EN

Société

Kayogoro : 10 jeunes présumés Imbonerakure et le chef de zone Bigina arrêtés

18/07/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Kayogoro : 10 jeunes présumés Imbonerakure et le chef de zone Bigina arrêtés
Kayogoro : 10 jeunes présumés Imbonerakure et le chef de zone Bigina arrêtés
La route menant vers Bigina

Une dizaine de jeunes qui seraient des Imbonerakure et le chef de zone Bigina en commune Kayogoro de la province Makamba sont depuis ce jeudi 16 juillet sous les verrous. Ils sont soupçonnés de tendre des embuscades aux travailleurs saisonniers burundais de retour de la Tanzanie.

C’est au cours d’une opération menée à Bigina par la police que ces gens ont été arrêtés. Parmi eux, Jean-Paul Rwajekera, chef de cette zone frontalière de la Tanzanie. Cette opération de ratissage visait des ménages de certains jeunes du parti au pouvoir sur les collines Bigina, Mayange et le centre de Gatwe.

« Les forces de l’ordre disposaient des informations que des travailleurs saisonniers burundais surtout originaires des provinces Gitega et Karusi qui arrivent de la Tanzanie sont dépouillés de tous leurs biens. Ceux qui tentent de résister paient le prix cher, ils sont assassinés. Deux corps sans vie ont été d’ailleurs retrouvés flottant sur la Maragarazi», raconte un habitant de la localité contacté qui a requis l’anonymat.

Tout a commencé avec la fermeture des frontières en raison de la pandémie de la Covid-19 au mois de mars, précisent les mêmes sources. Des Burundais originaires des provinces de Karusi et Gitega travailleurs saisonniers en Tanzanie étaient systématiquement bloqués dès leur retour.

Selon des sources locales, un groupe qui serait mené par chef de zone Bigina épaulé par le chef des Imbonerakure de cette même s’est constitué pour rançonner ces Burundais afin de leur permettre de regagner clandestinement le pays. « De leur retour, ces Imbonerakure saisissaient une partie ou la totalité de leurs biens. Ceux qui s’y sont opposés après avoir franchi la frontière étaient jetés dans la rivière Maragarazi ».

«Asante Corona»

Selon K.P, travailleur saisonnier, originaire de la commune Nyabikere à Karusi, lui et ses quatre compagnons ont échappé à la mort le 28 mai sur la colline Bigina à un demi-kilomètre de la rivière Maragarazi. « Nous avons eu beaucoup de chance. Regagner notre région natale a été un parcours du combattant, un véritable chemin de la croix. Je me voyais déjà parmi les morts, je vous épargne des détails», a-t-il confié.
M.N, un motard de la localité fait savoir que ces gens ont fait fortune avec ces pratiques. Il cite même quelques-uns comme un ancien taxi-moto qui aurait dernièrement acheté une voiture transformé en taxi. Il n’a pas hésité à le baptiser « Asante Corona » (Merci Coronavirus).

Certains habitants de cette zone saluent le travail de la police qui a procédé à l’arrestation de ces gens qui s’enrichissaient en tendant des embuscades et rackettant des travailleurs saisonniers burundais de retour au pays. « Ils faisaient la pluie et le beau temps dans cette zone. La zone Bigina et la commune Kayogoro sont connues pour leur hospitalité. Dommage qu’un administratif de ce niveau cautionne le mal. Que la justice se saisisse de l’affaire ». Ils sont pour le moment détenus au commissariat provincial de la police pour enquête.

Cette situation rappelle la mort de deux hommes provenant de la Tanzanie. Ils ont été tués à la machette à Minyago en commune Bwambarangwe de la province Kirundo. Leurs bourreaux les escortaient vers le chef-lieu de cette commune pour être mis en quarantaine. Une des victimes venait de la Tanzanie et était soupçonné d’être porteur du coronavirus.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 390 users online