur du $? Arretez de prendre les gens pour des imbeciles! Si vous voulez fixer le prix, je vous dit: Vendez moi le $ a un prix que vous voulez, si il est inferieur a tout le monde, je viendrai chez vous

  4. Kaziri

    A certains moments, on se demande si nos dirigeants sont aveugles.
    Tenez le $usd se vend à 3550 bif au marché noir et supposément le taux officiel est de 2100 bif.
    Que c’est que la BRB nous chante alors ?
    Tous les opérateurs économiques disent qu’ils ne peuvent avoir des devises au taux officiel.
    Mais où ont ils étudié ces gens qui dirigent la BRB?

    • Manirakiza Jerome

      Euh…. le marché noir est Le marché libre donc, par consequent. le vrai marché. Le reste constitue un marché manupilé par la BRB. Je vous signale que le Le marché libre finit tjrs par gagner! On ne peut pas battre la gravité Mr le Banquier!

  5. Kinyota

    iguciro ca dollar na euro mu mubureaux de change kitangwe na “ la loi de l’offre et de la demande “ abantu bikorere za business ata wandya wangura

    • Samandari

      Bien sûr que tu as raison Kirinyota.
      Sur quoi la BRB se base t il pour décréter ce raux officiel qui n’a aucune réalité?
      Nukugira bahe ama $usd leur copains bagaca bayajana kuri marché noir pour s’enrichir.
      Ce taux officiel est complètement illogique.

    • Sebarazingiza

      Izo mesures harico zije kubwira abarundi n’akungu. Abandi bati, akar’inyuma karahinda! Mbe abategetsi b’uBurundi baracashoboye kubogora iGihugu kitaragwa mukabi twita « faillite »! wait and see!
      Nticoba kibaye iGihugu cambere bishikiye; Grece, Argentine, Zimbabwe,….
      Komeza musenge!!!👃🏾

      • arsène

        Mon observation serait plutôt que l’État laborieux a tout prévu, qu’il faut juste s’armer de patience, attendre et encore attendre peut-être même jusqu’à la parousie. Le francs burundais est déjà fort – à en croire la BRB et les mesures en cours sont mises en place pour limiter la manipulation de l’argent, le blanchiment ou le financement du terrorisme.
        Sebarazingiza a parlé du Zimbabwe, ce serait l’apocalypse si l’on acheminait vers le type de situation que le pays de Mugabe a vécu. J’ai gardé une coupure de 2 milliards de dollars zimbabwéen avec lequel on ne pouvait pas se payer un seul repas.

        À en croire les autorités, l’argent ne manque pas au Burundi, fort heureusement. Une des innombrables preuves est le décret visant l’octroi des pensions égales au dernier salaire perçu avant d’aller à la retraite qui a été signé il y a peu. Est-ce de la myopie ? Les faits nous le diront.

        Je suis bien entendu tout à fait d’accord avec quasiment tous les commentateurs de cet article.

        • ririkumutima

          Arsene (Dupont, c’est moi qui ajoute),
          J’espère que ces pontes de la BRB quo certainement nous lisent comprennent ton humour noir .
          Qu’est ce que le financement du terrorisme vient faire içi, Dieu du ciel.🤯🤩 ( Juste utiliser des termes pompeux qu’utilisent USA, pays européens, etc..).
          La vérité est ceci, l’Economie Burundaise est en lambeaux: Nous n’exportons plus rien
          b) IL y a une corruption crasse et une mauvaise gouvernance qui fait que les touristes vont au Rwanda plutôt qu’ au Burundi .
          VERITE CRUE: La valeur du $ usd est 3560 bif et non 2 100 bif.
          FULL STOP, MON CHER WATSON😭🤯😭

          • arsène

            @ririkumutima

            « Qu’est ce que le financement du terrorisme vient faire içi, Dieu du ciel.🤯🤩 ( Juste utiliser des termes pompeux qu’utilisent USA, pays européens, etc..). »

            La sagesse burundaise rappelle cette triste réalité: « Uwo biburiye agira ngo ikirago kiranyerera ».

          • Rwangoma Pascal

            Mes cheres compatriotes,

            Le Burundi n’est pas loin du cas « Zimbabwe » consernant l’hyperinflation. Voici un example: J’ai quitte le Burundi en 1996, je me souviens que j’ai achete les US $ a 110FBU par $ au marche noir. Au fait, a vous tous qui sont jeunes, le Burundais n’a jamais pu acheter le $ a la banque. Tjrs le marche dit « noire » tenu par des monsieurs qui etaient tjrs en train de discuter enter eux au station Royal, pas loin de la banque de credit, juste en face du marche de Buja. Ceci constitue un taux d’inflation de plus 3000% pendant que parait il que la population a deja doublee (memes en excualant les gens qui ont perdu la vie pendant la geurre etc…). Pour vous donner une idee, une personne avec un diplome de licence de l’UOB, commencait avec un salaire de 35-40 milles FBU/mois et une biere Amster coutait 60FBU et Primus 110FBU (donc 1$). Je ne sais pas si les autorites Burundaises se rendent compte a quel point le pays est devenu un bombe a retardement avec une telle demographie si jeune sans esperence d’opportunite economique. Si vous voulez voir comment cette histoire finit tjrs, aller etudier l’histoire du Zaire sous son excellence president fondateur, le tout puissant Marechal Mobutu Sese Seko Koko Ngbendu Wa Za Banga. Le franc zairois est parti de 2$ par 1 franc zairois a presque 1 milliar de franc zarois quand il est mort !

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 1 598 users online