Mardi 18 juin 2024

Culture

Kidumu : action en justice contre cette star burundaise pour une chanson reprise sans aval

15/03/2023 5
Kidumu : action en justice contre cette star burundaise pour une chanson reprise sans aval
Bucky John : « Il faut que je sois rétabli dans mes droits »

La rengaine en question, « Intimba y’urukundo »(Chagrin d’amour) sortie dans les années 1988 par le chanteur Gérard Bukuru alias Bucky John et reprise à Nairobi au Kenya en 2003 par le célèbre musicien burundais Jean-Pierre Nimbona, alias Kidumu en duo avec Cédrick Bangi, fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Ce tube qui fait désormais partie des classiques burundaises se retrouvera à un certain moment en train de prendre des rides et à tomber dans les oubliettes quand soudain elle s’offre une seconde jeunesse avec ce duo magistral, qui la propulse au-devant de la scène. Comme on dit : « Old is gold ».

Peu de gens se souviennent du vrai auteur de cette chanson, il est aujourd’hui âgé de plus de 70 ans, Gérard Bukuru alias Bucky John. Après avoir fui le pays, il s’est retrouvé en exil, bourlinguant dans la sous-région pendant longtemps avant de décider de retrouver la mère patrie.

Mais pour ce qui est de son oeuvre, même les vieux journalistes animateurs de la RTNB ne passent presque plus cette chanson aujourd’hui au centre d’un litige : son auteur réclame 40 millions BIF de la part de Kidumu pour usurpation.

La chanson, « Intimba y’urukundo » (Chagrin d’amour), fait partie de l’album Shamba sortie vers 2003. Il y aura d’autres versions dont celle du fils de l’auteur mais le duo Kidumu-Cédric Bangi reste le meilleur.
« Ce qui me chagrine aujourd’hui, c’est que j’ai rencontré Kidumu, que je connais bien. Nous avons échangé. Il m’a dit, qu’il me croyait mort. Il ne pouvait pas dire que j’étais décédé alors qu’il n’a pas assisté à mes funérailles ».

Finalement, fait savoir Bucky John, il m’a fait une promesse pour me dédommager parce que je lui ai signifié qu’il doit payer pour ma chanson reprise sans ma permission.

« Il s’est alors engagé à m’amener à Nairobi pour enregistrer une chanson à ses frais et en faisant cela on était quitte. Mais, il m’a oublié et ne s’est contenté que de faire des featurings avec d’autres chanteurs et c’est pourquoi j’ai intenté un procès en justice. Les juges vont se pencher sur la question, c’est déjà en cours », indique cette vedette de la chanson burundaise des années 1980.

Effectivement, des procédures judiciaires sont déjà enclenchées auprès du Tribunal de Grande Instance de Ntahangwa : une assignation civile lancée le 1er mars 2023.

« Intimba y’urukundo » est une œuvre de l’orchestre Imvumero

Interrogé Kidumu tempère et apporte quelques nuances : « Non, il n’y a pas de litige. Il n’y a pas de procès en tant que tel. Même cette chanson n’est pas encore enregistrée à l’OBDA, l’Office burundais des droits d’auteurs et des droits voisins, comme la plupart des chansons burundaises d’ailleurs ».

Selon lui, cette chanson est une œuvre et une propriété de l’orchestre Imvumero. « J’ai été membre moi aussi de ce groupe à un certain moment. Le chef d’orchestre était Radjabu Ingabire alias Nasubiri ».

A l’époque, explique cette star burundaise, ce sont plutôt les orchestres qui primaient sur les individualités. Et c’est ainsi qu’on parlait d’orchestre Amabano, orchestre national, orchestre Tanganyika, orchestre Imboneza, orchestre Abashazangendo, orchestre Golden Sound, orchestre Nakaranga, …

« Il était alors difficile de dissocier certaines œuvres à titre personnel et leurs groupes. Il y avait Christophe Matata et Africa Nile Band. Pour notre orchestre Imvumero, le bassiste de l’époque, c’était Sadi Kinunda qui est toujours avec moi à Nairobi. Même le chef d’orchestre Nasubiri est avec moi à Nairobi », fait-il savoir.

« Gérard Bukuru faisait partie de cet orchestre Imvumero mais était également membre d’un autre groupe appelé Ubumwe d’un certain Omar de Kamenge », note Kidumu.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Gacece

    Si la chanson appartenait au groupe duquel faisaient partie les deux, Kidumu n’avait pas besoin de demander la permission de la reprendre. Sauf s’il n’en faisait pas partie lors de la création de la chanson originale. Auquel cas il n’avait aucun droit sur la chanson.

    En revanche, une partie des redevances doit revenir à tous les membres qui faisaient partie du groupe lors de la création de la chanson originale. Kidum devrait alors négocier avec les autres ayants droit (y compris les héritiers de ceux qui ne sont plus de ce monde) pour s’entendre sur la part à donner à chacun.

  2. RWASA Fabien

    Quant à moi, je comprends que si réellement Kidumu faisait lui aussi parti de ce fameux groupe « Imvumero » dans lequel faisait également parti Gérard Bukuru, Kidumu n’a pas eu tort d’avoir repris la chanson car cette dernière les appartenait tous!

  3. Kanda

    Kidumu devrait retrouver son ancien compagnon et bien conjuguer le verbe manger avec « Nous » pas seulement avec « Je ».

  4. Pablo

    Mutubarize Nicolas nawe ingene yivye “ nzoja nzoja kugasozi kakure..” n’uwitwa Kijanya Thierry na Yoya Jamal ingeso yo gusubiramwo ivy’abandi ihagarare!!!

    • ntare minott

      Informez-vous bien Mr!!
      Yoya ntukamubeshere, indirimbo yasubiyemwo yitwa « kayitesi » kandi nyeneyo ariwe Africa Nova yarayimwihereye k mugaragaro devant les médias.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 5 735 users online