Samedi 22 juin 2024

Société

La Brarudi s’explique

21/04/2020 Commentaires fermés sur La Brarudi s’explique
La Brarudi s’explique
Rémy Ndayishimiye : «Nos actions sont réalisées dans le respect de la réglementation du travail au Burundi»

«La Brarudi confirme que M. Dieudonné Nizigiyimana a quitté l’entreprise le 27 mars. Son départ a été effectué dans le respect des lois et réglementations du code du travail en vigueur au Burundi», explique le porte-parole de cette entreprise du Groupe Heineken, Rémy Ndayishimiye.

«La Brarudi s’engage à mener ses activités avec équité et intégrité. Nous nous engageons à offrir à tous nos collaborateurs de bonnes conditions de travail et à promouvoir le dialogue social. Nos actions sont réalisées dans le respect de la réglementation du travail au Burundi». Cette réponse intervient après un climat malsain qui prévaut au sein de cette entreprise.

Plus de 200 travailleurs de la Brarudi viennent d’adresser une correspondance au Conseil d’administration de la Brarudi. Ils dénoncent des licenciements abusifs surtout celui du président du Syndicat libre des travailleurs de la Brarudi (SYLITRAB), Dieudonné Nizigiyimana.
Ce dernier a été licencié sans préavis ni indemnités. Selon la Brarudi, Dieudonné Nizigiyimana a fait un usage abusif de l’exercice du droit syndical.

Cette entreprise accuse ce syndicaliste d’avoir, dans les différentes lettres adressées à l’Inspecteur général du Travail notifiant un préavis de grève et aux différentes interviews accordées au Groupe de presse Iwacu et à la Radio Isanganiro, fait état des accusations, dénonciations calomnieuses et imputations dommageables à l’endroit de son employeur.

Pour la Brarudi, le président du SYLITRAB est personnellement responsable des lettres du syndicat. «Comme les références de ces 2 lettres l’indiquent clairement, elles ont pour auteur notre syndicat. C’est celui-ci qui en assume la paternité et qui en est donc redevable. Nous confirmons que c’est nous, syndicalistes de la Brarudi, qui en sommes l’auteur et nous en assumons la responsabilité», répondent les travailleurs syndiqués de la Brarudi.

Rappelons que Jean-Bosco Buyonga, travailleur de la Brarudi depuis 25 ans et chef de la section marketing au sein du syndicat, a lui aussi été licencié sans préavis ni indemnités.
C’était le 20 mars dernier. Il a été chassé pour un message envoyé dans un groupe WhatsApp du syndicat. «Je suis victime de mes actions syndicales. Il m’accuse d’avoir divulgué un message professionnel». Le message disait qu’il y avait 12 opérateurs en provenance de Gitega qui allaient travailler à la place de ceux qui allaient faire la grève.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 2 636 users online