Vendredi 06 août 2021

Environnement

Inondations à Bujumbura : un universitaire révèle les causes majeures

04/12/2020 Commentaires fermés sur Inondations à Bujumbura : un universitaire révèle les causes majeures
Inondations à Bujumbura : un universitaire révèle les causes majeures
Prof. Aloys Ndayisenga : « De grands efforts sont à consentir afin d’atténuer l’ampleur des dégâts dus aux inondations »

« La ville de Bujumbura est située dans un fossé d’effondrement qui s’est formé à cause des mouvements tectoniques de l’ère tertiaire et dans sa partie la plus basse », a fait savoir Prof. Aloys Ndayisenga lors d’une conférence débat animée ce 3 décembre dans les enceintes l’Université du Burundi.

Il a expliqué que la ville de Bujumbura et ses environs sont située en contrebas au versant du fossé d’effondrement. Quand il y a des pluies torrentielles, explique ce professeur dans le département de géographie à l’université du Burundi, la ville est inondée quelques minutes après.

La variabilité au niveau des eaux du lac Tanganyika est aussi à l’origine des inondations. Et de donner un exemple : « les quartiers aménagés sur le littoral ont été sérieusement inondés ».

Le climat n’est pas en reste précise le professeur : « Les bassins versants des rivières qui traversent la ville sont bien arrosés pendant les mois des saisons humides et les périodes d’inondations correspondent à ces mêmes mois ».

Les pressions démographiques, les déforestations intenses dans les régions des contreforts des Mirwa qui surplombent la ville de Bujumbura, les très fortes pentes nues sont cités parmi les causes majeures des inondations en mairie de Bujumbura.

Ce n’est pas tout, le système de canalisation des eaux pluviales n’est plus en mesure de les évacuer correctement. « La plupart des canaux sont bouchés et devraient être entretenus mais ce n’est pas le cas », déplore le Professeur Ndayisenga.

A cela s’ajoute la prolifération des quartiers spontanés, des constructions anarchiques et des attributions des terrains dans des zones à haut risque d’inondation. Et de conclure : « De grands efforts sont à consentir afin d’atténuer l’ampleur des dégâts ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 974 users online