Politique

Kayanza/Gatara : la surpopulation, un véritable défi

10/03/2017 Cyrille Niyongabo 4

Une densité explosive, des unions libres en surnombre, les habitants de Gatara s’inquiètent. L’administration ne voit pas d’issue.

Dans certaines localités de Kayanza, la densité peut aller à 900 habitants au kilomètre carré
Dans certaines localités de Kayanza, la densité peut aller à 900 habitants au kilomètre carré

Arrivé sur les hauteurs de Gatara, cette petite commune du sud de Kayanza, une chose frappe : des maisons agglutinées. Selon les rapports de la commune de Gatara, cette commune compte actuellement 96 685 habitants, une population majoritairement jeune. Elle enregistre la densité la plus forte du pays : 900 habitants au kilomètre carré.

D’après Concilie Niyonsaba, une jeune femme de deux enfants, trouvée sur la colline Mubogora, la surpopulation constitue un véritable problème en commune de Gatara. Les jeunes gens sont nombreux, les ménages ont des difficultés inouïes.

Christian Nimenya, un père de famille de la Zone Mbirizi de la commune de Gatara ne cache pas lui-aussi son scepticisme : « Notre commune est confrontée à des problèmes démographiques sans précédents. Gatara est partout pointée du doigt pour sa démographie extrêmement explosive depuis des dizaines d’années. Toutes ses personnes ne pourront pas avoir à manger, à se vêtir, les infrastructures sociales, etc.».

Tout cela est aggravé par des comportements abusifs de certains chefs de famille qui pratiquent la polygamie, le concubinage et plusieurs unions libres. Une récente enquête faite par la commune de Gatara a montré que plus de deux mille ménages vivent en union illégale.

Des solutions jusqu’ici encore peu efficaces

L’administration communale de Gatara se dit très préoccupée de cette situation. Emmanuel Nduwimana, conseiller technique de l’administrateur chargé des questions administratives et sociales, précise qu’un certain nombre de mesures sont déjà arrêtées pour freiner le rythme de naissances devenu incontrôlable dans les ménages. Il cite par exemple une campagne en cours visant la légalisation des mariages contractés librement. 400 ménages en union illégale vont régulariser leurs mariages durant le mois de mars et 400 autres le feront en avril 2017.

Toutefois, il est pessimiste quant aux sanctions prévues par le nouveau décret sur les violences basées sur le genre. Elles permettront de décourager les unions illégales et les grossesses non désirées. Ces solutions sont taxées de non efficaces par certains habitants de Gatara. Christian Nimenya estime qu’une politique nationale en matière de la population devrait être mise sur pied. Celle-ci doit être restrictive quant au nombre de naissances par ménage, doit aussi bannir à jamais la polygamie et d’autres pratiques encourageant la limitation des naissances.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Minani Antoine

    En Verité En Verité Rien Ne Change La Fin Du Monde Commencera En Commune Gatara Suita A Sa Surpopulation .Je Voudrais Demmande Une Aide Aux Chefs De Notre Commune, Aux Dirgeants Des Differentes Religions,de Se Donner Coeur Et Âme En Sensibilisant Aux Peuples De La Commune Les Consequences Liés A Cette Surpopulation Et Prendre Des Sanctions Si C’est Necessaire

  2. Buryo Ode

    Cher ami Roger Crettol, je sais de quelle amour tu aimes la commune Gatara pour y avoir séjourné plusieurs fois. Je comprends aussi ton inquiétude. tu as beaucoup aidé cette commune avec tes amis et chapeau à vous. Qu’est-ce que tu proposes comme solution à cette commune qui t’inquiéte tant. Longue vie à toi.

  3. roger crettol

    “.. et d’autres patiques *décourageant* …” – mon dieu, mes doigts !

  4. roger crettol

    “… doit aussi bannir à jamais la polygamie et d’autres pratiques encourageant la limitation des naissances.”

    Ai-je lu correctement ?

    Veut-on réellement bannir le planing familial, alors que par ailleurs on s’inquiète de la croissance de la population face aux limites des terrains cultivables et
    autres ressources.

    Je préfèrerais avoir lu ” … de td’autres pratiques *décourageant* la limitation des naissances.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, la guerre est enfin déclarée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19, la guerre est enfin déclarée

« Volte-face, Revirement total, changement de cap … » Des réactions ont fusé de partout après la déclaration du président Evariste Ndayishimiye sur la lutte contre le coronavirus lors de la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement. « (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 717 users online