Editorial

Ils risquent de ne pas « mouiller le maillot »

28/08/2020 Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Ils risquent de ne pas « mouiller le maillot »

Le 24 août, les Burundais ont été dans les urnes pour élire les conseillers collinaires ou de quartier. Un acte civique qui a clôturé le long processus des scrutins prévus cette année. Alors qu’une opinion semblait négliger les enjeux par rapport au triple scrutin du 20 mai (élections présidentielle, législatives, communales), plus d’un a été surpris par l’engouement, le dynamisme, la mobilisation qui ont caractérisé les aspirants.

Par Léandre Sikuyavuga

Le législateur avait voulu que les candidats se présentent à titre indépendant, pour des élections non partisanes. Cependant, force est de constater qu’en coulisse les partis politiques se sont impliqués, imposant les candidats de leur choix ou rayant des listes « les indésirables ».

Les conseillers collinaires ou du quartier sont de véritables animateurs de la vie politique et sociale, prêts à « mouiller le maillot ». De par les missions qui leur sont confiées notamment la médiation, la conciliation, le règlement des conflits de voisinage, ils sont très proches de la population. Maîtriser la colline ou le quartier est alors une garantie d’avoir la base de la mobilisation politique. C’est aussi une assurance de la mise en exécution de la politique du gouvernement. Ces conseillers collinaires représentent en effet le premier échelon de l’autorité de l’Etat au niveau communautaire. Ce n’est donc pas pour rien qu’un parti politique avait organisé une sorte de « primaires » au niveau de la colline et du quartier.

Lors de la campagne électorale, différents concurrents ont promis monts et merveilles à la population, le mieux-être. Les 10 millions de francs alloués chaque année à la colline pour financer des coopératives pourront servir aux politiques d’arguments d’une concrétisation de leurs promesses. Une récupération politicienne.

Il est déplorable que la politique s’invite et influence l’administration de base. Les chefs locaux devraient être caractérisés par la neutralité et l’impartialité. Ils ont des qualités humaines et morales irréprochables comme l’abnégation, l’honorabilité, l’utilitarisme. Des vertus quasiment absentes chez la plupart des politiciens. Osons espérer que ce cachet partisan n’aura pas d’impact sur les attentes de la population qui sont le développement, la sauvegarde de la paix sociale sur la colline ou dans le quartier.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 939 users online